L’ILLUSION DE L’ILLUSION : COMMENT S’EN LIBERER 5/6

Publié le par Wydyr

L’ILLUSION DE L’ILLUSION : COMMENT S’EN LIBERER 5/6

Changer le programme est indispensable

Si notre corps vieillit c’est parce que notre moi est identifié au programme de ce monde et à l’inconscient collectif qui l’a formaté. La transmutation ne peut s’accomplir que lorsque notre « moi » abandonnant ses anciens programmes accepte d’actualiser les programmes émanant de notre Soi conscience quantique et ainsi on peut dire que l’on meurt au « moi » pour renaitre au Soi.

Cela ne peut se faire que lorsque notre mental et notre émotionnel sont nettoyés des vieux schémas du passé afin de retrouver la transparence originelle. Le mental et l’émotionnel et le sensoriel sont des outils qui nous permettent d’appréhender les réalités et possibles de ce « monde » ils ne sont pas nos ennemis mais des « outils », par contre notre Conscience (qui est l’artiste) n’est pas limitée par ses outils (mental, émotionnel, sensoriel).

Notre mental nous permet d’appréhender des concepts virtuels émanant de notre Soi Source et nos émotions nous permettent via le sensoriel de ressentir ceux-ci comme « réalités perceptibles » mais il est totalement inutile de s’identifier à ces perceptions sensorielles qui ne sont qu’émanation de nos programmes génétiques d’humain animal (conscience incarnée dans un corps carbone instinctif).

Notre Soi nous envoie les infos via notre corps causal (mental abstrait) qui les transfère à notre corps mental (mental concret) ainsi l’idée source se transforme en « idée concrète » c’est-à-dire en image intériorisée projetée sur l’écran de notre conscience (via notre cerveau qui sert de décodeur) et l’information est alors « ressentie » comme « émotion » et transmise au corps physique par le biais des sensations (corps éthérique). Ainsi notre corps nous permet de ressentir et d’expérimenter certaines idées Source mais notre Conscience ne doit pas s’identifier aux idées ni aux émotions sinon on tombe dans le piège de l’illusion de l’illusion » et notre « moi » devient opaque en accumulant et stockant les informations qu’il à expérimenté.

L’illusion du karma

C’est ainsi qu’on se créé une banque mémoire dite « karmas » Celle-ci n’est qu’une banque de données de ce qu’on à mal digéré, de ce qu’on n’a pas voulu lâcher, de ce que l’on à retenu et qui ainsi nous empêche de vivre autre chose… et notre corps dense ressemble de vie en vie à celui de nos existences antérieures alors que nous pourrions vivre autre chose.

Le karma fait partie de l’illusion. Rien n’est réel que l’Esprit Absolu, Celui qui porte la Vie partout et en Tout et la Conscience est l’outil permettant à celui-ci de Se connaitre par l’expérience.

La Conscience sépare de l’Absolu car en l’Absolu il n’y a aucune manifestation, aucune énergie, aucune conscience de temps, d’espace, d’énergie puisque l’Absolu est Tout et qu’il n’y a rien d’autre d’extérieur lui renvoyant l’image de Ce qu’Il est. En l’Absolu tout se « repose ».

Lorsque l’Absolu se projette en tant que Soi conscience Source il se sépare de lui-même pour s’observer. Ce Soi conscience universel contient tous les Soi consciences des Etres expérimentant l’Univers. Le Soi fait aussi partie de l’Illusion car il est projection dans un processus : l’Univers subjectif est un film de possibles à vivre.

L’Univers « dissocié » tel que nous le percevons ici bas fait partie de l’illusion mais il est lui-même illusion dans l’illusion et lorsqu’on s’identifie à cela on reste prisonnier de l’Illusion c’est-à-dire du programme élaboré par cette « matrice ». L’illusion n’est donc pas une chose mauvaise en Soi puisque tout l’Univers est « illusion » permettant à l’Esprit de se découvrir en tant qu’expérimentateur.

Tous nos Soi font partie du Soi universel Source mais chacun observe l’univers à partir d’un programme particulier (celui émanant de notre Soi) et ainsi tous les Soi permettent au Soi universel manifestant l’Absolu de se connaitre.

