DE LA CONSCIENCE INDIVIDUELLE A LA CONSCIENCE UNIVERSELLE Partie 1/6

Publié le par Wydyr

DE LA CONSCIENCE INDIVIDUELLE A LA CONSCIENCE UNIVERSELLE

Partie 1/6

L’esprit et la conscience

« Je ne suis ni mes pensées, ni mes émotions, ni mes perceptions sensorielles, ni mes expériences. Je ne suis pas le contenue de ma vie, je Suis la Vie. Je suis l’espace dans lequel tout se produit.je suis la Conscience. Je suis le Présent. Je Suis (Eckhart Tole).

La Conscience d’Etre est comme une identité distincte du monde qui l’entoure, cela exige que dans un centre du corps matériel ou non localisé ou non soient regroupées un ensemble de données fournies par les systèmes sensoriels et réunis par une mémoire. Nombreuses fonctions du corps comme la vue, l’odorat, l’ouïe, tout comme les fonctions « réflexes » qui répondent aux stimuli de façon quasi automatiques fonctionnent à l’insu de notre conscience.

La conscience constitue pour chacun de nous un réservoir inépuisable de sensations, émotions, idées et c’est par son intermédiaire qu’on construit le monde tel que l’on imagine qu’il est. Les sensations sont liées à des stimuli physiques extérieurs et c’est l’ensemble de celles-ci qui constituent notre image du monde extérieur qui est projetée sur l’écran de notre conscience et nous donne l’illusion de réalité.

Certains observateurs scientifiques pensent que la conscience est une sensation directement issue d’un circuit de neurones et donc qu’elle serait le fruit de l’action du cerveau cependant l’approche métaphysique nous donne une autre version : le cerveau servirait uniquement de décodeur et d’interface entre le moi corporel et le Soi immatériel et intemporel.

Le « moi » possède sa propre conscience résultant d’un programme spécifique limité à ce monde de 3° dimension alors que le Soi dispose d’une Conscience unifiée élargie contenant le programme de tous les Possibles élaborés par la Source Originelle. Tant que l’on reste limité aux « programmes » du « moi temporel » on ne perçoit que les vérités du monde dissocié et falsifié de 3° D mais dés que le « moi » est reconnecté avec son Père (le Soi dont il est une projection) le programme dont dispose celui-ci devient disponible à sa conscience et tout peut changer.

Dés que le « moi » retrouve sa transparence originelle il se contente de transmettre les informations émanant du Soi sans les interpréter ou les déformer à partir de données pré enregistrées. L’intellect sert alors d’Interface entre le « moi temporel » et le Soi qui envoie les informations Source.

Les sensations n’appartiennent pas à notre espace temps et à l’univers objectif car elles ne sont ni quantifiables ni mesurables, elles sont déterminées par la Conscience qui est leur seul point de localisation. Chacun ressent cet espace intérieur siège de la Conscience, des sensations, de l’intelligence, de la mémoire. Les perceptions sensorielles sont comme des fenêtres ouvertes sur l’extérieur qui nous permettent d’entrer en contact avec le monde environnant.

Conscient, inconscient et subconscient

La Conscience du moi est constituée de deux couches : la couche « consciente » qui est sollicitée en état de veille et est constituée de nos idées, observations, émotions conscientes émanant de « cette vie » présente et la couche inconsciente liée à l’Inconscient collectif qui contient toutes les mémoires de tout ce qui à été vécu par l’humanité depuis sa création et donc les « mémoires endormies » de nos vies antérieures. Celles qui à notre insu modifient les décisions prises par notre conscient et en modifient ainsi la trame.

Exemple : une personne qui est morte noyée dans une vie antérieure va instinctivement avoir peur de l’eau et à chaque fois qu’elle va se trouver confrontée à celle-ci va s’en éloigner. Elle peut ainsi toute sa vie fuir l’élément liquide ou au contraire décider de se réconcilier avec. Pour cela il lu suffit de prendre des cours de natation mais au moment où son corps s’enfoncera dans l’eau la peur ressurgira dans la conscience de veille. La personne peut alors paniquer ou si elle est assistée, réussir à dépasser cet état et se libérer ainsi de cette mémoire cristallisée qui n’est ressortie à la conscience que pour être évacuée.

Il arrive parfois que la personne se souvienne de l’événement de cette autre vie mais cela n’est pas nécessaire, du moment que la réconciliation avec l’eau est accompli, le problème est réglé.

Toutes les mémoires cristallisées en notre inconscient doivent un jour ou l’autre ressortir pour être éliminées par une action consciente, c’est cette banque mémorielle de souvenirs vécus mal digérés qui nous maintient dans l’illusion du karma. Accepter de se lancer dans l’élément eau est un acte de réconciliation, de pardon avec un élément primordial dans le bon fonctionnement du corps .Tous les souvenirs enregistrés dans notre inconscient sont intimement liés avec ceux des autres humains vivants ou décédés et forment ainsi des égrégores. Toutes les personnes qui ont peur de l’eau sont en quelque sort « liées » dans l’astral par l’égrégore collectif de tous ceux qui en ont peur. Dés qu’un individu se libère de sa mémoire, il soulage l’inconscient collectif. Cet inconscient collectif est en quelque sorte la « mémoire de l’humanité matricielle » et lorsque la matrice sera dissoute il disparaitra lui aussi. Il ne faut pas confondre l’âme humaine (qui est cet inconscient de type lunaire contenant les mémoires de nos vécus antérieurs cristallisés) et l ‘âme solaire contenant toutes les Mémoires galactiques et stellaires du Soi intemporel et immatériel.

