SERIE IL ETAIT UNE FOIS : Le lâcher prise et la tourbe !

Publié le par Wydyr

SERIE IL ETAIT UNE FOIS :

Le lâcher prise et la tourbe !

Il était une fois ….

Une bande d’amis qui désireux d’aventure s’étaient réunis afin de partir en équipée par monts et par vaux. Pendant des jours et des jours ils cheminèrent en devisant gaiement sur des voies de terre et traversant champs et forêts s’en réjouissaient. Mais le destin veillait et la virée tourna au cauchemar.

Engagés sur un sentier forestier tout en continuant à échanger des banalités ils ne se rendirent pas compte que petit à petit la nuit avait enveloppé le ciel de son manteau d’obscurité. Ils se retrouvèrent bientôt dans le noir total. Les plus hardis s’empressèrent d’allumer leurs lampes torches mais celles-ci ne diffusèrent que des traits de lumière opaque au milieu d’un brouillard qui semblait être arrivé en même temps que la nuit. On n’y voyait goutte !

Le plus hardi d’entre eux (car il y en a toujours un !) prit la tête de la petite troupe et malgré la noirceur les pérégrinant continuèrent leur avancée nocturne. Il se rendit bien compte que le sol était de plus en plus humide et mou mais la petite troupe poussant fort ne permit pas au chef de l’équipée de dire « stop » et c’est ainsi que tous se retrouvèrent bientôt les pieds comme aspirés par une terre humide et froide.

  • Ne paniquez pas dit le chef, ce n’est rien, certainement une petite mare à traverser
  • Mare ou pas dit l’un des autres, y’en a marre, j’ai l’impression de m’enfoncer de plus en plus, j’ai de la terre jusqu’aux genoux !

Le chef ne put que constater le fait : tous s’enfonçaient irrémédiablement dans une sorte de vase

  • Je sais dit l’un d’eux, j’ai vu cela sur la carte cet après midi mais je ne pensais pas qu’on passerait par là on à du s’égarer
  • Tu sais quoi dit un autre énervé !
  • Je pense qu’on est tombé dans une tourbière !
  • Quoi ! dit une fille, mais c’est dangereux çà
  • Plutôt dit un autre, c’est comme des sables mouvants, plus tu bouges, plus tu t’enfonces !
  • On ne peut pas appeler du secours avec nos portables
  • Non, y a pas de réseau dit un autre !

La panique commença à s’emparer du petit groupe. Afin de ne pas se laisser emporter par les autres chacun et chacune s’écarta et plus ils s’agitaient plus ils s’enfonçaient. Chacun totalement identifié à son corps et à ses peurs se voyait déjà englouti par les terres humides et fangeuses.

  • On va mourir cria une fille !
  • Ne paniquez pas dit le plus sage, il y a toujours une solution à tout !
  • Oui tu parles d’une solution, sur ! on ne coutera pas cher à enterrer car on ne nous retrouvera jamais !

Le plus sage n’écoutant pas les vociférations des autres, respira un grand coup, et centra toute son attention sur son cœur et il appela a l’aide sa guidance interne. Immédiatement il se sentit envahit pas une paix profonde et une confiance inébranlable s’installa en lui, peu importe ce qui arrivait il fallait l’accepter ; ne pas paniquer, ne pas lutter contre la situation, simplement rester centré et attentif car il y avait une solution il en était certain. Puis il ouvrit les yeux et dirigeant sa torche « au hasard » il n’aperçut pas très loin de sa tête une branche assez grosse pour supporter son poids, il s’accrocha et s’extirpa de la tourbière et rejoignant le tronc redescendit sur une terre plus ferme.

  • Ne vous inquiétez pas dit il aux autres, j’ai trouvé la solution je suis sorti de la tourbe, je vais vous aider

Il lui fallut certes faire beaucoup d’efforts pour aider les uns et les autres à sortir de cette situation car la panique était difficile à enrayer et celle-ci ne faisait que compliquer la situation. Une fois tous sortis de la tourbe ils décidèrent d’un commun accord de ne pas bouger avant le lever du soleil. Ils s’endormirent.

Le soleil les réveilla par l’intensité de ses rayons. Le brouillard avait disparu. Ils pu ainsi apercevoir la tourbière qui en fin de compte n’était pas si énorme que cela quoique profonde. Ils se remirent prudemment en chemin et après des heures de marche s’en retournèrent chez eux.

Fin

Cette histoire est fort révélatrice !

Il suffit d’un peu de manque d’attention pour se laisser emporter dans des situations problématiques et dés qu’on s’identifie à l’expérience, on panique et on perd tous ses moyens. Il suffit de si peu pour sortir d’une situation dramatique ou pour en mourir ! Le « sage » de l’histoire a trouvé la solution parce qu’il à rétabli la paix en lui et n’a pas lutté contre la situation, il ne s’est pas braqué contre quoi que ce soit et ainsi il a pu orienter sa conscience vers sa guidance intérieure, puis il à lâché prise ! Il a accepté ce qui était et sa voix intérieure l’a incité à orienter sa lampe torche vers cette branche providentielle ! Quant aux autres, plus ils s’agitaient, plus ils cherchaient à en sortir, plus ils s’enfonçaient.

La lampe torche du plus sage a produit un petit rayon de lumière qui à percé l’ombre ambiante et lui a montré la solution : cette Lumière est celle du Soi qui agit simplement mais efficacement.

En toute situation, quelle qu’elle soit il faut accepter de lâcher prise, de prendre du recul, d’accepter ce qui est (que ce soit un accident, une maladie, une perte, une rupture) afin de ramener le point d’attention de la conscience vers le Centre car c’est de la qu’émane la solution qui indique l’action adéquate à accomplir.

Lâcher prise ce n’est donc pas ne pas agir mais c’est agir en Conscience après avoir rétabli la paix intérieure. Vouloir agir sans avoir lâché prise ne fait souvent qu’empirer les choses alors qu’agir après avoir lâché prise apporte la solution.

Christian Duval le 11 Juin 2015

Publié dans il était une fois

Commenter cet article