la Retraite... au delà des faux semblants...

Publié le par Wydyr

LA RETRAITE… AU DELA DES FAUX SEMBLANTS.

Quand la société à laquelle on a participé nous invite à rendre notre veste et nous dit " bye bye papy on n'a plus besoin de toi" et nous fait cadeau d'une pendule pour nous permettre de compter les heures qu'il nous reste à vivre ( sans doute aussi pour nous inviter à ne pas trop nous éterniser car les pensions de retraite alourdissent le budget de l'état) on se retrouve un peu paumé. On a tellement été habitué depuis notre petite enfance à être rentable et utile qu'on ne sait plus très bien qui « on est » en dehors de cette identité sociale qui nous à collé à la peau . il ne nous reste plus alors qu’à retourner à la maison : la retraite c’est comme rentrer dans une grotte pour ne plus en ressortir.

Si l’on vit en couple on peut encore compenser ce sentiment d’inutilité en partageant avec celui ou celle qui partage notre quotidien les relents d’affection qui nous donnent encore l’impression d’exister. C’est à la fois rassurant et terrible car il est évident qu’un jour ou l’autre , l’un des deux se retrouvera seul face à lui-même..

Dans un couple il y a toujours un dominant et un dominé c’est instinctif et animal », çà vient de notre « animal.. Mais il ne faut pas s’y méprendre ; on peut dominer l’autre sans pour cela le maltraiter, on peut être suffisamment malin pour donner à l’autre l’impression que c’est lui qui dirige alors qu’en fait on tire les ficelles en douce. Les femmes excellent en ce domaine, on n’a jamais vu un roi agir de son propre gré sans avoir été au préalable influencé par sa tendre moitié.. la séduction est une forme de domination pacifique mais bien réelle.. attention ne voyez pas dans ces termes un relent de misogynie camouflée mais une réalité facilement perceptible. Même l’homme qui connait ce processus se laisse prendre au piège sans doute parce qu’il y trouve aussi son intérêt..

Il arrive donc inéluctablement avec le temps un moment où l’un des conjoints ressemble étonnamment à l’autre, comme si le dominant avait déteint sur le dominé qui avait perdu sa coloration naturelle. On voit souvent cela dans les vieux couples qui d’autocar en train, de bateau en avion parcourent la planète pour « voir » ce qu’ils n’avaient pas vu et si l’on regarde attentivement on s’aperçoit rapidement que l’un des deux prend son pied pendant que l’autre s’ennuie à mourir mais préfère ce genre d’ennui à celui de la solitude affective.

Mais le jeu des miroirs cesse dés que l’un des deux se retrouve dans une caisse en bois déposée au fond d’un trou du cimetière du quartier… qu’il est difficile de se retrouver seul, face à face avec soi-même, avec uniquement son propre reflet dans le miroir de la salle de bain, qu’il est difficile de vivre en parfaite harmonie avec soi-même, avec ce corps qui s’affaisse, ces yeux qui se voilent, ces mains qui se colorent de tâches brunes , ces rhumatismes qui transforment le  changement de chaussettes en un véritable calvaire, cette mémoire qui s’amenuise à tel point qu’à certains moments on ne se souvient plus de qui on est… alors pour se consoler on reprend l’album de photos et en soupirant à chaque page tournée on se dit «  c’était le bon temps, j’aurais du en profiter plus »…

Souvent la retraite rime avec dépression mais il est trop tard pour aller voir un psy, il faut alors se contenter de survivre…on se prépare tant bien que mal à laisser la place a ceux qui nous suivent… la seule chose qui nous préoccupe est de leur occasionner le moins de mal possible : on ne veut pas être une charge supplémentaire pour eux mais notre état dépressif crée pourtant cela..

