LE VRAI CIEL ET LE FAUX CIEL Monter au ciel ! Une illusion ?

Publié le par Wydyr

LE VRAI CIEL ET LE FAUX CIEL

Monter au ciel ! Une illusion ?

Cet article fait suite à ma conférence du 28 octobre diffusé sur LGC « tout, tout, tout… »

Les différents enseignements relatifs à la réincarnation nous ont amené à penser qu’après notre mort nous traversons le purgatoire et qu’ensuite nous « montons au ciel » (paradis) en attendant nos prochaines incarnations.

Hors ceci est à la fois vrai et faux. Vrai parce que nous montons dans une autre vibration (ciel), faux quand nous croyons que ce « ciel » est le ciel véritable, celui situé au-delà de la matrice astrale.

Lorsque la Lumière adamantine vibrale se projette dans la matrice astrale qui est notre, elle change sa structuration et devient « Lumière astrale » se manifestant sous deux fréquences : la Lumière de l’Ombre qui correspond à l’astral supérieur (domaines des anges, du paradis, ou demeure notre ange de lumière) et l’Ombre de l’Ombre qui correspond à l’astral inférieur (domaine des anges noirs ou démons, ou demeure notre ange noir)

L’évidence est là : dés qu’il y a projection il y a « Ombre »

La Lumière astrale est une projection, une Ombre de la Lumière adamantine. Cette dernière est blanche, translucide, transparente et structurée sous forme d’un treillis hexagonal, alors que la Lumière astrale (son reflet dans la matrice) est constitué de particules désorganisées (de forme ronde) qui se manifestent sous forme de 7 couleurs.

Le haut astral est un monde haut en couleur. Un monde où les pensées deviennent formes pensée et se projettent en tant qu’images sur l’écran de notre conscience. Après notre mort nous y rencontrons tous ceux que nous avons aimés et aussi toutes les imageries conceptuelles de ceux et celles qui ont imaginé des belles choses lors de leur incarnation, y compris les nôtres. Nous y côtoyons des licornes, des fées, des devas, des guides de lumière, des dauphins et autres créatures sympathiques et féériques. C’est là que nous trouvons les « photos » de nos belles créations et pensées générées lors de notre incarnation. Nous y trouvons aussi tous les dons et talents que nous avons généré lors de nos vies antérieures.

Le bas astral est constitué de couleurs opaques, sombres, caca d’oie, noir, gris, marron, noir. Toutes les couleurs qui n’appartiennent pas au spectre de l’Arc en ciel. Après notre mort nous y rencontrons tous ceux avec lesquels nous avons eu des problèmes, nos ennemis, et toutes les images correspondant au scénario d’un enfer gouverné par un démon, un monde peuple de harpies, de goules, de démons, de monstres repoussants. Nous y trouvons les images de nos sombres créations, de tout ce qui nous à fait peur, de tous nos démons intérieurs qui semblent s’y être installés.

Nous sommes cocréateurs de l’Astral

Nous devons prendre conscience qu’avant nos incarnations en cette matrice astrale, toutes ces imageries n’existaient pas, l’écran astral était vierge de toute image comme peut l’être un ordinateur contenant multiples logiciels générateurs de possibles mais non encore « activés ».

C’est « nous » qui avons participé à la création de cet astral et à toute cette imagerie. Nous sommes cocréateurs de tout ce qui se trouve dans le haut astral et le bas astral. Nous nourrissons en alternance notre Ange blanc et notre ange noir ou daemon. Toutes les créatures de l’astral sont nos créations.

Tout ce qui est créé au sein de l’astral appartient à l’astral et toutes les créatures générées par nous à partir de ce plan non connecté à la Source ne connaissant pas la Lumière ont fini au fil du temps à engorger l’astral de formes pensées négatives (démons).

Lorsque le sang de Jésus (réaligné sur la fréquence adamantine source) a pénétré les couches profondes de la terre astrale, ces « démons » ont « connu » la Lumière et ainsi Jésus à libéré la terre des mondes infernaux. Il ne nous restait plus, individuellement qu’à cesser de créer des pensées de dualité et de noirceur.

L’Archange Lucifer est un Etre émanant de la Lumière. Cocréateur du Logiciel terre il à été lui-même obligé de s’y projeter (tout créateur doit expérimenter sa création) et la partie projetée de lui-même s’est aussi trouvée enfermée dans le « jeu de l’astral » et a créé des démons. Satan (Shaitan qui veut dire celui qui résiste) n’est pas né de la Lumière Source mais de la Partie de l’Archange Lucifer enfermée dans le jeu. Satan appartient à l’astral, il est né en ce monde, il n’a aucune réalité au-delà de ce monde. Le travail accompli par Jésus à été aussi destiné à libérer Lucifer de sa projection satanique.