Tant que notre conscience reste limitée au « moi temporel » et à l’âme lunaire ( inconscient) on reste prisonnier des programmes de ce monde , dés que notre conscience s’est ouverte au Soi, celui-ci active le nettoyage des vieilles mémoires lunaires et le contenu de l’inconscient passant au crible du conscient impulsé par le Super conscient est totalement effacé.. Le « moi » retrouve sa transparence et vit dans le Présent sans être perturbé par les vieux souvenirs inconscients du passé.

Le subconscient (localisé vers le thymus à proximité du centre cardiaque) sert de pont entre l’inconscient et le conscient, il agit par le biais d’intuitions et de perceptions sensorielles. Il suffit parfois d’une musique ou d’une odeur pour qu’un souvenir du passé oublié ressurgisse à notre conscience.

Les trois niveaux de Conscience

La Conscience semble donc constituée de trois niveaux :

  • Le Super conscient ou Soi solaire détenant la Connaissance universelle
  • Le Conscient ou Moi étant induit d’un programme particulier limité pour cette incarnation
  • L’Inconscient ou âme lunaire contenant le programme des vécus cristallisés (karmas)

Certains programmes de l’inconscient collectif sont chargés de faire fonctionner notre corps sans intervention de notre volonté (comme le cœur, les organes, la respiration, la locomotion, la digestion etc.) le « moi » n’a aucun besoin de se concentrer sur tout cela par contre il est chargé de transmettre les infos captés par le cerveau qui sont relatives a certaines actions à accomplir.

La plupart des actions conscientes qu’on accomplit sont tout d’abord résultantes d’efforts de volonté : il faut apprendre à nager, à marcher, à parler, à chanter, à écrire… etc. mais deviennent rapidement des réflexes automatiques. Il en est de même pour les autres activités résultantes de nos désirs de faire ceci ou cela. Avant de jouer correctement du violon il faut prendre une multitude de cours et répéter pendant des heures jusqu’au moment où l’information est suffisamment ordonnée au niveau neuronal pour que l’on puisse jouer de façon instinctive sans réfléchir ou surveiller notre doigté. Ainsi chaque nouvelle activité vient enrichir nos circuits neuronaux et s’intègre dans notre programme de base.

C’est à ce niveau là que nous sommes tous différents puisque chacun selon ses désirs et attentions n’active que certains circuits générateurs de « possibles » alors que d’autres restent à l’état de dormition. La fonction créant l’organe il apparait évident que celui qui s’entraine au violon finit par développer en son cerveau les fibres de Corti qui ne le sont pas chez celui qui ne s’entraine pas. Et ces facultés peuvent se transmettre génétiquement aux descendants. Tout individu peut jouer du violon, avec plus ou moins d’efforts et plus ou moins bien mais les enfants ayant hérité de leurs parents un réseau de fibres de Corti plus développé auront beaucoup plus de facilité que celui qui n’a aucun musicien dans ses trames génétiques.

Cependant le fait de « disposer » de cet atout ne fait pas tout car nombreux d’entre nous disposent de talents innés qui sont en dormition. Les grands penseurs, chercheurs et mystiques quant à eux développent en leur cortex cervical des circuits neuronaux leur permettant de mieux comprendre les mystères de l’univers quantique et ce sont eux qui permettent ainsi aux générations futures de s’ouvrir spontanément à d’autres réalités encore inconnues avant leur venue.

Nous n’inventons rien, nous ne faisons que découvrir

Tous les possibles sont inscrits au sein de la Conscience universelle Source mais seuls ceux qui sont « reconnus » et activés par l’Attention peuvent passer du monde des possibles au monde de la réalité spatio- temporelle. Ainsi l’électricité existait déjà au Moyen Age mais personne n’avait encore eu l’idée de son existence et donc aucun instrument permettant de la capter n’avait été mis au point. Toutes les inventions révélées par nos Génies ne sont donc en fait que des découvertes. La Conscience Source à tout prévu, tout organisé pour que les Esprits conscients découvrent toutes ces merveilles conceptuelles contenues en son Disque dur.

La Conscience du « moi » limité par le programme du cerveau corporel ne peut imaginer une chose que lorsque celui-ci à accepté l’information. Croire à l’invisible et à l’inconnu est donc la meilleure façon d’ouvrir notre conscience à d’autres possibles. La fonction créant l’organe, il suffit de croire à l’existence de la Lumière adamantine pour que notre cerveau envoie les influx nécessaires pour cocréer en notre corporalité les éléments qui nous permettront de percevoir et de canaliser celle-ci. Tout ce que le cerveau accepte fait partie de notre réalité et ceci sans aucun discernement. Le cerveau est un émetteur récepteur, il capte des idées et pensées et les transmet, il ne fait aucune différence entre la réalité et la virtualité, entre un événement vécu et un film visualisé sur un écran ou une télé réalité. Dés que l’émotion est touchée toute la biochimie du corps en est affectée.

Stigmatisation, possession et utilité du végétarisme

C’est ce qui explique entre autre les phénomènes de possession et de stigmatisation. Dés qu’un individu se concentre pendant des jours et des jours à imaginer les plaies du Christ jusqu’à les ressentir en sa propre chair il finit par déclencher le processus en son corps via son cerveau qui croit cela réel.

Il en est de même pour la « possession ». Tout individu qui croit qu’il peut être possédé par une entité malfaisante ouvre en quelque sorte la porte à celle-ci qui pourtant n’est n’a qu’un pouvoir suggestif (comme toutes les entités de l’astral) et n’a de pouvoir sur la matière corporelle que lorsque le cerveau de la personne croit cela possible. (J’ai explicité tout cela en détails dans mon article « le végétarisme peut il faciliter l’ascension)

A suivre………………

Christian Duval

Publié dans conscience quantique

Commenter cet article