Revisiter le passé pour modifier le présent: partie 2

Publié le par Wydyr

REVISITER ET GUERIR LE PASSE POUR MODIFIER LE PRESENT : Partie 2

Changez le passé et tout change !!

Tout ce à quoi on porte « Attention » on le créé et on l’expérimente, tout est possible mais rien n’est déterminé à l’avance. Notre Présent (en ce corps) est inéluctablement lié à l’image cristallisé que l’on à de notre Passé (cela est inscrit dans les mémoires cellulaires et l’inconscient) et se perpétue dans le Futur que l’on imagine à partir de ces « références ».

Tant que notre Attention est centrée sur un « passé douloureux » notre Présent en est la résultante identique (comme la suite d’un feuilleton). Cependant par le travail de rétrospection et de pardon on peut changer l’image que l’on à de son Passé. Au lieu de se voir comme victime d’un système truffé d’ennemis potentiels, on peut se percevoir comme Adepte de la Lumière subissant une Initiation afin d’évoluer et ainsi on » voit autrement » ceux que l’on considérait comme ennemis ou bourreaux. Ils deviennent alors « instructeurs » envoyés par notre Double Lumière et c’est ainsi qu’en changeant de Point de vue et en acceptant notre Passé, sans rien rejeter ou renier, on peut pardonner à nos « instructeurs » jusqu’à arriver à aimer ce Passé qui nous a fait évoluer. On aime alors Tout ce qu’on à été sans aucun distinction.

Ainsi même si on a été malade ou maltraité par des parents, si on a été renvoyé de son travail, on rend Grâce à la Vie car on perçoit que ces événements douloureux ne nous ont pas été infligés pour que nous « souffrions » mais pour que nous puissions nous libérer de vieilles mémoires cristallisées. C’est alors qu’on peut regarder son Passé en face sans peur, sans reproche, sans culpabilité, sans remords et qu’on peut améliorer l’image de ce qu’on a vécu, changer l’image qu’on avait des autres et de soi même.

Revisiter le Passé amène à la compassion

Ainsi ces parents qui nous ont maltraités -quelles qu’en soient les raisons- nous les percevons autrement : comme des êtres aimants qui prisonniers de peurs et d’angoisses et de difficultés matérielles et autres n’ont pas pu nous démontrer leur amour. On peut alors éprouver de la compassion pour ces Etres qui ont sacrifié une partie de leur bien être pour nous permettre de venir ici bas, on sait alors que leur tendance à nous maltraiter n’était que la résultante de traumatismes qui les habitaient et on n’a aucun effort à faire pour leur pardonner : cela vient naturellement.

Les enfants ne se posent pas toujours la question fondamentale vis-à-vis de leurs parents : ces derniers ont choisi de leur servir de véhicule pour venir en ce monde et pour cela ont sacrifié une partie de leur liberté mais de quel droit un enfant peut il exiger quoi que ce soit d’un Etre qui lui a seulement octroyé un bon de transport pour ce monde. Personne n’a le droit d’exiger quoi que ce soit de ses ascendants ou descendants, ni même de la société ou de la Terre. Tant qu’on fonctionne sur le concept « j’exige ceci ou cela, la société me doit ceci » on reste dans la dépendance. On ne nous doit rien mais tout nous est cependant offert alors soyons reconnaissants envers ceux qui nous ont accompagnés au lieu de les critiquer ou de les rejeter parce qu’ils n’ont pas été à la hauteur de nos exigences.

Ces mots peuvent certes choquer ceux et celles qui ont été maltraités pendant leur enfance et je le conçois cependant le fait d’avoir été maltraité n’est pas une excuse valable pour agir de même avec ceux qui nous entourent. Les handicaps vécus pendant l’enfance sont envoyés par notre Soi (qui nous aime) afin de nous aider à grandir et le pardon qui efface les fautes ne fait qu’effacer la mémoire de ce traumatisme, celui qui refuse de pardonne reste prisonnier du traumatisme et des obstacles générés par celui-ci. Toute rancune cristallisée dans nos mémoires nous ferme bien des portes !!!

J’ai moi-même vécu dans des situations matérielles de pauvreté pendant l’enfance mais ce n’est pas pour cela que je suis devenu voleur ou délinquant. De nos jours la plupart des ados se plaignent de ne pas avoir ceci cela (le dernier téléphone, les chaussures Nike, le super bureau) alors que pendant une bonne partie de ma vie je n’avais même pas le 10° de ce qu’ils possèdent.