S’ils ne peuvent pas assumer cette dépendance que nous leur imposons ils nous placent dans une maison de retraite et pour en assumer les frais ils mettront en vente la maison que nous avons mis cinquante ans à payer … Toute l’énergie utilisée pour acquérir cette demeure, tous les efforts et privations ne serviront en fin de compte qu’à nourrir les fonctionnaires qui grâce à notre déchéance pourront ainsi trouver un travail leur permettant eux aussi d’acheter une maison en attendant d’avoir eux aussi leur place à la maison de retraite.

Quand on se retrouve dans une « maison de vieux » entourés de vieux et vieilles qui n’attendent que la fin inéluctable  on ne peut que devenir vieux et il est fort difficile de garder le moral… Les animateurs de la « boite » on beau s’évertuer à faire les clowns il y a belle lurette qu’on n’ose plus rire à gorge déployée de peur d’avaler notre dentier et notre bulletin de naissance. Quelque soit l’âge de notre « internement » dans ce mouroir on à de fortes chances de devenir vieux avant de l’être vraiment !

Heureusement ce genre de situation n’arrive pas dés qu’on a « pris sa retraite » cette est révélatrice, quand Napoléon à subi la retraite de Russie il a pris une bonne baffe bien corsée et quand on prend sa retraite on ressent la même chose : une subtile impression de défaite demeure latente.

Cependant n’allez pas croire que la retraite n’est destinée qu’à cela.. bien au contraire… bien vécue elle peut être une véritable source de renaissance ….c’est le seul moment de l’existence où on ne nous demande plus de nous occuper des  affaires du monde, de participer à des actions, mais uniquement de nous….

Dés qu’on à posé les vêtements du paraitre social on peut alors «  être enfin ce que l’on est » sans mettre de masques, vivre pour soi, pour son corps, pour se sentir enfin vivant, pour retrouver cet enfant intérieur que l’adulte en nous avait réprimé… et si notre corps n’a pas été trop malmené on peut espérer encore vivre de belles aventures…

Mais cette renaissance ne devient « l’œuvre du saint esprit » que lorsqu’on est capable de se voir et de s’aimer tel que l’on est. Car lorsqu’on vit seul il  »faut faire avec soi «. On ne peut accuser personne de nos problématiques puisqu’on est seul à décider  et pour trouver l’harmonie il faut oser se voir face à face, faire une sorte de feed back de sa vie sans se juger, se culpabiliser, se condamner …. Accepter d’avoir été ce que l’on a été… et même si on avait espéré mieux, tant pis. Ce qui est fait est fait !!

Pour réaliser cet examen de conscience il est préférable de s’en remettre à notre ange gardien, certains l’appellent le Soi, d’autres le Double mais c’est la même chose : c’est notre Dieu intérieur, le seul en qui on peut se confesser en toute impunité. Et qui garantit toute discrétion et qui jamais ne juge… eh oui cet Ange c’est nous ! C’est la partie de nous qui n’est pas entrée  sur le plateau de jeu pour y jouer une partie truffée de pièges…

Dame existence ne se gène pas non plus pour nous « mettre à la retraite »avant l’âge.  Du jour au lendemain on se retrouve sans job, sans appartement et peu importe la cause (le patron s’est tiré avec la caisse, la société est en faillite,) on se retrouve sur le carreau. Moi çà m’est arrivé à l’âge de 30 ans, un employeur m’a dit «  vous savez à votre âge et avec vos qualifications on ne peut pas vous embaucher »… c’est alors qu’on se retrouve avec une allocation de chômage qui ressemble en tous points à l’allocation de retraite.  Çà nous permet de respirer un peu, de prendre le temps de faire le point de sa vie , d’éliminer le superflu pour repartir sur de bonnes bases ou de s’écrouler sur le canapé pour se farcir le cerveau des inepties diffusées par le petit écran !  Le libre arbitre appartient à tous… !

Il ya seulement deux périodes dans la vie où l’on peut vivre pour soi, pour ce que l’on est : avant 7 ans (tant qu’on n’est pas encore apte à être formaté pour être utilisé par le système) et après la retraite (on n’est plus rentable) …. Pendant le reste du temps on n’est qu’un outil au service de la machine techno socio matérialiste… qui broie les corps et les âmes.

