LES MOTS SONT REVELATEURS

Publié le par Wydyr

LES MOTS SONT REVELATEURS

« L’Etre nous à créé à son image et sa ressemblance «

Cette phrase peut sembler énigmatique vu que l’Etre n’a pas de visage puisqu’il est Pur Esprit, Présence invisible. Cependant au-delà de l’apparence on peut comprendre qu’il à initialisé en notre conscience l’image de son Etreté, en d’autres termes il nous a doté du même pouvoir que Lui et nous invite à a agir comme lui avant que notre attitude soit ressemblante à la sienne. Cette constatation n’est pas sans incidence car elle révèle qu’Il nous a transmis son Potentiel créateur et que nous ayant créés libres il n’intervient pas dans nos créations. Après nous avoir créés il se repose. Et tel un père léguant à son fils l’entreprise qu’il à élaboré le laisse libre de gérer ses affaires.

C’est la raison pour laquelle à chaque fois que nous invoquons un Dieu Eternel immatériel situé loin dans le ciel on a l’impression de ne pas être exaucé. Nous ne pouvons pas désirer ce que nous avons et puisque l’Etre nous à octroyé la capacité d’Etre ce que nous souhaitons Etre, quand nous l’invoquons notre Pouvoir magique créé cette situation : celle d’être une créature qui demande à être exaucé. Dés qu’on inverse le processus et qu’on reconnait Etre Créateur de nos réalités tout change puisqu’au lieu de demander quelque chose on utilise le Pouvoir que l’on reconnait avoir pour l’obtenir

Les Etres Lumineux qui nous apportent leur soutien en ces temps de transformation n’ont d’autre but que de nous rendre autonomes et dés que nous reconnaissons notre statut de créateur nous les libérons de leur tâche d’assistanat. Nous révélons ainsi notre maturité, et cessons de les prendre pour des baby Sitter destinés à veiller sur nous pour nous protéger ou nous nourrir.

« Tout est illusion «

Voyons la définition du mot illusion : Erreur des sens ou de l’esprit qui fait prendre l’apparence pour la réalité.

Si on regarde le monde à travers une vitre colorée en bleu on voit tout en bleu, si on le regarde à travers une vitre sale on le voit sale, alors qu’il suffit d’ouvrir la fenêtre pour percevoir la réalité. Tant qu’on voit le monde à partir d’une conscience de victime on ne voit que des bourreaux.

Toute image peut stimuler l’excitation ou au contraire la faire baisser, ainsi les sages ont donnés à leurs disciples une méthode afin de maitriser le désir sexuel : quand ils faisaient l’amour avec une femme ils visualisaient l’intérieur du corps, viscères, organes, et cela avoir pour effet immédiat de diminuer la tension sexuelle.

L’image est intimement liée à l’illusion en notre monde. Toute illusion est générée par une image pré enregistrée qui est un programme. C’est l’image qui suscite le désir sexuel d’où les fantasmes nécessaires à certains lorsqu’ils font l’amour car ils ont beau s’activer sexuellement, sans fantasmes ils ne ressentent rien. C’est l’image du désir qui nous fait ressentir les choses.

Exemple : un homme peut croiser une belle femme et cela fait réagir sa libido sans même qu’il ait une pensée liée au sexe mais l’image extérieure réveille l’image du désir pré enregistrée en lui.

Le cerveau utilise la banque d’images intériorisées pour susciter le désir et le corps astral réagit. Cela se passe au niveau inconscient, instinctif, c’est le programme du corps qui tend à diriger. C’est la même chose pour tout : l’idée d’un bon plat peut stimuler notre appétit,

La « sensation » et l’illusion sensorielle

Notre esprit s’est revêtu de perceptions sensorielles afin de ressentir ce monde. Un Esprit qui est coupé de toute perception sensorielle (toucher, vue, gout, odorat, ouïe) ne peut communiquer avec ce monde, même s’il est incarné dans une forme corporelle. Par nos sens nous ressentons et cela s’enregistre en notre mémoire sensorielle cellulaire qui ainsi créé le film de l’illusion sensorielle.

La matière n’est qu’une sensation de l’esprit ; notre corps n’est qu’une sensation de notre esprit et la sensation est « Maya », elle n’est pas la réalité mais une impression de celle-ci.

