Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

95 articles avec philosophie appliquee

ON NE PEUT TROUVER L’AMOUR TANT QU’ON EST DANS LA PEUR 4/4

Publié le par Wydyr

ON NE PEUT TROUVER L’AMOUR TANT QU’ON EST DANS LA PEUR  4/4

ON NE PEUT TROUVER L’AMOUR TANT QU’ON EST DANS LA PEUR 4/4

RELATION D’AMOUR- LE PARADIS

Une fois que la guérison est finalisée, que notre corps est sans blessure, notre Enfant intérieur se réjouit et notre vie change. On exprime alors sa joie de vivre. Notre créativité est inspirée, notre vitalité décuplée, notre enthousiasme nous fait vibrer et on rayonne l’amour.

C’est alors que cette vibration attire le ou la partenaire qui va activer encore davantage ce vortex d’amour. On ne va pas vers l’autre pour combler un manque mais pour partager un trop plein d’amour et le ou la partenaire est aussi dans le même schéma comportemental.

On se trouve alors dans une relation de complicité sur tous les plans. On devient tantrika d’amour et tout nous réjouit. On fait l’amour avec le vent, le soleil, la pluie, un arbre, notre compagnon ou compagne de jeu. Tout est réjouissance et libre partage.

On retrouve l’Etat Edénique. Seule la confiance réciproque et la liberté demeure. Aucune jalousie, peur, méfiance, critique ne demeure. Juste une complétude de deux âmes en parfaite osmose avec elles même et tout l’univers.

On ne peut échapper à ce processus car il s’actualise dans tous les domaines de notre vie : tant qu’on vit dans la peur ; on ne peut connaitre l’amour.

Tant qu’on a peur d’une nouvelle situation ou relation, celle-ci forme un voile qui occulte la vision du cœur et même on rencontre le ou la partenaire idéale, on ne la reconnait pas comme tel. On ne voit ce nouveau partenaire que par le voile de notre peur et toutes les intentions de celui-ci seront mal interprétées et on passe ainsi à côté d’une merveilleuse opportunité. Au lieu de reconnaitre l’autre comme un possible merveilleux, on le projette dans le rôle édicté par notre peur.

Le temps de l’amour vibral est revenu

Il est temps pour l’humanité toute entière de sortir du monde des peurs ancestrales provenant de l’inconscient collectif pour entrer dans ce monde d’amour inconditionnel. Il ne suffit pas de se relier à l’amour Source et projeter un amour inconditionnel sur toutes les formes de vie. Il faut passer à l’acte et entrer en relation avec des partenaires de vie.

Il est encore relativement facile d’aimer les animaux, les végétaux, les arbres, le soleil, mais plus difficile d’aimer les êtres humains qui ne sont pas comme nous, ceux du sexe opposé, ceux qui ne pensent pas comme nous. Pourtant la guérison de l’âme humaine passe par cette réconciliation par les relations humaines aussi bien au niveau mental, émotionnel, psychique que physique.

L’Homme et la femme sont complémentaires. Pour vivre en ce monde il faut l’union des deux. Du Magnétisme féminin et de l’Electricité masculine. Seule cette union génère un vortex électromagnétique permettant la transmutation et l’amour sort alors de son conditionnement.

L’amour n’est ni un sentiment, ni un concept, ni une émotion mais une énergie libre et puissante qui peut transformer le monde.

Quand un homme et une femme s’aiment d’un amour véritable, corps, âme et esprit et vivent un échange d’amour extatique, le Grand ange solaire se réjouit.

Prendre conscience de nos blessures est une nécessité, guérir au niveau psychique en est une autre mais transformer nos corps blessés en corps de gloire par le biais des relations est notre plus grand challenge. Seul cela peut réunifier les humains et faire cesser toute possibilité de guerre, de violence et éradiquer en totalité le monde des peurs.

L’amour peut tout guérir et il faut non seulement en être convaincu mais le démontrer.

Tout Etre qui malgré ses nombreuses blessures guéries croit toujours à l’amour, pense véritablement que l’amour parfait entre un homme et une femme est possible, créé cette réalité et participe ainsi au plan de rédemption.

Il ne suffit pas de prêcher l’amour inconditionnel et universel pour participer au plan de rédemption.