Ceux qui ont la chance de disposer d’une bonne retraite devraient se réjouir et aussi peut être aider leurs proches en leur prodiguant de bons conseils et en leur servant momentanément de banque pour les aider a passer certaines passes difficiles mais ce n’est pas souvent le cas : avides de jouir de la vie ils ont besoin de voyage, de grands restaurants, de profiter de la vie, de camping cars.. Pour se sentir encore vivants…

Ceux qui disposent d’une retraite plus limitée qui leur permet tout juste d’assumer leurs besoins quotidiens doivent veiller au grain et essayer d’adapter leurs besoins à leurs moyens au lieu de rouspéter sans cesse en réclamant des augmentations qui se répercuteront sur les charges sociales de leurs enfants… il leur faut alors adapter leur train de vie à leurs moyens et privilégier des loisirs peux onéreux . Je parle en connaissance de cause car je suis dans cette catégorie et je peux assurer qu’on peut profiter de la vie sans jouer aux touristes interplanétaires qui voyageant à outrance contribuent  à polluer davantage la planète.

On peut aussi refuser de prendre sa retraite parce qu’on aime ce qu’on fait. Pourquoi pas ! C’est ce qui arrive à de nombreux artistes en renom qui ne peuvent pas vivre en dehors du personnage social qu’ils ont élaborés et préfèrent se cacher derrière ce masque jusqu’à la mort.

Le moment de la retraite nous invite à éliminer le superflu de nos vies et a préparer nos autres vies futures mais quand on ne sait pas arrêter à temps et que l’on ne fait aucun « bilan » préalable avant la mort du corps il est évident que ces vies futures risquent d’être un remake plus ou moins identique du vécu de cette vie.

Il arrive inéluctablement un moment où il faut « lâcher prise » et laisser la place aux générations à venir. ce n’est que lorsqu’on à accompli ce « pas sage » qu’on peut partager les graines de sagesse que l’on a retiré de nos propres vécus et ceci sans rien exiger en retour, ni reconnaissance, ni argent, ni adoration.

Dans les temps anciens chaque village disposait d’un sage homme ou sage femme qui détachée des choses de ce monde pouvait donner des conseils avisés aux jeunes avides de vivre. Dans les familles c’était souvent le grand père ou la grand-mère qui jouait ce rôle mais de nos jours ils sont parqués dans les maisons de retraite et se sentant inutiles se laissent mourir alors qu’ils pourraient partager de magnifiques choses.

La vie est ainsi faite ? On passe une partie de sa vie à apprendre des choses (jusqu’à l’adolescence) puis muni de ces savoirs on fait l’expérience de la vie et là on se rend compte que passer de la théorie à la pratique est très révélateur tout ce qu’on a appris doit être utilisé, tout ce qui ne l’est pas est oublié. Puis quand on arrive a la fin de sa période d’activité on peut prendre du recul et partager les leçons tirées de nos expériences…

Quand on s’engage sur une voie de découverte spirituelle on suit le même schéma : une période pour apprendre de nouvelles choses suivie d’une période pour comprendre (seule l’expérience donne la connaissance) qui doit déboucher sur une transcendance, une sagesse à transmettre. Cela ne peut se réaliser qu’après avoir accompli cette retraite intérieure qui seule nous permet le détachement nécessaire. Tant qu’on demande de l’argent en échange d’un service on est encore actif «  dans ce monde »…on n’en est pas libéré et seul celui qui est sorti de l’enclos peut aider ceux qui y sont encore enfermés à trouver la porte de sortie : il montre la Voie et il suffit qu’un seul passe pour que par effet de résonnance d’autres s’engagent vers ce passage. 

