L’ALCHIMIE ET LA VOIE TANTRIQUE 5/11 LA VOIE ALCHIMIQUE DE L’AMOUREUX : 6

Publié le par Wydyr

L’ALCHIMIE ET LA VOIE TANTRIQUE 5/11   LA VOIE ALCHIMIQUE DE L’AMOUREUX : 6

L’ALCHIMIE ET LA VOIE TANTRIQUE 5/11

LA VOIE ALCHIMIQUE DE L’AMOUREUX : 6

Le chemin de vie se calcule en additionnant les chiffres de la date de naissance (année + mois+ jour) et le tout réduit à un nombre inférieur à 9. Exemple : naissance le 7.02.1950 soit 1950+7+2 = 1959=24=6.

Ce chemin est celui de l’Amoureux, illustré par l’Arcane 6 du Tarot de Marseille. C’est la voie du couple tantrique alchimique qui peut se vivre sur le Niveau 2 et 3 décrits au paragraphe précédent.

Cette voie amène à amène à épouser celle ou celui pour qui on éprouve de l’amour et à engendrer des enfants qu’il faut nourrir, éduquer, soigner, élever et pour cela il importe de trouver un métier que l’on aime faire et qui apporte un « service » aux autres. La sensibilité artistique et le sentiment d’amour permettant de créer une multitude de méthodes destinées à apporter de l’aide. Cette voie peut amener à un certain confort affectif et créatif lorsque notre enfant intérieur peut s’exprimer librement en tant que « serviteur de l’amour ».

Une telle relation de couple si elle est souhaitable est souvent perturbée par les problèmes quotidiens. Dans une vie quotidienne bien rangée on finit par tomber dans des processus d’habitudes et sur le plan sensoriel et sexuel cela tue toute forme de jouissance ou réjouissance. Cependant notre Enfant intérieur à besoin de jouir de la vie par tous ses sens, il est au-delà des tabous et morales. Pour lui la vie est un jeu et il est venu en ce monde pour réaliser un rêve et profiter des bienfaits de ce monde.

Pour lui le corps est quelque chose de naturel, et il ne voit aucun organe comme étant sale ou objet du péché. Il considère la sexualité comme un jeu et il désire utiliser cette fonction naturellement, comme il utilise les autres organes de son corps pour marcher, danser, digérer, faire pipi, etc…. cet état de pureté absolue est celui du bébé qui vient de naitre.

Dés que tout devient ennuyeux (la nourriture semble fade, le boulot ne procure pas de joie, l’affectif est superficiel, la sexualité est banale et sans originalité) notre Enfant intérieur est frustré et on se retrouve dans une situation conflictuelle ou une séparation.

On peut alors être tenté de trouver à nouveau l’Ame sœur ou le Prince charmant (et tout recommencera comme avant) soit approfondir la relation et la compréhension de l’amour et faire le premier pas sur le niveau supérieur : la voie tantrique.

Ceux qui cheminent sur la Voie 6 ont pour mission d’Etre l’incarnation vivante de cet Amour sans dissocier l’Amour humain (tendresse, sentiments,) de l’Amour sexuel et de l’amour spirituel car tout cela découle de l’Amour vibral de l’Eros Source…

L’alchimie ne peut s’accomplir que si on accepte tout ce que l’on est (énergies, corps, qualités, défauts, tendances, dons) à qu’à partir de cette réunification on laisse l’Amour s’exprimer naturellement. Plus on a de désirs plus notre sexualité est avide, plus cet amour pourra être puissant et généreux. Le sexe est la graine qui ne peut donner la vie à la fleur qui si elle est nourrie par l’Attention et le vécu.

Le tantrisme sexuel est imagé par la posture de Shakti chevauchant Shiva

Shiva est la Conscience qui s’érige comme un pic élevé (aspect masculin- phallus) Shakti est comme une vallée fertile : le sexe totalement ouvert afin d’être rempli de la semence de vie. C’est ce qui se passe lors de l’acte sexuel : la femme ouvre son Yoni afin que la tige de Jade de l’homme la remplisse d’énergie vibrale de Feu et d’Amour.

La fécondation sexuelle s’actualise sur le plan humain par la venue au monde d’un enfant (suite à l’éjaculation) mais lors de l’union tantrique le tantrika homme (qui incarne Shiva) n’émet pas sa semence, il vit la sensation du plaisir désir mais demeure conscient que cela fait partie de l’illusion. Ainsi il ne s’identifie pas au désir et canalise celui-ci et l’orgasme ne se manifeste plus au niveau du centre sexuel mais s’exprime au niveau du cerveau et irradie dans tout le corps. Ainsi Shakti et Shiva vivent la Transe- en- danse par et dans le Corps.

LE NOMBRE 6

Le Nombre 6 prononcé « six » comme « sexe » révèle la notion de double polarité homme/femme qui sur le plan de l’illusion apparait comme dualité. Cela est parfaitement imagé dans l’Arcane 6 du Tarot : l’Amoureux. Sur le plan des Hiéroglyphes Hébraïques, la 6° Lettre le Vav est représenté comme un lien, un crochet, un pont reliant deux plans. Elle symbolise le sexe masculin qui permet de relier le Ciel à la Terre. Dans l’Arbre de vie de la Kabale, la 6° Sphère (Tiphéret/soleil) relie Neptune (la Source) à la Lune qui déverse son contenu sur la Terre.

L’octave supérieure du 6 est le 15 (6+9=15) qui est imagé par l’Arcane du Diable symbolisant le sexe féminin (cercle). L’image nous montre un Diable assis sur un Trône. Il est doté d’une paire de seins et au niveau de son organe sexuel on voit sortir deux chaines au bout desquelles se trouvent attachés un homme et une femme.