Notre Soi conscience n’appartient pas à ce monde pas plus que notre Ame solaire qui en est le programme. Notre « moi » temporel est une projection d’une partie de cette Soi conscience dans ce monde et donc aussi d’une partie de notre « âme ».

Notre Soi est constitué de Conscience et de Lumière adamantine mais sa projection en ce monde est constituée de Lumière astrale et de conscience limitée aux programmes de « ce monde ». De ce fait nous avons créé une fausse mémoire) qui est notre « inconscient » et qu’à tort nous appelons « âme. Hors cette âme (contenant toutes les mémoires de nos incarnations en ce monde) appartient à ce monde et disparaitra avec la dissolution du plan astral. Elle est double. En tant que « bien » elle nourrit notre ange du haut astral, en tant que « mal » elle nourrit notre ange noir du bas astral, notre démon, notre Satan individuel.

Si Jésus à nettoyé l’astral collectif en révélant à ces formes démoniaques la Lumière véritable il n’en demeure pas moins que chacun d’entre nous doit actualiser cette transformation et ce nettoyage au niveau individuel. Toutes les exactions religieuses réalisées après la venue de Jésus qui ont engendré une multitude de tortures et de massacres (croisades, inquisition) ont nourri le « Satan » collectif et les inquisiteurs qui disaient combattre le démon se sont révélés comme étant les instruments de celui-ci.

Cependant il ne sert absolument à rien (si ce n’est de continuer à nourrir ce Démon collectif) d’entrer en croisade contre ces entités religieuses manipulatrices, il faut accepter de pardonner car nombreux religieux ayant participé à ces croisades (et nombreux d’entre nous y ont participé) se sont fait eux aussi manipulés par l’illusion collective.

Il est fort dommageable de croire qu’après nos incarnations sur terre nous remontons au ciel et qu’après un certain temps nous revenons ici bas continuer à régler nos karmas. En vérité, depuis des milliers d’années nous sommes enfermés dans cette matrice et ce « faux ciel » aussi paradisiaque soit-il. L’évidence est là ! Si nos âmes pouvaient s’échapper de ce plan infernal elles seraient vraiment masochistes d’y être revenues ! Et si nous y demeurons encore c’est que nous n’en sommes jamais sortis. Le paradis tel qu’il est décrit par les religions appartient à la matrice !

Notre corps astral tout comme notre corps éthérique est « sans masse ».

Il peut prendre toute forme et coloration lumineuse. Mais à chaque fois que nous donnons vie à un « possible matriciel » par notre Attention nous chargeons notre astral d’une « masse résiduelle » qui se manifeste comme un désir et qui nous maintient via la loi d’attraction en ce monde.

Dés que nous portons notre Attention sur un possible (que ce soit un concept agréable comme la santé ou le bonheur ou un désagréable comme la maladie ou la pénurie) c’est que nous « reconnaissons » que cette chose existe et nous lui donnons vie et énergie. Tout c’à quoi nous ne portons pas attention n’existe pas « pour nous ».

Toutes les choses et concepts auxquels nous avons porté Attention tout au long de nos incarnations ont généré une « masse » dans notre corps astral (émotionnel et mental) et nous maintient en cette matrice. Tout ce qui a laissé « empreinte » dans notre émotionnel se cristallise sous forme d’une mémoire résiduelle que l’on appelle « karma ». Celui-ci n’est ni plus ni moins qu’une mémoire à nettoyer et tant que cela n’est pas accompli nous revenons en ce monde.

Tout ce que nous pensons de notre vivant, tout ce que nous imaginons et qui nous « touche » créé une imagerie dans le « plan astral » et lorsqu’après la mort nous nous retrouvons dans ce plan nous sommes confrontés à ces « images » que nous avons créés et nous choisissons parmi celle-ci celle que nous décidons de dissoudre définitivement par une prochaine incarnation. Tant qu’une partie de nous appartient à ce monde, nous y revenons. Tant que nous désirons quelque chose nous nous réincarnons, tant que nous voulons vivre un rêve ici bas nous reprenons corps.

LE PROCESSUS POST MORTEM

Chacun de nos corps subtils émane d’un atome germe qui lui à donné vie.

