L’EXPERIENCE DE LA DUALITE : UNE NECESSITE POUR L’UN 3 /7 LA SEULE REALITE EST LA RELATION

Publié le par Wydyr

L’EXPERIENCE DE LA DUALITE : UNE NECESSITE POUR L’UN 3 /7

LA SEULE REALITE EST LA RELATION

La seule réalité est la relation. Les formes vivantes ne sont que support de l’Esprit de l’Un qui ainsi se rencontre lui même et c’est la qualité de la relation qui est le réel… Dés que « deux » se rencontrent un couple se forme et de l’interaction énergie qui s’échange entre eux une relation énergétique s’établit. Le processus est identique en tous niveaux, que ce soit au niveau des atomes, des humains, des anges, des planètes ou des Galaxies.

Musique inaudible

La vraie musique de l’Univers est située au-delà du monde atomique et manifestée, elle est ultrasonique, les notes de la gamme ne sont que des corps (sons) et c’est de l’intervalle entre ces sons que surgit cette musique immatérielle.

De la même façon quand deux êtres se rencontrent la musique ultrasonique de chacun s’unit à celle de l’autre et de cet échange d’amour surgit une mélodie de couple harmonieuse. Toute relation est couple, que celle-ci dure deux minutes ou trente ans ou mille ans.

L’Eros est cette onde d’amour vibral qui circulant à travers tout l’univers engendre multiples sensations dans les corps et au-delà de cette fréquence l’amour se transforme en Agapè, l’amour universel sans aucune distinction, un amour totalement désintéressé. Cet amour est totale écoute de l’autre et non plus le plaisir centré sur soi.

OBSERVER LES JEUX DE L’EGO

L’Ego sert à chaque Etincelle de vie de se localiser dans le temps et l’espace, chacun est le centre de son propre univers ; l’ego est comme une contraction de l’esprit de l’Un mais lorsque la Lumière passe à travers lui, il se détend et il fusionne en l’Un. L’Un ne pouvait se connaitre qu’en s’étant lui-même contracté sous cette forme d’ego (pour connaitre ce qu’il n’est pas) afin de découvrir ce qu’il Est.

Observer les agissements de l’ego fait partie de l’expérience. Il est révélateur de percevoir comment il fonctionne, ruse, comment il intervient dans les mailles de toute relation, comment il manipule l’autre dans l’intérêt personnel, mais il faut faire cela sans mauvaise conscience, sans juger, sans déterminer si c’est bien ou mal, simplement « voir » pour en connaitre le fonctionnement.

En toute relation il faut se détacher de l’ego pour ne faire que voir, devenir vision, voir les manifestations de son propre ego et de celui de l’autre et faire ainsi l’expérience de l’Un qui par cette relation découvre les potentiels de cet ego qui lui semble étranger et qui pourtant est sa création. Nous ne sommes venus en ce monde que pour observer les interactions des forces de l’univers dans le manifesté, que ce soient les forces telluriques, cosmiques, planétaires, élémentaires, corporelle, psychiques ou celles de l’Ego.

Nous disposons d’un corps sensible qui ressent toutes ces forces qui l’influencent, le sollicitent, le malmènent, le perturbent afin de ressentir en celui-ci l’interaction des forces de l’Univers cependant il ne faut pas s’identifier à ce corps et aux Jeu de l’Ego (via le je) mais se positionner dans notre Soi, et observer, constater, voir, sans juger ou condamner, simplement percevoir comment le fonctionnement des forces en jeu et aussi celles de l’Ego.

Dés que nous entrons en relation avec une forme de vie quelle qu’elle soit : humain, animal, végétal, minéral, ange, planète, soleil, le feu ou l’eau nous « formons un couple » et un échange d’énergie et d’informations s’établit entre « nous » et cette « forme de vie » : cette énergie qui s’échange entre les nous et l’autre est « amour » et c’est de la qualité de la relation que s’établit un échange harmonique ou dis-harmonique entre « nous » et l’Autre.

ENTRER EN RELATION AVEC SOI- MEME

Notre premier travail consiste à rétablir une relation de couple harmonieuse avec nous-mêmes : entre notre mental et nos émotions, entre notre mental et notre corps, entre nos émotions et notre corps, entre notre mental et notre façon d’agir, entre nos émotions et nos sensations, entre notre féminin et notre masculin, entre notre « moi » et notre « Soi ».

Tant que nous abordons la relation au niveau du « je » identifié à l’égo ces relations sont perturbées et perturbantes : nos émotions sont souvent en conflit avec nos pensées, et nos actions ne sont pas toujours en accord avec nos pensées.

