CHERCHEZ LA CAUSE ET L’EFFET DISPARAITRA. Partie 2 : la joie libèratrice...

Publié le par Wydyr

CHERCHEZ LA CAUSE ET L’EFFET DISPARAITRA.

Partie 2 : la joie libèratrice...

Illusion tout est illusion

La seule cause à tous nos problématiques est donc cette illusion d’avoir été séparé de la Source Père Mère. Comme disait si bien le Bouddha Tibétain Milarepa « tout est illusion, tout est illusion… » Ce qui sous entend aussi que l’Illusion est Illusion… qu’en fait le voile n’existe que parce que nous avons l’impression qu’il y en a Un…

Lorsque le ciel est chargé de nuages on ne voit plus le Soleil pourtant si on s’élève au dessus de ceux-ci on s’aperçoit que le Soleil brille toujours et que même la nuit il continue à briller en éclairant d’autres zones. Lorsqu’on s’élève en avion au dessus des nuées on a une vision totalement différente puisque le soleil éclaire partout. Chaque matin le Soleil se lève pour nous rappeler que nous sommes à son image et nous invite ainsi à la reliance. Cependant notre conscience (ciel) est souvent parsemée de nuages (pensées provenant de nos illusions temporelles) alors que faire ?? chasser les nuages en faisant des efforts de volonté ? ( ce qui ne fait que créer d’autres nuages et retenir ceux qui étaient là ) ou comme le sage laisser les nuages passer et se dire ( tout cela passera ) et ainsi rester zen..

Se dés-identifier du problème

Quand une personne me dit « je suis angoissé, je suis rempli de peurs » que puis je répondre si ce n’est « tout cela n’est qu’illusion » et le meilleur moyen de s’en libérer est de ne plus leur donner d’attention et surtout de ne plus s’y identifier.

Celui qui dit « Je Suis angoissé » s’identifie à l’angoisse et on ne peut se libérer d’une chose qu’on a l’impression d’être. Tout ce qu’on dit derrière cette formule magique « Je suis » nous identifie à l’idée. Il est plus judicieux de penser « une sensation d’angoisse me traverse en cet instant » (comme un nuage qui passe) et simplement la laisser passer sans chercher à comprendre d’où elle vient et où elle s’en va…. Dés qu’on «cherche la cause » on retient l’effet et on le subit.

Quand nous sommes trop préoccupés par un problème temporel qui suscite une multitude de questionnements notre tête se remplit de nuages et notre cerveau n’arrive plus à gérer les fonctions corporelles de façon à nous maintenir en santé. Alors nous tombons malades et ainsi nous sommes obligés de nous reposer et d’oublier pour un temps nos soucis pour nous concentrer sur la guérison, ainsi notre cerveau peut se « reposer » et assumer à nouveau ses fonctions. Certes l’organe touché par cette « mal-a –dit » n’est pas anodin car il est l’effet lié à une cause mais ce n’est pas en regardant l’effet qu’on peut éluder la cause.

La solution idéale à tous nos problèmes est la reliance avec le Soi qui via notre Double super éthérique « touche » notre « éthérique » et rétablir l’information Source… si on fait passer de l’eau propre à travers des tuyaux sales il est évident que l’eau qui sort est sale. Il suffit donc de nettoyer le tuyau au lieu de rouspéter contre « ce qui sort »… la maladie est notre amie car elle nous permet de constater de visu ce qui était cristallisé en nos corps mental, émotionnel et éthérique pour nous en débarrasser.

Et tout ce que nous pouvons vivre comme problèmes est « maladie » : la pénurie matérielle est aussi maladie que les problèmes relationnels, affectifs, familiaux, professionnels. La cause est « unique » tant que les « canalisations » ne sont pas « propres » l’eau qui sort est polluée de scories.

La Joie vibrale

Lorsque le « moi » est en accord parfait avec la Psyché (Ame solaire) et que celle-ci est intimement reliée à la Source l’onde de vie – Eros Christ- parcourt tout notre corps et nous met dans un état de félicité. On se sent heureux sans trop savoir pourquoi, simplement par le fait d’être vivant. Heureux de contempler le Soleil le matin ou de regarder la pluie tomber… pendant les périodes de méditation et contemplation on ressent cet Etat de béatitude sans cause… mais dés qu’on sort de cet état pour réaliser ce qu’on doit accomplir en ce monde, on a tendance à redescendre dans la fréquence astrale et alors à nouveau on se sent mal dans sa peau, angoissé, tourmenté, coupable et impuissant face à toutes ces problématiques..

En d’autres termes on pourrait dire « dés que le fils » retourne dans ses élucubrations, il perd le contact avec son Père, dés que le doute survient le contact est rompu… c’est alors qu’il faut pratiquer la méthode de désidentification explicité ci-dessus : ne plus dire « je Suis angoissé » mais « tiens une angoisse me traverse » et non plus « j’ai faim » mais « mon corps à faim » …

On peut aussi utiliser cette formule donnée par des initiés « je ne suis ni ce corps ; ni ces émotions, ni ces pensées qui me traversent, ni ces instincts qui m’animent, ni ces cellules, ni ces images ; ni ces vies antérieures, ni ce personnage. Je suis l’Absolu, l’Atman qui expérimente la vie à travers cette forme, je Suis le Silence, le Vide, La Lumière «

La joie vibrale n’est pas de nature émotionnelle. Elle « est » sans aucune cause car elle est notre Etat Naturel… elle est la Grâce véhiculant le Verbe par l’Onde de Vie ultrasonique… elle est douce et paisible

La joie émotionnelle quand à elle est liée au plaisir et au désir. Elle se manifeste quand on fait ce qu’on aime et ce qu’on est et qu’on fait ce que l’on aime. Seulement elle est éphémère car elle cesse dés que l’on cesse de faire ce que l’on aime. Cependant elle apporte un bien être intérieur qui touche les mémoires cellulaires.