Cet Arcane nous indique que sur le plan des désirs, la sexualité nous amène à procréer et à nous enchainer dans la matrice par le biais des chaines transgénérationnelles. Dés qu’on met au monde un enfant une partie de nous reste liée à ce monde et aussi tout ce que cet enfant va lui aussi générer comme descendance.

Le dogme catholique à utilisé ce symbolisme pour décrire le sexe féminin comme étant « diabolique » et à inculqué la croyance que la fonction sexuelle servait uniquement à procréer et que toute forme de plaisir sans engendrement était péché. C’est grâce à cette information déformée que la sexualité est devenue un sujet tabou et que le mariage est devenu un « devoir » et non plus un plaisir.

Les jeunes mariés se jurent « fidélité éternelle », ce qui va à l’encontre de la Liberté octroyée par la Source et ils doivent être vierges de toute expérience sexuelle et donc incapables de savoir s’il y aura affinité et s’ils se sont trompés de partenaires ils doivent accepter jusqu’à la mort de vivre un enfer quotidien.

Quant ceux et celles qui veulent servir un Dieu immatériel et invisible, ils doivent faire une totale ascèse de leur énergie sexuelle. C’est ainsi qu’on a enfermé des jeunes gens dans des couvents et monastères (alors que la plupart d’entre eux n’avaient pas la vocation) et qu’on leur à interdit tout plaisir sexuel comme cela à été expliqué au début de cet article.

Les femmes qui donnent du plaisir aux hommes étant condamnées comme prostituées ayant le diable au corps et ainsi nombreuses femmes initiées tantriques furent jugées et condamnées au bûcher ou à la lapidation.

L’EROTISME INDOU ET L’ASCESE RELIGIEUSE OCCIDENTALE

Quand on visite les Temples en Inde on peut être surpris que sur la plupart des façades on voit des dieux et déesses faisant l’amour dans des positions dignes du Kama sutra. Les vulves féminines et phallus masculins sont très visibles et sculptés à la perfection et cela n’est pas sans éveiller nos sens.

Il n’en est pas de même quand on entre dans une Eglise catholique ou protestante : il n’y a ni images érotiques ; ni sexe, ni enfants nus mais uniquement des « saints » revêtus de robe de bure. Toutes les statues sont figées et sont censés nous révéler l’amour.

Quant aux vitraux, loin d’être érotiques ils nous montrent des images de souffrance, de saints décapités, de saintes martyrisées, de Jésus crucifié, et tout cela est censé être l’œuvre d’un Dieu de bonté et d’Amour. Ne cherchez pas Eros dans les Eglises, vous ne le trouverez pas ! A sa place vous trouverez un enfant emmailloté dans un linge et déposé dans une mangeoire remplie de paille censée révéler la naissance du Fils de Dieu.

On ne peut pas dire qu’entrer dans une Eglise réveille nos perceptions sensorielles, il fait froid, il fait triste et sombre, on n’a pas le droit d’exprimer sa joie, de chanter ou de danser, on ne peut que supplier, demande de l’aide, se plaindre, espérer le pardon, demander pardon d’avoir cédé au plaisir, d’avoir été gourmand ou trop sensuel…

Le dogme imposé est clair : le plaisir est la source même du péché et seuls ceux qui souffrent ici bas (comme les martyrs) ont droit au billet d’entrée pour le paradis, mais ceux qui prennent du plaisir sont condamnés à rôtir en enfer ! On ne peut pas dire qu’entrer dan une Eglise nous donne envie de faire l’amour avec la partenaire qui nous accompagne, et c’est aussi peut être pourquoi il fait si froid dans les églises.

Il est aussi écrit sur la porte qu’il est interdit d’y entrer avec une tenue négligée ( tant pis pour les clochards et les culs nus qui n’ont rien à se mettre sur le dos) le short, le maillot de bain sont interdits et il est donc impossible d’y aller en tenue d’Eve alors que Dieu nous à créé à poil avec des poils !

Notre corps y est représenté non comme un Temple mais comme un repaire de démons, de satyres qui cherchent à nous éloigner de Dieu et nous passons toute notre vie à lutter contre ces démons intérieurs.

La question fondamentale que l’on peut se poser est : « pourquoi Dieu nous à t’il octroyé un corps ressentant le désir et le plaisir si le plaisir est péché, interdit et condamnable ». Ce Dieu là serait il un tortionnaire ? Se comporterait-il comme un Père qui donnerait un sachet de bonbons à un enfant en lui interdisant d’y toucher ?...

Récemment j’ai entendu un humoriste dire « Si Dieu n’avait pas voulu que je touche à mon sexe il ne l’aurait pas mis à portée de ma main », c’est une révélation digne du tantra qui nous invite à nous souvenir de l’Etat d’innocence de l’enfant qui nu dans son bain joue avec son zizi comme il joue avec ses pieds, ses bras et sans aucune culpabilité ni tabou.

Chaque église est un temple de pierre tout comme notre corps est un temple de chair mais ce qui importe ce n’est pas la forme mais l’énergie qui s’en dégage. C’est le rayonnement d’amour qui émane des personnes qui chantent ou prient à l’unisson dans les églises qui créent la véritable « Eglise » (mot qui veut dire assemblée de personnes) .Il importe de donner plus d’importance au rayonnement (âme) qu’à la forme (corps) mais l’un ne va pas sans l’autre.

Notre Ascendant astrologique décrit la forme archétypale du Temple qui nous à été octroyé en cette incarnation et notre signe solaire l’Energie Archétypale que notre âme solaire à choisi comme forme d’expression en cette vie. Les deux émanent de l’Unité.

A suivre….Kiristian Duval 6/2/2016

Commenter cet article