L’âge de la retraite est marqué par le sceau de Saturne qui permet de devenir « sage ». Point n’est besoin de s’asseoir sous un arbre pour jouer au Bouddha ou de s’affubler de vêtements exotiques pour paraitre « Eveillé » .il suffit d’agir comme Amélie Poulain ou comme ce professeur dans le film le cercle des poètes disparus  avec  simplicité   humilité, discrétion sans jamais chercher à se faire valoir pour ce que l’on a accompli.

C’est cependant en enseignant les choses qu’on apprend le plus : celui qui enseigne la loi d’abondance face à un public est « obligé » de se montrer à la hauteur et donc de manifester cette abondance et ce qui est le plus drôle dans l’histoire c’est en enseignant cette loi qu’il devient prospère.. Ainsi Mark Fisher auteur du livre « le millionnaire »  est devenu millionnaire grâce à la vente de ce livre (ouvrage simple et cependant remarquable) la révélation faite en ce livre est remarquable : quand on atteint un état de millionnaire notre  mission consiste à permettre à une autre personne (une seule suffit)  à devenir millionnaire à son tour et ainsi de suite… il suffit  qu’une graine de sagesse s’enracine en une terre fertile pour que celle-ci  se multiplie à l’infini.

J’ai cheminé sur les chemins du savoir (astrologie, caballe, tarots, alchimie, mystères templiers ; sagesse égyptienne etc.) puis j’ai pris mon bâton de pèlerinage pour expérimenter ce que j’avais appris. Lorsque je suis revenu de Compostelle mon chemin n’était pas terminé : mon énergie était montée au cœur : là où Vénus la Déesse de l’amour baigne dans l’eau de vie contenue en la Mérelle mais il me fallait continuer mon périple pour que l’énergie reçue puisse transmuter toute ma chair et  cela n’est guère tâche facile car tant que des vieilles mémoires demeurent, la transmutation ne peut s’accomplir.

Lorsque j’ai pris ma retraite j’ai cru que j’allais enfin trouver la paix mais nenni ! J’avais tellement envie de transmettre ce que j’avais reçu ou perçu que cela agitait sans cesse le lac de ma conscience… la Vérité m’est alors apparue, tant qu’un désir demeurerait en moi il me serait impossible de trouver la paix. Afin de calmer  mon « petit gris » qui au sein de mon cortex cérébral m’incitait à « reprendre du service » j’ai commencé à partager ce qui me semblait judicieux sur mon blog « la gazette de Wydyr »…

Cependant l’expérience m’a démontré que la « connaissance  universelle » ne rassasiait que rarement certains et certaines qui étaient pris dans des problématiques personnelles. dans ces cas là il faut adapter le dialogue à celui qui le reçoit… c’est ce que doit se dire tout bon transmetteur , le meilleur moyen de démontrer aux autres que notre façon de penser ou de manger est « bonne » c’est de manifester davantage de joie, de vitalité et de bonne humeur dans notre quotidien et non d’imposer des régimes alimentaires ou des disciplines spirituelles qui empoisonnent la vie de ceux qui nous côtoient au quotidien.. Quand un maitre transmet une information à ses élèves et que ceux-ci ne le comprennent pas il ne doit pas se contenter de penser qu’ils sont ignares mais plutôt se remettre en question sur sa façon de transmettre afin de trouver les mots et images adaptés à ces élèves.

Tous les textes que je diffuse via ce blog  sont de « nature universelle » mais si certains d’entre vous désirent avoir un complément d’information relative à une situation personnelle il vous suffit de m’envoyer un message sur ce blog ou sur face Book et c’est avec plaisir que j’essaierais de vous apporter des éléments nécessaires  à une meilleure compréhension, ceci étant naturellement sans aucun commerce d’argent d’aucune sorte…

J’estime que la vie m’a fait un grand cadeau de m’octroyer le nécessaire vital pour assumer mes besoins quotidiens et qu’en contrepartie, puisque disposant de temps libre je me mets à la disposition de ceux  et celles qui encore prisonniers des servitudes imposées par cette société cherchent à en sortir  pour retrouver leur liberté d’Etre ce qu’ils sont et réaliser leurs rêves… le seul travail important étant d’aider chacun à se réunifier avec lui-même et non avec qui que ce soit d’extérieur. Aucune déité ne doit demeurer entre le « moi » et le « Soi » du chercheur de Vérité… je ne suis qu’un humble serviteur de la Grande Déesse de vie qui m’a demandé de verser à Boire… qui a soif ???