Tout Etre qui ne croit pas possible la relation d’amour entre un homme et une femme créé cette réalité et ainsi affirme que l’amour ne peut triompher. Il participe à un monde ou l’amour ne peut triompher et pense que celui-ci n’est possible que dans les mondes d’unité et autres dimensions. Il trahit ainsi la cause qu’il défend.

Certes nous vivons dans un monde ou la dualité est possible mais notre but est de rétablir l’unité, le juste échange, le juste équilibre et une fois qu’on s’est reconnecté à l’amour Source, il faut oser vivre cet amour divin dans le plan humain.

La compassion ou l’écoute de l’autre ne suffit pas, il faut oser davantage, être un exemple vivant de cet amour possible, de cette réunification interne qui ainsi génère une aura réunificatrice que les autres pourront percevoir.

Quand on est installé dans ce rayonnement d’amour on ne peut avoir peur de quiconque. On peut rencontrer des personnes blessées par l’amour et faciliter leur guérison, on n’a plus à se protéger, on n’a plus peur que l’autre nous enferme ou nous entraine dans une aventure inconnue, on reste le cœur ouvert, spontané et on dit « oui » à tout.

Quand on se trouve confronté à des milieux difficiles on n’est pas perturbé, on n’a pas besoin de s’enfermer pendant des jours dans une grotte ou un lieu fermé pour digérer ou méditer ou pratiquer des incantations pour se protéger. On est spontané et ouvert, on témoigne alors de la puissance de l’Eros libre.

Tous les humains ont été blessés par l’amour et le seul remède pour guérir est l’amour. L’amour humain terrestre est un reflet de l’amour divin céleste. Il peut tout guérir. Il ne suffit plus de croire mais de vivre cela et de ne plus nier les relations de couple.

Vivre en couple d’amour divin ne consiste par à rester collés l’un à l’autre toute la journée mais à vivre librement, à exprimer ses émotions, a vivre de belles relations mais aussi à se retrouver de temps en temps pour une communion d’âme et de corps, se recharger l’un à l’autre comme le faisaient les Atlantes.

Le matin, chaque Atlante vaquait à ses occupations. Les grands Initiés œuvraient avec les vestales, accomplissaient des rituels destinés à maintenir la Flamme de vie émanant du cœur de la Terre monter vers le Soleil.

Le Prince et son épouse étaient garants de cette unité. Ils étaient l’un et l’autre l’incarnation d’une Flamme solaire unique. Tous les soirs, après un rituel d’activation, le couple royal s’unissait par une relation tantrique et parfaite et offraient leur extase au grand ange solaire.

Chaque couple Atlante accomplissait le même rituel d’amour. Ainsi l’homme et la femme se rechargeaient en énergie d’amour et chaque matin chacun accomplissait ce que sa mission de vie lui indiquait.

La chute dans la dualité et la densité à provoqué une rupture. Nous étions ces Atlantes, nous avons vécu une grande période de séparation, de conflits mais il est temps maintenant de nous réconcilier, de recréer ces couples sacrés, de récréer la fraternité.

Chaque âme Atlante aussi individuelle soit elle était reliée à l’âme de l’Humanité, celle de Gaia et chacune œuvrait pour maintenir cette cohésion unitaire. C’est à cela que nous sommes invités aujourd’hui.

Si le travail commence en notre intériorité, en cette réconciliation homme et femme intérieur, il doit s’actualiser dans nos relations entre hommes et femmes et ainsi guérir l’Eros vibral qui à été blessé par cette chute.

Quand notre âme est épousée par l’Eros vibral, l’Unité est rétablie mais ensuite l’âme réanimée doit épouser le corps physique pour le glorifier. C’est la phase ultime. On peut être connecté à l’Amour universel mais tant que notre corps ne ressent pas cette Onde, rien n’est terminé.

L’amour donne des ailes. Quand l’amour est là Eros s’envole à nouveau. Nous nous envolons vers le 7° ciel. La blessure est guérie, tout est réparé. L’humanité se réjouit et Gaia aussi.

Alors n’attendons plus ! Aujourd’hui est le moment idéal. Il n’est plus temps de pleurer sur nos peines ou de nous cristalliser sur nos blessures, tout cela est terminé, encore faut il y croire et agir en ce sens.