L’atome germe de notre corps physique est situé dans notre cœur.

L’atome germe de notre corps éthérique (vital) est localisé dans notre plexus solaire

L’atome germe de notre corps astral est situé dans le foie.

L’atome germe de notre corps mental est situé dans le cerveau (vers le 3° œil)

Tous ces atomes sont reliés par la « corde d’argent ».

Lorsque notre cœur cesse de battre, l’atome germe de notre corps physique transfère la mémoire de tout notre vécu à l’atome germe de notre corps éthérique (situé dans le plexus). Lorsque cela est accompli, la corde reliant le cœur au plexus est dissoute.

L’information de nos mémoires cellulaires est intégrée dans l’atome germe de notre corps vital (chaque atome germe est comme une clé USB). Puis le processus continue. L’information contenue en l’atome germe du corps vital est transmise à l’atome germe du corps astral (situé dans le foie) et la corde d’argent reliant le foie au plexus se rompt. Toute l’information est transférée dans l’atome germe astral. Puis l’information est ensuite transmise à l’atome germe du corps mental. La corde reliant le foie au cerveau est rompue et nous sommes définitivement déclaré « morts ».

Tout ce travail de « transfert mémoriel » dure trois jours. 72 heures. C’est la raison pour laquelle il est conseillé de laisser un mourant dans une ambiance de paix et de recueillement pendant ce laps de temps avant de mettre le corps en terre. Il est évident que les pleurs, gémissements et autres discussions autour du mourant ne font que perturber ce travail de rétrospection

C’est pendant ce laps de temps que notre « âme » passe par le purgatoire. Ce mot ne doit pas être compris comme étant punition mais uniquement comme passage indispensable pour « purger » nos mémoires des charges émotionnelles cristallisées.

Ainsi nous faisons la rétrospection des vécus de notre incarnation (nous revoyons notre vie à l’envers) et ressentons émotionnellement la résultante de nos actes. Cela est plus intense car nous ne disposons plus de corps physique mais uniquement d’un corps astral. C’est à ce moment là que nous choisissons les conditions de notre prochaine incarnation. Nous déterminons quel genre de charge émotionnelle (de karma) nous voulons libérer. Ce choix est déterminé pendant ces trois jours.

Ensuite notre âme passe par le bas astral et c’est là qu’elle rencontre toutes les imageries dont elle a tapissé son « antre astral ». Elle est confronté à toutes ces peurs, démons, et autres concepts qu’elle à nourri pendant l’incarnation. Elle demeurer dans ce plan jusqu’à sa prochaine incarnation, en attendant que les circonstances de vie adéquate à cette nouvelle vie se présentent.

Les âmes qui n’ont pas trop d’imageries en ce bas astral peuvent ensuite accéder au haut astral où elles retrouvent ceux et celles qu’elles ont aimées (qui ne sont pas encore réincarnées) et aussi les imageries résultant de leurs actes de bonté, de leurs créations bénéfiques et des rêves qu’elles ont nourri. Elles peuvent demeure là jusqu’à leur prochaine incarnation.

Le voyage s’arrête là : aucune âme ne peut aller au-delà de ce plan sauf si elle n’a plus aucune imagerie tapissant son corps astral.

Les âmes qui n’arrivent pas à accéder à l’astral supérieur se réincarnent généralement dans une vie plutôt difficile ou leur karma résiduel va les obliger au nettoyer pré visualisé lors de leur passage au purgatoire.

Celles qui ont accédé au plan supérieur mais ont encore des vieux schémas résiduels dans le bas astral bénéficieront d’une incarnation alternant entre périodes agréables et périodes de crises.

Les âmes qui pendant leur dernière incarnation ont nettoyé en totalité leur ardoise « karmique » c’est-à-dire se sont libérées de toutes les charges émotionnelles liées au bas astral, n’ont pas à s’attarder dans ce plan après leur mort car « aucune image » ne tapisse le mur de leur « antre astral ». Plus de démons, plus de peurs, plus de culpabilités, de remords, de nostalgies, de frustrations. Elles passent alors directement dans le haut astral ou parmi tous les possibles y demeurant elles choisissent de se réincarner dans une vie agréable et joyeuse (réussite professionnelle, affective etc.)

Seules les âmes n’ayant plus aucun désir dans l’astral (bas astral ou haut astral) ne se réincarnent plus car en vérité leur « fausse âme » lunaire tissée de tous ces vécus se dissous en totalité au moment de la mort. Plus besoin de purgatoire ou de voyage astral : elles ascensionnent dans la vraie Lumière et disparaissent en totalité de l’astral.

