Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2 articles avec contes revelateurs

Nos amis les crocodiles......

Publié le par Wydyr

Nos amis les crocodiles......

OGANGE ET LE CROCODILE

Voici une histoire qui m’a été inspirée il y a déjà plusieurs années…

Il était une fois, un jeune hindou nommé Ogange, très chanceux bien que privé de parents dés sa naissance, il ne manquait de rien .Il avait été recueilli pendant la période de Pâques par un maître zen qui méditait au bord de l’eau. L'enfant était posé sur le fleuve, dans un berceau confectionné à partir d'un oeuf de crocodile (c'est normal vu que c'était Pâques) mais le crocodile n'était pas content qu'on se soit approprié ainsi la coquille de son nouveau né.

Il s'apprêtait à dévorer l'enfant quand celui ci fut recueilli par le Maître Zen. Ne sachant comment appeler le nouveau né il l'appela Ogange en souvenir de sa venue sur le fleuve sacré. Il fut élevé dans la simplicité et la discipline du Maître, et jamais il n'avait manqué de rien.


Mais la veille de pâques, le maître lui dit :

- maintenant tu à 17 ans, tu à reçu mon éducation et il faut te confronter au monde, pour cela tu dois retrouver ton origine, afin d'aller enseigner aux tiens. Je te donne une potion magique, elle te nourrira dés que tu en sentiras le besoin, jamais la fiole ne se videra, et aussi ce coffre, que tu ne devras ouvrir qu'en cas de nécessité extrême. Méfies toi des crocodiles. Depuis ta naissance un des leurs te cherche et veut se venger de toi, je l'ai offensé en te retirant à ses crocs acérés

.

Ogange pris congé de son Maître, et muni du coffre et de la fiole, il prit la route. Il remonta le Gange pendant de longs jours, se nourrissant de la liqueur magique. Il n'avait jamais faim mais il aurait aimé changer de nourriture de temps en temps.

La route était longue et il ne savait pas ou il allait .Sur son chemin il trouva quelques fruits, et quelques oeufs qui firent son délice. Que le Gange était long !, aussi il décida de se construire un radeau. Quand celui ci fut prêt, il monta dessus et avec un long bâton entrepris sa navigation.

Chaque soir il se reposait sur la berge. Chaque matin il reprenait la route. .Un jour alors qu'il contemplait le soleil, il sentit du mouvement sous son radeau. Celui ci se mit à bouger fortement, Ogange aperçut alors les dos écailleux des crocodiles, il était entouré de toutes parts

.

Devant lui un saurien plus grand que les autres se mit à parler :

- Te voila enfin toi !, il y a longtemps que j'aurais du te manger, mais à peine né tu m’as échappé.

- mais pourquoi vouloir me manger, je ne suis pas gros, pourquoi cette haine ?

- Ton père était chasseur de crocodiles et il à tué nombreux de mes compagnons, ta mère se servait de nos peaux pour confectionner des armures et des boucliers.

- Pourquoi mes parents faisaient ils cela ?

- Parce que c'était la guerre. C’était leur moyen de survivre, mais ce n'était pas une raison pour nous tuer !

- Dis moi, crocodile, si des hommes ou des femmes malencontreusement tombent à l’eau, malgré le fait qu'ils ne t'ont fait aucun mal, les épargnera tu ou les mangeras tu ?

- je les dévorerais immédiatement bien sur !

- Donc tu reconnais toi même que tu es l'ennemi des hommes. Alors pourquoi voudrais tu qu’ils t'épargnent alors que toi tu les dévores sans raison ?

- pas sans raison, j'ai faim !

- Ma mère aussi avait faim, alors ce n'est que justice !

- Tu m'agaces avec ta philosophie. Tu es à ma portée et je vais te dévorer maintenant !

- serais tu a ce point dénué de tout honneur, toi un chef ?

- Que veux-tu dire ?

- Je te propose un combat singulier. Si tu gagnes, tu me manges mais si tu perds tu jureras devant tous tes Frères réunis que plus jamais tu ne tuera d’hommes, de femmes, ou d'enfants et tu me révéleras aussi ou est la source d'où jaillissent les pures émeraudes car je sais que tu en es le gardien.

- De toute façon je suis certain de gagner ! Alors d'accord je jure !

- Voici ce que je te propose: tu va essayer de renverser mon radeau, si je tombe à l'eau tu pourras me croquer mais si tu ne peux pas alors je gagnerais. Mais tu dois combattre seul.