Christian Duval – Wydyr – fin le 15 septembre 2016

Publié dans philosophie appliquée

Partager cet article

Repost 0

ON NE PEUT TROUVER L’AMOUR TANT QU’ON EST DANS LA PEUR 3/4 RELATIONS DE GUERISON. LE PURGATOIRE

Publié le par Wydyr

ON NE PEUT TROUVER L’AMOUR TANT QU’ON EST DANS LA PEUR  3/4  RELATIONS DE GUERISON. LE PURGATOIRE

ON NE PEUT TROUVER L’AMOUR TANT QU’ON EST DANS LA PEUR 3/4

RELATIONS DE GUERISON. LE PURGATOIRE

Ce n’est que lorsqu’on prend un peu de recul qu’ont peut commencer à guérir. On entre dans la phase de guérison psychique. On peut accomplir cette thérapie de guérison sans aucune aide extérieure (c’est relativement difficile mais possible, la méditation et le travail intérieur aide à cela) ou avoir recours à un thérapeute qui nous aide à mieux discerner, à prendre du recul, à comprendre et accepter notre responsabilité et a modifier notre programmation interne.

L’outil utilisé est le « pardon ». Pardonner à nos ennemis c’est aussi dissocier les personnages des rôles qu’on leur à fait jouer. Lorsqu’on se comporte en victime, on oblige nos proches à jouer le rôle de bourreau à leur insu. Ainsi telle personne que l’on considère comme bourreau peut avoir les meilleures intentions du monde, et faire tout ce qu’il peut pour nous aider, on ne verra en lui que le bourreau. Parfois nous choisissons carrément une âme noire qui peut jouer à la perfection le rôle de pervers manipulateur ou pratique une autre forme de torture mentale ou physique

Les thérapies favorisent la guérison psychique mais la guérison n’est pas terminée tant que le corps n’a pas accepté la nouvelle empreinte.

Tout ce qu’on pense (corps mental) génère des émotions (corps astral) qui transforment la biochimie de notre corps (glandes, hormones) et modifie nos mémoires cellulaires (corps vital) et notre corps physique qui est sous direction de notre « moi ».

C’est là tout le secret de l’équilibre masculin féminin qui seul permet la naissance de l’enfant intérieur.

Lorsque notre corps mental (aspect Masculin Père) est nettoyé des vieilles mémoires programmées du passé il envoie l’info au corps astral émotionnel (aspect Féminin Mère) qui s’il est nettoyé des vieux schémas cristallisés émotionnels transfère l’information au corps vital (éthérique – l’Enfant intérieur. Ainsi la guérison s’accomplit. Les informations de notre Soi sont transmises à notre conscient (mental) puis à notre inconscient (émotions) puis à notre subconscient (enfant intérieur – corps vital).

Tant qu’il demeure des scories dans ces corps intermédiaires, la guérison ne s’accomplit pas. Il ne suffit pas de savoir pour transmuter le corps, la tête ne suffit pas, il faut que le cœur et les émotions soient touchées. Et seule l’expérience permet cela.

Le thérapeute peut nous amener à une guérison psychique. Après avoir compris l’origine et le pourquoi de notre blessure on peut pardonner et passer à autre chose, mais la vie nous enverra ensuite la personne destinée à actualiser cette guérison par un acte.

Lorsqu’on subit un grave accident de voiture, il faut reprendre le volant assez vite afin d’éviter de cristalliser le traumatisme ». Cela s’applique aussi aux relations.

Quand on vient de subir une séparation douloureuse, certains amis peuvent nous dire « ne reste pas enfermé chez toi, rencontre quelqu’un d’autre, soigne le mal par le mal » mais souvent le cœur n’y est pas. D’autres nous disent « prends un peu de recul, médite, et laisse le temps effacer les souvenirs ». On peut se demander qui à raison. En fait les deux propositions sont complémentaires.

Il n’est guère conseillé de se lancer dans une nouvelle relation affective si la blessure est encore douloureuse. Il faut prendre un temps de recul, essayer de comprendre ce que la vie voulait nous enseigner, nous révéler comme tendance ou habitude qui nous maintenait dans l’illusion puis passer à l’action pour vérifier si le corps à enregistré le nouveau concept et cela ne peut se faire qu’en vivant une nouvelle relation amoureuse.