Revisiter le passé nous permet de relativiser nos exigences en percevant les conditions de vie dans lesquelles ont vécu nos parents et grands parents (guerre, famine, misère, chômage) et ainsi de cesser de porter des jugements de valeur sur ce qu’ils ont pu ou non nous octroyer pendant notre enfance. Cette visitation permet de percevoir à quel point les guerres sont inutiles et de comprendre ainsi que celles-ci commencent souvent au sein même des relations familiales et de voisinage. Quand le mal est éradiqué à sa racine il ne prend plus d’ampleur. Tant qu’on n’aime pas tout ce qu’on à été et tous ceux qui ont partagé notre existence, on ne peut pas passer la Porte de l’amour universel et inconditionnel. On n’entre pas dans le nouveau monde avec un vêtement constellé de tâches du passé mais avec un habit propre et immaculé. C’est le prix à payer. Chacun à le devoir de faire sa lessive !

Ressentir de la compassion pour nos « bourreaux » est non seulement libérateur mais permet un bond évolutif considérable. C’est ainsi qu’en changeant l’image de notre Passé on change notre Présent car l’Onde de Résonnance nous amène sur une autre fréquence. On peut alors évoquer son Passé (par l’écrit, la parole, un livre ou un discours) différemment, on ne se présente plus comme une victime mais comme un Etre qui est « passé » par une expérience initiatique qui quoique douloureuse était « révélatrice ». On oublie alors les souffrances du Passé et on se souvient des bons moments et on se concentre sur ceux là. Et notre Présent change lui aussi car on à changé de « trame de résonnance » …

Dés qu’on est capable de « revisiter » son passé autrement on entre dans la zone de la « magie de l’Attention créatrice » et tout change Ici Maintenant. On se recrée une autre « mémoire » et même si l’ancienne mémoire de ce qu’on à vécu (souffrance) demeure en nos paramètres celle-ci est désactivée et par ce fait les « connexions neuronales » liées à celles-ci n’étant plus nourries par l’Attention, elles se désactivent et disparaissent. Le cerveau (qui est incapable de discernement mais qui est juste un « émetteur récepteur » n’active désormais que ce que les images relatives à notre nouvelle vision et notre vie change.

Penser au pardon n’est pas pardonner

Le pardon ne devient efficace que par la pulsation du cœur. Il efface l’ancienne image subconsciente et l’Attention créé la nouvelle réalité (nouvelle image du Passé) à partir du cœur rayonnant. Penser au pardon ou au passé sans que le cœur participe ne sert absolument à rien, seul le rayonnement du cœur peut changer la trame, l’émotion et les sentiments sont indispensables pour cela. Ainsi celui qui dans son enfance à été perturbé par un mauvais traitement de ses parents ou éducateurs et qui étant adulte à cheminé sur une voie parsemée d’échecs à cause de la mauvaise image qu’il avait de lui et des autres peut modifier sa destinée dés qu’il à effacé « la mauvaise image » (génératrice de ses échecs) et nourri la nouvelle image génératrice de sa nouvelle vie. Il doit apprendre à s’aimer, à s’apprécier, à percevoir ses talents après avoir oublié tout ce qui lui prouvait le contraire. Changer le Passé pour modifier le Présent est un acte que tout individu peut accomplir quand il souhaite changer de vie.

Celui qui refuse de voir son passé en face le subit, celui qui ose le revisiter peut en modifier les scénarios et ainsi s’aimer davantage. On ne se perçoit plus alors comme victime d’un système ou comme créature ballotée par un destin prédéterminé mais comme le Héros d’une aventure difficile qui, après maintes et maintes épreuves à triomphé de l’adversité et a ouvert un passage pour tous ceux qui ont pris le même chemin. Tout comme l’a fait Jésus, on ouvre une nouvelle possibilité qui, par le biais de l’ADN collectif est accessible à toute personne.

C’est ainsi qu’on tisse Notre Légende au lieu de nous plaindre de subir une série d’histoires dont on n’a pas la maîtrise. Les 12 travaux d’Hercules représentés par les 12 signes zodiacaux sont pour tout un chacun des terres à explorer afin d’en découvrir les richesses et à chaque incarnation une nouvelle Terre à explorer nous est proposée. Quant on a exploré en profondeur toutes ces Terres on dispose de la Connaissance infusée en Elle par les 12 Etoiles Sources dont nous avons le point de Résonnance en notre couronne de la tête : alors tel Hercule, on passe dans une autre fréquence dimensionnelle pour d’autres explorations.

C’est ainsi qu’en revisitant le passé on peut apprendre à mieux s’aimer, à aimer tout ce que l’on a été, on se réconcilie avec soi et aussi avec les autres qui « figurants » avaient accepté de jouer le rôle d’ennemis, on peut alors leur pardonner et même les remercier car sans eux nous n’aurions jamais pu triompher. On guérit ainsi de son passé.