- nous allons combattre prés de la grande chute, le courant y est plus fort !

Ogange se rendit vers la grande chute avec le crocodile Il s'apprêta au combat mais sachant qu’il avait bluffé devant le saurien- il avait peu de chances de triompher. Il regarda dans le coffre. Il trouva un œuf tout petit et un bout de papier sur lequel il était écrit : je suis magique, je peux tout accomplir mais je ne peux changer de forme, je dois rester un œuf.

Le crocodile arriva vers le radeau. Le temps pressait, Ogange demanda à l'œuf de l'aider. Le crocodile était à moins d'un mètre, il passa sous le radeau, le souleva, le projeta en l'air celui ci retomba brisé. Mais il ne trouva pas Ogange, celui-ci avait disparu. Le saurien chercha puis vit, flottant sur l'eau un œuf immense, et dessus se tenait Ogange. Le crocodile essaya de le briser, de le renverser, mais c’était impossible. Ogange riait de toutes ses forces.

Le courant emporta l'œuf et le crocodile vers la chute ou ils tombèrent brutalement, Ogange ne risquait rien sur son œuf. Il semblait soudé à lui, Arrivés en bas de la chute l'œuf était intact. Le crocodile vivait toujours mais était bien mal en point.

- Veux tu continuer crocodile ou admet tu que je suis vainqueur ?

A moitié assommé le crocodile reconnut qu'il avait perdu. Il révéla à Ogange, où se trouvait la source d'émeraudes, Ogange fut émerveillé par tant de richesses et de beauté mais il demeura sage. Il ne cherchait point les richesses pour lui mais pour aider les plus pauvres.

Il dit :

- Tu as tenu parole crocodile, j’espère que tu ne mangeras plus d’homme. Moi je te fais un serment : toutes ces émeraudes je les distribuerais aux pauvres et à ceux qui chassent les tiens, afin qu'ils ne soient plus obligés de le faire. Ainsi, désormais tu pourras vivre en paix. Plus aucun homme ne te chassera, et peux être un jour deviendra tu L'ami des hommes.

- Merci pour ta générosité dit le crocodile ! Nous nous souviendrons toujours de ta sagesse, et j’espère qu'un jour les hommes et les crocodiles pourront jouer ensemble dans la rivière sans s'entre-tuer.

Ainsi Ogange sema une idée de réconciliation entre les hommes et les crocodiles, quand germera t'elle enfin ? Aujourd’hui peut-être.

Fin

Wydyr le 9 Mai 2016

Publié dans contes révélateurs

Partager cet article

Repost 0

JON LE DISCIPLE : LES AGITES DU BOCAL

Publié le par Wydyr

JON LE DISCIPLE : LES AGITES DU BOCAL

JON LE DISCIPLE : LES AGITES DU BOCAL

Depuis plusieurs années Jon était disciple d’un Maitre de sagesse et au sein de l’Ashram qui s’était formé autour du sage il avait reçu un enseignement très complet sur la qualité d’Etre et le non faire. Le Maître lui avait révélé tout ce qu’il devait savoir sur les tissages de la Maya mais Jon qui était tourmenté s’en alla trouver le Maitre.