Faire semblant…..

Quand on est capable de ressentir simultanément la joie vibrale et la joie émotionnelle, la vie nous semble belle. Hors l’existence nous amène parfois dans certaines situations où on à l’impression de ne pas pouvoir faire ce que l’on aime, ce qui nous rend malheureux. Alors que faire ??? Tout simplement « faire semblant » ainsi il faut s’entraîner à être heureux sans aucune cause, être heureux non parce que l’on vit quelque chose d’extraordinaire ou qu’il nous arrive une bonne nouvelle mais simplement parce qu’on à choisit de l’être… et lorsqu’on est heureux parce qu’on a choisi de l’être, la vie nous apporte des événements qui confirment cela.

Tant qu’on attend des événements extérieurs susceptibles de nous rendre heureux on met la charrue avant les bœufs et on attend en pure perte : rien ne vient.

Quand on accomplit un travail qui ne nous plait pas il suffit tout simplement de changer de penser et d’essayer de percevoir ce qui dans ce travail est susceptible de nous donner de la joie : ce peut être simplement le fait de pouvoir partager avec des collègues, ou de percevoir l’utilité de notre ouvrage et aussi tout simplement de percevoir que ce travail nous permet d’acheter de la nourriture ou de nous acheter des vêtements…. Il faut chercher…

La plupart du temps quand on est en bonne santé on finit par s’y habituer et à ne plus s’en rendre compte et malgré ce bienfait notre mental se met à chercher des problèmes dans le passé ou le futur ou le présent et ainsi notre état de santé se dégrade et on tombe malade. Et c’est lorsqu’on commence à aller mieux qu’on commence à apprécier à nouveau le simple fait d’être « vivant »…

Savoir dire « merci »

Aussi quand tout semble aller mal dans notre vie il faut apprendre à relativiser et au lieu de voir tout ce qui ne va pas, voir tout ce qui va bien ( le simple fait d’avoir de l’eau courante chez soi, un toit sur la tête, une auto et une télé et de la nourriture peut nous rendre heureux quand on perçoit qu’une multitude de gens n’ont rien de cela) … et c’est ainsi qu’en remerciant la vie de nous octroyer déjà cela qu’on entre dans l’Onde de Grâce et que « dire merci » maintient le lien avec la Mère cosmique.. Combien d’entre nous sont-ils suffisamment ingrats pour se plaindre de leur sort et maltraiter la terre Mère qui pourtant s’est donnée en totalité à nous…

Quand un enfant ne dit pas « merci » à l’adulte qui lui fait un cadeau, il se créé une destinée où l’adulte en question ne lui fera plus de cadeau car n’ayant pas reçu de « merci » celui-ci est a même de penser que le cadeau en question n’a pas été apprécié et donc il s’abstient d’en faire d’autre. Dire « merci » permet d’entretenir le lien entre donneur et receveur et ceux et celles qui savent dire merci à la vie reçoivent toujours des cadeaux…

Alors au lieu de nous plaindre de tous nos maux illusoires et de nous concentrer sur tout ce qui ne va pas il serait plus judicieux de nous concentrer sur ce qui va bien et de remercier la Vie et prendre conscience que si on décide d’être heureux sans cause particulière cela deviendra notre réalité.

Il ne sert donc à rien de se polariser sur les problèmes (effets) générés par le « fils prodigue » que nous sommes devenus mais de nous relier au Père Mère et de lui dire « Père Mère je te remercie pour tous les bienfaits que tu m’apportes chaque jour » et « il en sera ainsi »…dés que la reliance est accompli la joie vibrale et la joie émotionnelle nous animent, il n’y a rien d’autre à faire…

Le seul moyen d’éviter les problèmes c’est d’ôter toutes les racines qui les ont générées et il s’avère fort compliqué de les enlever une a une…aussi il est plus utile de « nettoyer » le terrain en y faisant circuler l’Onde de vie … ainsi notre Royaume sera purifié et tout sera magnifique.

En ces temps du Verseau nous vivons le 11° travail d’Hercule : les eaux célestes nettoient nos écuries d’Augias. Les 4 fleuves de vie (eau, feu, air, terre) y participent… Mikael le Christ solaire nous aide à accomplir cette grande Lessive.

Christian le 18 juin 2014

Publié dans philosophie appliquée

Commenter cet article

Maryvonne 04/07/2014 12:36

Es-tu le Christian Duval que je connais ?
Pour mémoire, temps passé dans un petit moulin Aveyronnais où il faisais bon à vivre en lien avec la nature dans la simplicité du don de celle-ci.
Si oui, merci de me le confirmer ;je serai ravie de communiquer avec toi sur des éléments essentiels
Joyeuse route
Maryvonne