Exemple

Si dans le passé on a perdu son travail à cause d’un collègue on peut en revisitant ce scénario percevoir qu’en fait ce travail ne nous plaisait pas mais qu’on n’osait pas le quitter, aussi ce collègue à été envoyé par notre Soi afin de modifier notre destin et nous obliger à quitter ce poste ; ainsi ce collègue était envoyé par la Providence et nous ne pouvons que le remercier. Le processus est identique pour tout événement vécu antérieurement : revisiter le passé permet de changer de point de vue. Lorsqu’on s’est débarrassé de ce souvenir encombrant on dispose alors d’un meilleur souvenir et la persona de notre passé devient notre ami.

Changer d’image oblige à tout changer

A chaque fois qu’un grand changement se présente dans notre vie, il nous est demandé de faire table rase du passé afin de pouvoir tourner un autre scénario. Il faut changer de look, d’habitudes, de région, de relation et de décor car tant qu’on reste immergé dans les images et souvenirs du passé révolu on continue à en nourrir les mémoires. A toute nouvelle vie, un nouveau déco. C’est ce qui se passe lorsqu’après avoir divorcé on veut reconstruire sa vi. Il est préférable de « changer de maison, de quartier » parce que tous les voisins qui nous connaissaient comme étant « untel vivant avec untelle » continuent à nous voir ainsi et notre passé « nous collant » à la peau nous fait barrage. Dés qu’on change de lieu il est plus facile d’oublier le passé et il importe ensuite de ne pas réanimer celui-ci dans notre nouveau décor. Rien de l’ancien personnage que nous avons été ne doit demeurer sinon tout recommence.

Quand on a construit la nouvelle image et changé d’opinion vis-à-vis de nous-mêmes et qu’on s’aime davantage il nous suffit alors d’adopter un nouveau comportement pour que notre apparence extérieure reflète cette nouvelle image intérieure et rien du passé ne doit ressurgir ni être évoqué.

Anecdote révélatrice.

Pendant de nombreuses années, un acteur ayant participé à une multitude de castings n’avait pas réussi à décrocher le rôle qui l’aurait propulsé sur le devant de la scène. Découragé il tomba en dépression et pendant de nombreux jours pensa qu’il n’était bon à rien, un acteur raté, qu’il n’avait pas de talent. Il pratiqua l’auto dévalorisation à outrance persuadé en outre qu’il n’avait pas de chance. Plusieurs fois il changea de région, de ville et tout recommençait de la même façon. Il est vrai qu’à chaque fois qu’il arrivait dans une nouvelle région son attitude extérieure et la manière de se présenter donnaient aux autres l’impression d’avoir en face d’eux un acteur qui n’avait fait qu’échouer en toutes ses expériences. Il apparaissait ainsi comme un geignard quémandeur, toujours en train de se plaindre et étant ainsi prédateur du système puisque vivant d’allocations chômage. Il va sans dire que personne ne lui faisait confiance. Le destin décida de lui donner un coup de main en mettant entre ses mains un livre de la même teneur que ce texte ci-dessus et il se décida alors de revisiter son passé et de changer le négatif pré enregistré en son album photo intérieur. C’est ainsi qu’il apprit à se revaloriser, à percevoir ses expériences autrement et aussi à comprendre pourquoi il avait pris le mauvais chemin. Après cette lecture il décida de tout recommencer ailleurs. Il s’installa dans une nouvelle ville, soigna son look extérieur et intérieur ( image qu’il avait de lui-même) devint plus agréable de compagnie et s’il se présentait comme acteur il ajouta un doux mensonge, à savoir qu’il avait joué dans pas mal de pièces à succès ( sans entrer dans les détails) et qu’il avait décidé de s’installer dans cette ville parce qu’il en était tombé amoureux et avait décidé d’utiliser son art pour apporter sa part d’animation culturelle en celle-ci, pour le bien être collectif. Il créa un petit atelier théâtre et son talent faisant il eu un certain succès grâce à la pièce jouée avec ses élèves bénévoles. Dans le village il apparut comme « donateur » et non plus comme prédateur. Jamais plus il ne parla de son passé difficile et lorsqu’il lui arrivait de voyager dans celui-ci il n’en gardait que le souvenir de la nouvelle image (cette vie d’acteur en difficulté était pour lui comme une « vie antérieure ») Petit à petit sa notoriété grandit et ainsi il obtint le succès mérité. Sur ces vieux jours il se décida à écrire ses mémoires et raconta tout son périple. Lorsqu’il évoquait par l’écrit les situations difficiles de son passé c’était simplement pour que ses lecteurs perçoivent les erreurs de son parcours afin qu’eux-mêmes évitent de tomber dans les mêmes pièges et révéler ainsi ses lacunes passées ( cela ne lui procurait aucune émotion particulière puisque c’était comme une autre vie) lui permettaient ainsi de faire preuve d’humilité puisque démontrant qu’il n’était ni plus ni moins qu’un être humain qui était sorti de l’illusion , démontrant ainsi à ses lecteurs que eux aussi pouvaient faire de même »…..