Libérer Gaia de l’Illusion du moi collectif

Au sein de la matrice il en est de même : tous nos « moi » font partie du « moi » temporel propre à la conscience de l’humanité incarnée .Chacun perçoit le monde par sa « petite lucarne mentale » et tout ces « moi » formant le « moi de l’humanité résidente sur terre » générent le « moi de Gaia », de cette terre que l’on dit « dissociée » ou coupée de la Source. Ce « moi » suis pure illusion mais semble réel tant qu’on reste identifié à son « programme » qui est sans cesse alimenté par les croyances et instances de l’inconscient collectif.

Le travail spirituel est un travail de dégagement de ce schéma collectif qui est illusion au sein de l’illusion. Chacun de nous doit donc dissocier son petit moi de l’inconscient collectif (matrice dissociée alimentée par la lune déformant la réalité) cela demande donc une plongée vers l’intérieur pour « découvrir » l’observateur qui est en nous (notre Soi conscience) et a partir de ce Point de vue solaire observer les agissements de notre mental, de nos émotions et sensations sans s’identifier à celles-ci (comme si on regardait un film)

Ainsi peu a peu les informations engrangées se projettent sur l’écran de notre conscience et l’on peut les « voir » comme étant « illusions » et tout ce qui à été intériorisé comme mémoires se réactualise sur cet écran intérieur et petit à petit on se libère des vieux schémas dés qu’on les observe en conscience pour ce qu’ils sont (sans se laisser perturber par ce que l’on voit) et peu a peu on se libère des gènes héréditaires familiaux, raciaux, ethniques, religieux , moraux etc…

On perçoit alors l’illusion a partir de notre Soi et on peut expérimenter ce que l’on choisit de vivre en y portant attention et on ne porte plus aucune attention aux vieux schémas ou à ce que l’on ne souhaite pas expérimenter même si les autres autour de nous y prêtent encore énergie. Car l’Attention est fille de l’amour, elle est énergie et dés qu’on porte attention sur une idée c’est qu’on reconnait que celle-ci existe et elle s’actualise dans notre réalité c’est à dire l’univers tel qu’on le perçoit. Chacun génère et expérimente l’univers tel qu’il le perçoit objectivement.

Tant qu’on ne fait pas ce travail de dégagement pour passer de l’acteur (moi) à l’observateur (Soi) on reste prisonnier des événements générés sur la scène de notre vie (individuelle et collective) et on reste une créature lunaire semblant subir un destin collectif et ballotée par les aléas de cette réalité que l’on croit réelle (c’est-à-dire du programme matriciel propre à l’astral). On reste alors tiraillé entre l’homme (intellect) et la femme (émotions) qui nous habitent, on ressent alors la souffrance d’être un Esprit humain enfermé dans une peau de bête (corps animal pulsé par des instincts collectifs).

La Vie : une grande instructrice

La Vie alors se charge de nous inciter à prendre conscience du processus et les vieux schémas non nettoyés en notre mémoire conscience sont alors projetés sur l’écran de notre conscience en tant qu’événements quotidiens révélateurs de ceux-ci (toutes les vieilles croyances et émotions cristallisées lors de nos vies passées s’actualisent sous forme d’événements identiques à ce passé et ainsi on se trouve «face à face « avec des situations dites « karmiques ».

On ne peut échapper à ce processus puisque tout ce que nous avons créé et qui n’est pas éradiqué revient s’actualiser sur notre scène existentielle. Ce n’est qu’au moment du « face à face » que l’on peut :

  • soit éradiquer cette vieille mémoire simplement en l’observant à partir de Notre Soi pour ce qu’elle est (c’est-à-dire une pure illusion) soit refuser de voir les choses en face (et donc de remettre ce nettoyage à plus tard ce qui fait que l’événement en question se représentera autant de fois que la mémoire le générant ne sera pas éliminée)
  • soit s’identifier à l’événement et le recréer par l’Attention comme étant une réalité et la mémoire de cela se cristallise encore davantage et lorsque cela s’accomplit une multitude de fois cela devient une habitude dont on a un mal fou à se débarrasser et ainsi notre corps et notre vie devient « souffrance »

A suivre….. Christian Duval

Publié dans philosophie appliquée

Commenter cet article

clara 22/07/2015 11:15

Une vague impression d'avoir lu ici un résumé de toutes les phrases ineptes qui existent dans le monde concernant la réalité