Le travail du thérapeute s’arrête à la guérison psychique. Ce n’est pas à lui de passer à l’acte. La personne qui à vécu un traumatisme sexuel ne peut le résoudre par une relation sexuelle avec son thérapeute car cela engendre une dépendance par la suite.

Voyons un exemple :

Une femme a vécu des traumatismes sexuels pendant l’enfance. Cela l’a amené à avoir peur des hommes et sa sexualité s’en est ressentie. Son corps refuse la pénétration. Cela complique ses relations de couple et elle ne finit pas se retrouver seule.

  • Elle décide alors d’aller voir un thérapeute pour guérir ce problème et après plusieurs séances, elle se sent guérie, allégée, elle à pardonné à son père et aux hommes qui l’ont fait souffrir.
  • Mais pour vérifier si son corps à bien enregistré l’information il faut qu’elle vive à nouveau une relation avec un homme. Elle à besoin d’une relation de guérison. Lors de la première relation sexuelle avec cet homme, elle pourra ainsi constater si son corps accepte la pénétration et permet une jouissance.
  • Si au moment de l’acte, elle sent que son corps se rétracte et que toute pénétration s’avère impossible, elle constate alors qu’elle n’est pas guérie
  • Si son partenaire ne tient pas compte de cela et la pénètre de force, elle souffre et cela réactive le traumatisme d’enfance.
  • Si son partenaire est plus ouvert et accepte de l’aider à guérir par la douceur et l’amour il peut faciliter la guérison et celle-ci s’actualisera dans le corps.
  • Pour que cela soit possible, il faut que la femme accepte cette aide et reconnaisse qu’elle n’est pas guérie, cela demande une certaine dose d’humilité. Si elle écoute son cœur, elle accepte l’aide car c’est indispensable à sa libération. Si sa tête domine alors l’ego prend le dessus. Elle rejette l’homme et elle rompt la relation.
  • Elle se réfugie alors dans une solitude méditative et psychique tout en sachant au fond d’elle-même qu’elle n’est pas guérie. Elle se coupe de toute possibilité de vivre une belle histoire d’amour et dés qu’elle accepte à nouveau de faire d’autres expériences, elle ne vivra que des « relations de guérison » jusqu’au moment où sa guérison étant accomplie elle pourra vivre une relation idéale.

Le processus décrit ci-dessus est valable dans les deux sens. Aussi bien pour l’homme que pour la femme. La vie étant intelligente réunit toujours des partenaires qui s’auto guérissent l’un l’autre.

A suivre. Christian Duval Wydyr le 5 Septembre 2016

Publié dans philosophie appliquée

Partager cet article

Repost 0

ON NE PEUT TROUVER L’AMOUR TANT QU’ON EST DANS LA PEUR 2/4

Publié le par Wydyr

ON NE PEUT TROUVER L’AMOUR TANT QU’ON EST DANS LA PEUR  2/4

ON NE PEUT TROUVER L’AMOUR TANT QU’ON EST DANS LA PEUR 2/4

L’existence nous amène à vivre trois types de relations :

  • Les relations karmiques (bas astral)
  • Les relations de guérison (purgatoire)
  • Les relations d’amour.

RELATIONS KARMIQUES ! L’ENFER

Lorsqu’on entre dans l’incarnation, on se retrouve dans des circonstances, ambiances et scénarios résultant de nos schémas antérieurs, de nos mémoires émotionnelles et mentales cristallisées en nos programmes intérieurs.

L’existence nous met face à face avec certains miroirs pour nous aider à prendre conscience de nos programmations internes et ainsi nous libérer de celles qui nous maintiennent dans la souffrance, la peur, la douleur. La matière astrale sert de miroir réflecteur.

On attire dans notre vie les personnes qui nous servent de « miroirs ». Tous ceux que l’on rencontre (parents, enfants, amis, amours, collègues etc.) sont acteurs dans notre film existentiel parce qu’on les a invités.

Lors de nos face à face il se passe quelque chose au niveau du corps astral, l’autre réveille en nous une mémoire cristallisée en notre corps astral. Cette mémoire peut être agréable et la personne nous attire ou au contraire nous être désagréable et nous avons tendance à rejeter le miroir.

Tout ce qui est inscrit en notre corps astral et qui nous maintient dans le passé (de cette vie ou d’autres vies) doit être évacué, éradiqué, et la vie nous amène sur un plateau d’argent toutes les personnes « miroirs » pour nous aider à faire le ménage.