Pour que le changement intérieur soit rendu manifeste il importe donc qu’un changement extérieur s’accomplisse (nul n’est prophète en son pays) et que penser ne suffit pas, il faut nourrir la nouvelle image par des actes de foi (aide toi.. le ciel t’aidera) et cesser de nourrir les souvenirs des frustrations anciennes. Changer de look, de pays, d’attitudes, de comportement, de maison…. Tout changer pour recommencer une nouvelle vie !! Cela oblige aussi (du moins pendant un certain temps) à quitter certains proches (amis, parents) car ceux-ci ayant enregistré en leur mémoire l’ancienne « image » ne pourraient par leurs conseils et attitudes que faire obstacle. Par contre dés que la nouvelle situation est devenue réalité, on peut retrouver ses amis et proches.

Ce qui importe c’est de comprendre qu’à force de répéter quelque chose (qui soit vrai ou faux) on finit par se convaincre de la véracité de cela. Celui qui répète inlassablement qu’il est bon acteur et qui agit en ce sens finit par le devenir car il se trouve confronté à un public qui lui demande de faire ses preuves. Plus il devient bon acteur plus on lui demande la perfection, ainsi l’acteur est formé par l’exigence de son public.

Utiliser le doux mensonge n’est pas un péché au sens du terme : cela aide à franchir un obstacle ou à trouver un nouveau travail. Certaines personnes sont bardées de diplômes et se montrent incompétentes dans l’action, à l’opposé d’autres s’avèrent doués pour entreprendre mais n’ont aucun diplôme et ils ont de grosses difficultés pour trouver du travail. Il suffit alors de faire croire au futur patron qu’on à les diplômes pour que celui-ci nous embauche a l’essai pour faire nos preuves et c’est alors qu’entre en jeu notre savoir faire et notre talent. Ainsi un faux diplôme peut ouvrir une porte à condition cependant qu’on détienne les compétences adéquates.

Anecdote : Le chanteur Jean Philippe Smet n’arrivant pas à se faire connaitre sur les ondes radio utilisa un stratagème, il s’inventa un nom américain (Johnny Halliday) et des liens de parenté avec Elvis Presley et c’est ainsi qu’il se présenta à une émission radiophonique. Son Look et son identité lui ouvrirent ainsi les portes du studio, son talent fit le reste.

Auto psy

Revisiter le passé c’est le même principe utilisé par le psy sauf qu’on a besoin de personne : j’ai utilisé cette technique que je nomme « auto psy » et ce mot n’est pas sans rappeler la « mort » préalable à toute autopsie. La mort du vieux « moi » pour qu’un nouveau moi puisse naître. Revisiter le passé sert à enlever les tâches qui font obstacle au passage. Il est évident que cette expérience n’est pas nécessaire à tous car il existe d’autres méthodes initiatiques plus radicales mais il faut reconnaitre que celle-ci peut être utilisée par tous ceux et celles qui, prisonniers de leur passé (souvenirs, regrets, nostalgies, culpabilités) n’arrivent pas à faire le pas qui les mènerait à la Porte étroite.

On ne peut ôter une « tâche » qu’après avoir pris conscience de celle-ci. Certains ne voulant pas évoquer un passé douloureux choisissent de faire l’autruche (de refuser de voir) mais cela ne résous rien car tant que les mémoires douloureuses restent cristallisées dans l’inconscient elles continuent à faire des ravages et interfèrent avec le conscient. Le « bien » et le « mal » ne sont que des notions liées aux expériences de ce monde de dualité, mais en Vérité rien n’est bien ni mal, tout n’est qu’expérience. La seule chose qui importe c’est de percevoir ce qui nous fait du bien à nous et aux autres et de porter l’Attention sur cela en oubliant ce qui nous à fait du mal à nous et aux autres, c’est on ne peut plus simple.

Bonne visitation !

Wydyr le 26 avril 2014

Publié dans conscience quantique

Commenter cet article

Christine Marie Ange 07/05/2014 10:47

La partie 2 est tout aussi intéressante et fort bien présentée, dans un langage accessible et appreciable pour celles et ceux qui sont ''au début du chemin''. Quelles sont les ''autres méthodes initiatiques plus radicales'' que ''l'auto psy'' ?

Louise 07/05/2014 03:54

Très intéressant, pertinent et aidant. Merci beaucoup