  • Maitre dit il je crois avoir compris votre doctrine du non faire, comme quoi il suffit d’Etre et de ne pas s’agiter à vouloir agir pour créer ceci ou cela mais il y a un point qui me tracasse.
  • Parles dit le Maitre, je t’écoute. !
  • Il y a tant de choses qui vont mal sur cette terre, tant de pauvres gens, tant de pollution, tant de manipulateurs et si je ne fais rien pour eux ils ne pourront jamais aller mieux.
  • Oh le dit le Maitre en souriant, voilà que tu veux remplacer le Créateur, penses-tu pouvoir faire mieux que lui ?
  • Non ! ce n’est pas ce que je veux dire. Mais personne ne fait rien alors rien ne changera jamais.
  • C’est là que tu te trompes cher disciple car c’est le mouvement de la conscience qui modifie les choses et non l’agitation extérieure, plus ta conscience s’élargit plus ta vision change et plus celle-ci devient claire plus le monde extérieur change. Tout le reste est illusion.
  • Mais pourtant ce monde, ces gens, ces guerres tout cela est bien réel !.
  • D’un point de vue oui, d’un autre non ! chacun voit a l’extérieur les images qu’il a conceptualisé en son intérieur, celui qui voit l’Ombre et lutte contre celle-ci lutte contre lui-même car il ne voit en fait que l’Ombre qui est en lui.. Si tes lunettes sont tachées par de l’encre tu vois le monde avec une tâche mais dés que tu nettoies tes lunettes le monde redevient sans tâche.
  • Mais alors que pensez de tous ces militants, manifestants, rebelles contre l’ordre, et ceux qui partent en mission pour sauver le monde, participer à l’éradication des firmes polluantes ?.
  • Ce sont tous des agités du bocal cher disciple, des gens qui pratiquent l’auto allumage ! ils sont plus dangereux que les manipulateurs eux-mêmes car dans leur quête de purification ils entrainent les plus faibles et tous finissent par mourir dans des conditions atroces. Tous ceux qui ont participé aux missions ou aux croisades dans le passé font partie de cette catégorie. Nombreux d’entre eux sont revenus et continuent leur lutte par le biais de pétitions, manifestations, destructions de champs ou d’usines etc. ils veulent sauver le monde alors qu’ils sont noyés dans les vagues de leur ego.
  • Mais alors que faire ?
  • Ne rien faire comme je te l’ai enseigné. Tu n’a pas besoin de participer à ce genre de croisade ou de combat contre quoi que ce soit et la vie se chargera d’amener à ta porte ce qui te concerne toi individuellement. Si tu ne veux pas qu’on tue les animaux ou qu’on pollue la terre, cesse de manger de la viande et ne consomme que des produits naturels et biologiques, si tu ne veux pas polluer trop l’atmosphère utilise ton automobile avec discernement, et ainsi tu seras fidèle à ton éthique sans aucun combat. Tu n’a pas besoin de convaincre les autres qu’il faut cesser de manger de la viande, ils viendront naturellement vers toi car par ce fait tu seras en meilleure santé et ta révolution sera pacifique. Le boy cott individuel est l’arme pacifique absolue, toutes les autres engendrent la violence et tu ne peux installer la paix par la violence.
  • Je dois donc laisser faire et voir ce qui vient à moi ?
  • Exactement. Et si un individu pénétre chez toi par effraction tu pourras alors agir selon ton éthique. Tu auras peut être simplement envie de le chasser ou de parler avec lui et si tu t’aperçois qu’il fait cela parce qu’il manque de tout tu pourras lui donner de la nourriture, un peu d’argent et surtout lui expliquer ce que tu as appris en cette école ainsi tu lui donneras une seconde chance.
  • Mais alors tous ceux qui veulent aider les pauvres, les miséreux et autres sont ils dans l’erreur ?
  • Oui et non ! oui s’ils s’engagent dans une quête qui ne les concernait pas, non s’ils sont engagés dans cette quête par nécessité en ayant eu même vécu la pauvreté ils décident alors d’aider les pauvres à en sortir.
  • Et ceux qui partent en mission humanitaire ?
  • C’est idem pour ceux là ! mais nombreux sont ceux qui partent en espérant récolter quelque chose en échange, ne fut ce que l’honneur et la reconnaissance comme l’ont fait auparavant nombreux croisés et autres combattants pour une cause. Lorsque la quête émane de l’ego elle ne fait qu’égarer davantage.
  • Pourtant cela ne les empêche pas de faire du bien !
  • Ils se Font du bien à eux-mêmes car agissant ainsi ils se sentent en paix avec leur conscience mais ce n’est que de l’illusion. Quand la Lumière entre dans les êtres elle « allume » tout ce qui est en eux, et ceux qui ont l’ego en effervescence se mettent alors à prophétiser, à donner des leçons, à dire aux autres ce qu’ils doivent faire, manger, penser, agir, etc. ils emploient le mot « il faut ou vous devez » a outrance. Ainsi la Lumière qui les à touché à activé leur vibromasseur neuronal et ils ont disjoncté et sont devenus des « agités du bocal ». Certains finissent par se prendre pour des élus et passent leur temps à vouloir entrainer les autres dans leur sillage. Le pire c’est qu’ils sont persuadés d’être dans le juste, de servir la Lumière, ils sont imprégnés de bonnes intentions mais par leurs agissements pavent le chemin qui mène à l’enfer.
  • Merci Maitre je comprends mieux maintenant… je vais mettre en pratique votre enseignement et m’installer dans l’Etre et la vie se chargera bien de me montrer ce que je dois faire, ce qu’elle attend de moi.

Kiristian Duval Wydyr le 16 octobre 2015

Publié dans contes révélateurs

Partager cet article

Repost 0