Il ne suffit pas de savoir qu’on à un karma à régler pour se libérer. Ce n’est que lorsqu’on se trouve confronté à une situation qu’on peut modifier notre comportement et ainsi agir et réagir et démontrer ainsi qui on Est Ici et maintenant.

Dés qu’on réagit on se retrouve dans la trame des vécus antérieurs et au lieu de nous réconcilier avec nos « ennemis » nous créons une nouvelle trame conflictuelle. C’est toujours l’ego qui réagit en argumentant pour défendre sa forteresse de certitudes.

Il est beaucoup plus bénéfique de prendre du recul, de comprendre ce qui arrive, de percevoir l’enseignement révélé par ce miroir, d’en tirer la leçon et d’agir avec sagesse, et effacer le vieux schéma antérieur par un acte de pardon. Petit à petit il importe de délester notre sac mental rempli de certitudes émanant de l’ego.

Ce n’est pas tant une situation en soi qui détermine notre destinée mais c’est notre façon d’agir ou de réagir Ici et maintenant qui définit Ce qu’on Est dans cette réalité d’aujourd’hui. Peu importe ce qu’on à été ou ce qu’on a fait dans le passé, importe ce que l’on établit comme relation aujourd’hui. Cela détermine notre devenir.

Tant qu’une situation n’a pas été comprise, tant qu’on n’a pas perçu la leçon de sagesse que voulait nous enseigner la vie, tant qu’on n’a pas compris que l’extérieur était réflexion de notre cinéma intérieur, tout continue. On reste prisonnier de trames et de relations karmiques de plus en plus enfermantes. On s’englue dans la méfiance, la peur, la critique, le jugement, la dévalorisation de l’autre et de soi.

L’existence, implacable continue alors son travail d’enseignement. Elle nous envoie sans cesse des personnes qui nous renvoient le même miroir et ceci jusqu’à ce qu’on comprenne l’enseignement et qu’on se libère de cette vieille croyance.

Plus de 80 % de nos habitudes de penser et d’agir viennent de nos conditionnements, de formatation collectives et que tant qu’on vit dans cette zone on n’est qu’un robot conditionné par des croyances. On peut être raciste même si on n’a jamais vécu de problémes avec les étrangers mais simplement parce que notre éducation nous à formaté ainsi.

Le bas astral est « enfer- ment » il nous maintient prisonnier des concepts et traditions et religions du passé, la mémoire des ancêtres, les vies passées et dans la souffrance. Ainsi au lieu de tourner un nouveau scénario de film, on continue à tourner des remakes plus ou moins colorisés de nos vieux films antérieurs.

On peut chercher l’amour sans jamais le trouver car il ne peut être vécu dans le monde ou la peur prédomine. L’amour ne connait pas la peur. La peur éloigne l’amour.

Tant qu’on n’a pas nettoyé son ardoise karmique, on revit des scénarios identiques. Le décor et les personnages changent mais l’histoire est la même.

Ainsi une femme qui a vécu une relation difficile avec son père revit les mêmes scénarios avec tous les hommes de sa vie, tant qu’elle n’a pas nettoyé son ardoise mentale et émotionnelle par un pardon. Elle reste ainsi dans une zone de blessures, de souffrances.

Parfois on se demande pourquoi on a vécu tant de souffrances dans notre enfance et on trouve cela injuste et on s’enferme dans cette illusion. On ne peut guérir que le jour où l’on comprend que c’est nous qui avons créé ce scénario de souffrance.

Chacun écrit par ses pensées ses scénarios de vie, puis est projeté sur la scène en tant qu’acteur principal et attire les partenaires destinés à lui donner la réplique. Le Soi organise tout, met tout en scène et le tournage commence.

Tant qu’on écrit des scénarios issus du bas astral, des histoires à faire peur, des histoires de violence, de suspicion, de jalousie, de terreur, de guerres, de catastrophes, de viols, d’histoires d’amour difficiles, on expérimente cela.

Il est intéressant de constater que notre ego nous amène à regarder les films qui correspondent à nos états intérieurs. J’ai rencontré plusieurs femmes qui vivant seules avaient peur d’être agressées par les hommes, ou cambriolées qui se complaisent à regarder les séries télévisées policières dont les scénarios ne sont que meurtres et violence. Sans s’en rendre compte ces personnes nourrissent ainsi leur ego et leur corps astral inférieur.