« Je ressens » n’est pas « Etre Je Suis « mais expérience du Je Suis à travers une forme qui ressens.

La sensation apparait comme réalité en ce monde mais tout cela fait partie de l’illusion.

Notre Esprit entre en contact avec le monde via les sens parce que dans l’expérience qu’il à choisi – d’oublier qui il est pour expérimenter ce qu’il n’est pas – il peut ainsi se souvenir de ce qu’il est via les Devas et autres perceptions invisibles qui ainsi l’aident à se souvenir : les arbres, les plantes, les fleurs font partie du peuple élémentaire, ce sont des images virtuelles des devas qui ainsi participent à notre ressouvenance.

Lorsqu’on respire le parfum d’une fleur on entre en contact avec l’âme d’un Deva mais il faut ensuite intérioriser le ressenti vers le cœur pour favoriser le ré souvenance. Tant que nos ressentis restent extérieurs on tourne en rond dans l’illusion sensorielle

Définition du mot sensation (dictionnaire) : une sensation est une information reçue par le système nerveux central lorsqu’un organe sensorielle réagit à un stimuli extérieur.

Exemples :

Avoir la sensation que = avoir l’impression de quelque chose

Nouvelle à sensation : nouvelle destinée à causer de l’émotion, à attirer l’attention (plan astral)

Voyons la définition du mot impression :

« Empreinte, impression de froid ou de chaud ou de douleur

Avoir l’impression de = avoir la sensation de – le sentiment de - c’est-à-dire croire, s’imaginer

Faire impression sur = agir sur

Faire bonne impression = sentiment favorable

Voyons la définition du mot sentiment :

« Manière de penser, d’apprécier, connaissance ou savoir donner d’une manière immédiate ».

J’ai le sentiment de = simple impression

Le senti – mental = ressenti a partir du mental.

D’où la conclusion : l’Esprit expérimente ce monde à travers le corps sensoriel, émotionnel et sentimental. La matière est la sensation de l’Esprit qui permet cette expérience.

Chaque pensée (consciente ou inconsciente) active une image pré enregistrée en l’inconscient et déclenche un flux hormonal qui active une émotion, et modifie les humeurs et la biochimie corporelle (la joie ou la colère agissent de même mais n’ont pas le même impact sur la santé) ce qui démontre le pouvoir de la pensée sur la biochimie corporelle et la biochimie du corps.

Dés qu’on inverse le processus de vision (on voit à partir du Soi) on se rend compte que l’extérieur est reflet de nos humeurs internes et que ce ne sont pas les images externes qui décident de tout puisqu’elles sont effet miroir mais l’inverse.

On attire une personne colérique non parce qu’on est colérique mais afin que face à celle-ci on définisse qui on est selon notre façon de réagir

On attire le bourreau manipulateur non parce qu’il à un pouvoir sur nous mais pour que par notre façon de penser et ressenti profond nous définissions si nous sommes victimes ou si cela nous laisse indifférent nous ne rencontrons que nos propres fantômes et fantasmes)

Quand on a compris le processus, qu’on à redécouvert qu’on était Magicien et non victime, on peut vivre dans l’illusion sans que cela nous perturbe car on créé alors l’illusion ou rêve qui nous permet d’exprimer qui nous sommes.

L’existence

Définition : c’est une manière de vivre, une façon d’appréhender la vie à partir d’un programme…

L’existence n’est pas la vie, elle consiste à « jouer au jeu de la Vie, elle donne l’impression de vivre. Les sentiments nous donnent l’impression de bonheur ou de malheur mais tout cela n’est que sensation.

Lumière nouménale et phénoménale

Un « noumène » est la chose telle qu’elle est en soit, opposé au « phénomène » qui est ce qui apparait, ce qu’est perçu par les sens, ce qu’on peut observer.

La lumière nouménale est invisible, elle est la Lumière originelle non observable alors que la lumière phénoménale (électromagnétique) est génératrice de phénomènes observables. La première appartient à la réalité, la seconde appartient à l’illusion.

Le phénomène (ce qui apparait) est donc apparence et l’apparence est : ce qui se présente à la vue ou philosophiquement ce que nous percevons par opposition à la réalité en soi qui nous échappe


Christian Duval le 30 Novembre 2014

Publié dans philosophie appliquée

Commenter cet article