Rétrospection journalière

Nous pouvons attendre la « mort » pour passer par ce purgatoire et traverser l’astral ou accomplir ce nettoyage ici et maintenant en toute conscience. C’est ce que vivent tous ceux et celles qui désirant ascensionner doivent oser pénétrer dans leur Ombre pour y déloger tous les indésirables qui y ont été créés par eux-mêmes.

Convenons-en ! nous ne sommes toujours habités que par nous-mêmes et que nous ne sommes possédés que par nos propres démons. Certes, il arrive que certaines personnes soient comme « possédées » par des entités maléfiques du bas astral mais comme cela à été dit, toutes ces entités ont été crées par l’humain incarné et si nous sommes perturbées par certaines de ces entités c’est qu’un jour ou l’autre nous les avons nourri. On peut avoir besoin d’un thérapeute pour faciliter cette libération mais dés que nous comprenons le processus tout peut changer. Personne n’a de pouvoir sur nous sauf si nous lui octroyons celui-ci.

Lorsque nous entamons une quête de visitation intérieure pour y déloger nos indésirables notre vie ressemble au « purgatoire ». Nous osons voir en face ce qui nous perturbe et pouvons dissoudre ces images qui nous touchent en reliant notre Conscience à notre Soi (situé dans le plan causal au-delà de la matrice)

Chaque soir nous pouvons faire notre rétrospection journalière (en revoyant notre journée à l’envers et en prenant conscience de nos pensées, actes et ressentis) et accomplir l’acte de nettoyage appelé « pardon ». Pardonner à ceux qui nous ont offensés lors de cette journée, et nous pardonner à nous-mêmes d’avoir réagi comme ceci ou cela. Confier tout cela à notre Double, et pouvoir ainsi dormir en paix.

Avec la pratique (et je parle en connaissance de cause car je pratique cela depuis plusieurs années) on accomplit cet acte de pardon spontanément après un acte que notre conscience observatrice considère comme « mal ». On n’a pas besoin d’attendre le soir pour pardonner à quelqu’un, on peut le faire tout de suite et parfois même au moment même où l’on se rend compte qu’on est entré en « réaction ».

Cette introspection journalière est très efficace car elle permet de nettoyer nos mémoires karmiques avant même de passer l’arme à gauche et ainsi nous évite de demeurer pendant des années de temps coincé dans le bas astral avant une incarnation douloureuse.

On se donne plus de chance de vivre une prochaine incarnation émanant du haut astral (un rêve que l’on veut vivre). Et lorsqu’on a épuisé tous les rêves et désirs ; notre corps astral n’ayant plus aucune masse ne subit plus la force d’attraction terrestre, aucune particule de « fer » nous donnant envie de « faire » ne subsiste en nous et on ascensionne dans la Lumière de l’Etreté.

Veiller à notre nourriture psychique

En parallèle de cette rétrospection nettoyage journalière il importe naturellement de ne plus nous nourrir d’images nourrissant le bas astral (films ou livres violents, revendications contre ceci, cela, scénarios de fin du monde, de maladies, de guerre) car tout cela s’enregistre dans notre « cinémathèque interne » et se projette sur l’écran de notre conscience. Celui qui passe son temps à se battre contre des forces obscures parce qu’il ne peut plus être manipulé se trouve une fois de l’autre côté dans une situation identique : il continue à se battre dans l’astral car il à nourrit et élaboré ce scénario.

C’est d’ailleurs cette technique qui à été utilisée par certaines religions dogmatiques qui ont enseigné que la vie ici bas était l’enfer, qu’il fallait se battre contre ceci, cela, qu’il fallait rejeter la sexualité, se priver de tout, vivre miséreux pour « gagner son paradis ». Le résultat est efficace : une fois de l’autre côté, les manipulés vivent encore l’enfer et décident de se réincarner pour vivre le paradis et ainsi ils sont enfermés dans la roue perpétuelle du Samsara.

L’évidence est pourtant là : nous vivons dans un monde qui n’est que « projection » de la réalité et quand une image apparait sur un écran devant nous il est évident qu’il suffit d’aller voir le « projecteur » pour percevoir que cette image vient de là. Tout ce que nous projetons sur notre écran intérieur vient du projecteur que nous sommes : nous ne voyons que le film que nous cocréons par nos pensées. Il importe donc de veiller à la qualité des images que nous regardons.