Dés que nous prenons du recul et sortons de l’identification à la forme (le corps du moi et l’ego) nous entrons dans une phase d’observation et cela nous permet de percevoir le jeu des forces en interaction qui se manifestent par l’ego et le corps.

Le corps à ses raisons d’être. Il est mu par une conscience instinctive de survie et de reproduction - on ne peut lutter contre cela sans se sentir perturbé - ce n’est qu’en observant ce qui se passe dans ce corps, quelles sont ses besoins et exigences que l’on peut « voir » sans être perturbé et sans juger quoi que ce soit, sans rien rejeter ou condamner ( que ce soit le besoin de nourriture, de chaleur ou de relations sexuelles) il faut se placer en observateur pour percevoir sans être perturbé ni juger.

ENTRER EN RELATION HARMONIEUSE AVEC L’AUTRE : LE COUPLE

Cependant le fait d’être en bonne relation avec soi-même ne suffit pas car il faut tenir compte que les autres formes de vie sont aussi « nous ». C’est-à-dire l’Un en tant qu’autres formes et que nous devons entrer en relation harmonieuse avec toutes les formes de vie, sans aucun jugement. Dés que nous entrons en relation avec quelqu’un (fut ce pour trois minutes) nous formons un couple d’où émerge un courant d’énergie harmonieux ou non.

Si on aborde les relations extérieures à partir de l’Ego et du « je » on est perdant d’avance puisqu’on va demeurer dans une conscience égocentrique ( générée à partir de nos points de vue émanant de ce que l’on a appris ou expérimenté et déterminé comme bien ou mal). Car même si nous sommes tous nés de la même Essence et animés par le même Esprit de l’Un nos formes de vie ne sont pas toutes en affinité vibratoire. Certaines formes s’attirent mais d’autres se repoussent ou se détruisent. C’est un processus propre à notre monde : le loup qui a faim dévore l’agneau qui est faible, l’eau éteint le feu et ronge la pierre, certains champignons sont mortels pour l’humain etc.…

Dés que l’on cherche à fusionner avec l’autre à partir de l’ego on est certain que cela ne va pas coller puisque l’autre n’est pas nous et que de cette fusion ne peut naitre qu’une confusion.

Nos relations de couples humains servent à établir une relation harmonieuse entre nous et l’autre mais le but n’est pas de fusionner avec la forme de l’autre mais de percevoir par l’observation les jeux de l’ego qui commence à se manifester dés la rencontre. Vivre une relation de couple sert à percevoir les jeux de l’ego (les nôtres et ceux de notre partenaire) sans se laisser prendre au piège, être capable de voir « le jeu » sans s’identifier au je, sans se laisser perturber par cela et rester dans cette position de Soi observateur en toute situation afin de voir et de comprendre les jeux de l’ego omniprésents dans le monde qui nous entoure : politique, social, religieux. Voir sans juger, observer et constater.

Cette façon de vivre fait de nous des artistes de la vie. L’art tout comme la vie est une suite de relations : les objets ou les formes paraissent séparés mais la relation est l’Essence du vivant omniprésente qui s’exprime différemment à travers ces formes et ce qui plait à l’un ne plait pas nécessairement à l’autre, tout est question d’affinité vibratoire.

Dans nos relations humaines notre âme exprime son chant de vie et celui-ci ne peut être harmonieux que si nous avons rétabli l’unité interne entre notre masculin (mental) et notre féminin (émotions âme) en notre corps mais encore faut il que ce chant puisse s’expanser de nous en nos relations afin de générer des mélodies harmonieuses avec le chant de vie de nos partenaires.

Chaque âme émet une partition ultrasonique contenant une multitude de fréquences et d’informations (mélodie d’âme) et ne peut s’accorder qu’avec des âmes vibrant à des fréquences et harmonies similaires ou complémentaires : qui se ressemble s’assemble. Ainsi nous attirons des partenaires avec lesquelles nous pouvons générer des mélodies d’amour dignes de l’Opéra mais tant que nos « violons » ne sont pas accordés, tant que nous restons identifiés à notre moi (le corps du musicien) cette musique s’avère souvent dis-harmonieuse et cacophoniques. Dans un orchestre symphonique, chaque musicien doit accorder son instrument et faire fi de son ego pour suivre les instructions du chef d’orchestre.

A Suivre ….

Kiristian Duval

Publié dans philosophie appliquée

Commenter cet article