 

Wydyr  Christian Duval le 25 Janvier 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans philosophie appliquée

Commenter cet article

Lamielle 14/03/2014 18:53

Ok j'ai compris en vous lisant sur une autre page, que vous alliez mettre en place un endroit de questions réponses.
Merci et à bientôt.

Lamielle 14/03/2014 18:00

Re bonjour Christian,
Dommage, je pensais que j'aurais une réponse à mes questions, et... rien
Peut être bientôt...
Cordialement

Mercédes 12/03/2014 20:10

Bonjour,tout comme Lamielle je suis nouvelle de ce jour sur votre blog via LA PAROLE AU PEUPLE.Depuis l'âge de 18 ans que je lis vit des choses puis prend des breaks comme on dit et recommence à lire ...toujours le même scénario mais il y a une chose que je puis certifier c'est que ce besoin ou cette soif ne m'a jamais lâcher.Depuis quelques mois cela a recommencer mais là encore plus fort et même si je vis en couple cela n'a comme plus d'effet ou d'importance vis-à-vis ce besoin intarrissable de vivre cet état dans le sens que je ne veux plus le mettre de côté pour vivre dans le parc comme vous dites mais comme le dit si bien cette dame on s'y perd tant il y a d'informations comparé à 1968 mais votre blog m'a interpellé immédiatement alors je vous remercie de votre sincérité et simplicité de language.Ma quête continue en espérant que s'ouvre cette porte en question.Merci

Lamielle 14/02/2014 23:24

Bonsoir,

Je suis à ma première lecture car nouvelle à l'accès à votre blog.

Ça fait tellement d'années que je lis des quantités de choses sur la spiritualité étant très attirée aussi par le boudisme et les paroles du dalaï
lama.. J'ai lu Krishna murti les quatre accords tholtèques...
Et actuellement j'ai été attirée par la loi d'attraction : votre désir est votre ordre.
Et l'incontournable OM Aïvanhov.
J'avoue que plus ça va, plus je m'y perd !!
Donc pour vous, il faut faire abstraction des messages d'OM Aïvanhov melchizedec ?
Et la loi d'attraction ?
Mon mari va être en retraite : maigre retraite et nous pensions arrondir nos fin de mois pour pouvoir payer toutes nos taxes de la maison.
De ce fait nous cherchons à vendre celle que nous possèdons pour une plus petite qui nous coûterait moins chère.
Mais je comprend pas trop... si nous ne faisons rien du tout comment arriver à finir les fins de mois ?
Et nos enfants qui travaillent, doivent ils arrêter de travailler ? et sans un sou, ils serons à la rue comme ceux qui vont aux restau du cœur !
Comme je suis de prêt ce moment d'ascension puisqu'on en en parle maintenant partout, bien sur que je cherche partout comment m'aligner mais c'est un sac de nœuds tellement d'informations divergent
!!!!
Méditations, enseignement, demander et y croire de toute ses forces...
Et vous, vous dite de ne rien vouloir ni chercher, ni lire de livres...
Pourtant ce que vous dites m'interpelle... Mais j'ai besoin d'éclaircissement sur tous ces sujets.
Aussi, j'ai vu qu'il y avait moyen d'avoir de l'argent en créant un site sur internet et pourtant vous dites qu'il ne faut pas chercher à se faire de l'argent ?????
Merci pour votre aimable réponse.
À bientôt