Depuis quelques années nous voyons sur nos écrans (petits et grands) de plus en plus de scénarios de films catastrophes mais aussi de zombies, de vampires, d’invasions extraterrestres, de monstres plus ou moins robotisés et les jeunes sont assez friands de tout cela. Ils ont moins peur que certains adultes cependant leur imagerie interne est modulée par ces images et leur corps astral en est imprégné et ainsi au lieu d’utiliser leur imagination pour cocréer un monde de paix (ce qu’ils souhaitent au fond d’eux) ils l’utilisent pour nourrir un monde violent et destructeur (dont ils ont peur) et pensent ainsi qu’en visualisant de tels films ils seront immunisés alors qu’en fait c’est le contraire qui se passe. Ils sont empreints de ces scénarios et leur vie intérieure est plus enfer que paradis.

COMMENT SE PASSE UNE NOUVELLE INCARNATION ?

Lorsque le moment est venu de nous incarner à nouveau c’est-à-dire que toutes les conditions sont réunies pour cela sur le plan astrologique et humain. L’atome germe de notre corps mental (qui contient les mémoires de nos vécus incarnationnels antérieurs) est plongé dans le « monde astral » il est alors entouré d’une sorte de membrane en forme de cloche dont il serait le battant. Puis cette cloche est à son tour plongée dans le « monde éthérique » et elle se ferme sur elle-même : la cloche prend la forme d’un œuf au sein duquel se trouve les trois atomes germes réunis en une Unité. Cet œuf éthérique est transféré dans le liquide séminal de notre Père génétique et qui va se « coller » à un spermatozoïde qui ensuite va être propulsé dans l’Utérus de notre mère et qui va ainsi pouvoir créer notre futur corps d’incarnation.

Tout ce processus est imagé dans le Symbolisme de Pâques : la cloche et l’œuf annoncent la Renaissance !

Notre corps physique résulte de cette mémoire et c’est au fur et à mesure de nos expériences que les vieux schémas se réactualisent pour que nous puissions soit les actualiser (pour ce qui nous fait du bien) ou les dissoudre.

Lorsque nous avons la possibilité de vivre ici bas en réalisant nos rêves c’est que nous avons accompli une bonne partie du chemin mais ce n’est pas pour cela que nous avons atteint le vrai Ciel. Il ne nous reste alors qu’a apprécier notre rêve , à en jouir au maximum sans nous y cristalliser ; sans perdre de vue qu’il n’est qu’un rêve parmi tant d’autres, un beau rêve certes mais nous ne sommes par le rêve.. Mais le Rêveur. Et la chose la plus magnifique que nous pouvons vivre ici bas c’est de vivre le Rêve en étant Eveillé.

Tous les rêveurs émanent du Grand Rêveur qui repose en son Eternité Absolue.

Kiristian Duval Wydyr 28 Octobre 2015

Ajout suite à un commentaire sur ma conférence :

Je n’ai pas évoqué le processus du suicide dans ma conférence car j’ais déjà écrit plusieurs articles sur ce sujet. Il est évident que cette solution est loin d’être la meilleure puisque c’est en ce monde terrestre que nous devons délier ce qui à été lié et refuser l’incarnation en mettant fin à sa vie tout en espérant une meilleure vie dans l’au-delà est pure illusion.

L’au-delà est identique à l’ici maintenant. Si on vit l’enfer ici bas c’est parce que l’on a créé une trame mémorielle dans l’au-delà et qu’on est revenu en ce monde pour la dissoudre par des décisions, des choix, des détachements et cela dissout la charge mémorielle inscrite dans l’au-delà. Ceux qui imaginent qu’ils vivront le paradis parce qu’ils vivent l’enfer ici bas se leurrent.

Le suicide loin d’être une solution ne fait qu’empirer le processus puisqu’en mettant fin à sa vie on créé aussi au niveau émotionnel de la souffrance pour nos proches et cela nous oblige à revenir pour nettoyer cette nouvelles charge émotionnelle et ce qu’on à pas réglé dans une vie on revient le régler dans une autre et le suicide ne fait qu’alléger notre fardeau.

Il est préférable d’accepter la vie comme elle se présente et de faire ce qu’il faut pour sortir de la tourbe émotionnelle afin de vivre sur une terre plus clémente et cela ne dépend que de chacun de nous, individuellement.

Personne ne peut décider à notre place ou nous libérer de quoi que ce soit puisque nous sommes les seuls maitres de nos destinées.

Publié dans philosophie appliquée

Commenter cet article