Les personnes qui sont en manque d’amour regardent des films romantiques en espérant en trouver un qui va bien se terminer. Ceux qui ont peur de l’apocalypse, regardent les films catastrophes etc.

La question que l’on devrait se poser lorsqu’on s’installe dans un fauteuil avant de regarder un film : qu’est ce que ce film va nourrir en nous, quel est la partie de nous qui se délecte de ce scénario. Ceci nous aide petit à petit à sortir de l’enfermement conditionnel suscité par notre ego formaté.

A suivre. ....

Christian Duval Wydyr le 29 Aout 2016

Publié dans philosophie appliquée

Partager cet article

Repost 0

ON NE PEUT TROUVER L’AMOUR TANT QU’ON EST DANS LA PEUR 1/4

Publié le par Wydyr

ON NE PEUT TROUVER L’AMOUR TANT QU’ON EST DANS LA PEUR 1/4

ON NE PEUT TROUVER L’AMOUR TANT QU’ON EST DANS LA PEUR 1/4

On ne peut vivre dans la peur et dans l’amour. Ce sont deux états vibratoires incompatibles. Tant qu’on est dans la peur on ne peut reconnaitre et donc connaitre l’amour et même si on rencontre la personne idéale pour vivre une relation magnifique. Le voile généré par nos peurs nous empêche de voir l’être qui se présente tel qu’il est.

Nous le colorons de notre masque de peur et ne le voyons pas tel qu’il est. Il pourrait être Jésus que nous ne verrions qu’un humain ordinaire.

L’Amour nous met dans un état de confiance absolue, aucun doute, aucune peur, aucun jugement, ne subsiste. L’amour efface tout. On ne peut aimer et être aimé qu’à cette condition.

Dés que la peur, la méfiance, la suspicion, le jugement, la comparaison se manifestent, on sort de l’amour et on retombe dans le monde de l’astral ou l’amour vrai ne peut exister.

Quand la guérison est accomplie et que l’amour se présente à notre Porte, il importe de dire oui, d’aller de l’avant, d’accepter l’invitation sans réfléchir, de vivre l’expérience tout en demeurant conscient et si l’attitude de la personne nous montre qu’elle est encore dans un monde de peur, de jugements, de méfiance ou de jalousie , ne pas s’investir davantage.

Seule l’expérience est révélatrice. Dés qu’on anticipe par le mental, on se fait piéger par l’ego qui ne veut pas sortir de sa zone de confort et sa forteresse de justifications et d’argumentations.

Oser franchir le pas, ouvrir son cœur et voir ce qui se présente. C’est cela vivre l’enfant intérieur. On n’attend rien mais on espère tout et il en est ainsi. Tous les possibles s’offrent à nous.

Tant qu’on reste dans la zone de confort mental et émotionnel, on patauge dans la mélasse du passé et d’un futur quasi identique et on ne peut ressentir l’amour. Notre enfant intérieur reste prisonnier de nos projections.

Quand on vit dans le monde de la peur on est néfaste aussi bien à soi-même qu’aux autres. Une mère qui s’inquiète pour ses enfants, projette sur eux ses propres ombres de peur et cela ne leur fait aucun bien et les amène parfois à vivre des expériences douloureuses qu’ils auraient évitées s’il n’y avait pas eu ces projections.

L’EXISTENCE NOUS PROPOSE TROIS SORTES DE RELATIONS

Au sein de cette matrice de dualité, deux possibles s’offrent à nous : le bien ou le mal, l’amour ou la peur, l’ombre ou la lumière.

Le plan astral est subdivisé en trois zones :

-le haut astral, ou Paradis, monde de la Lumière de l’âme, du bien, où se logent tous les talents acquis au long de nos incarnations, et notre Ange gardien qui nous prête assistance. C’est un royaume ou l’amour est roi, où la confiance est absolue, c’est là où notre enfant intérieur aime à s’exprimer.

- l’astral intermédiaire ou Purgatoire. C’est une zone neutre située entre le haut astral et le bas astral. C’est là que nous nous retrouvons lorsque nous souhaitons sortir du bas astral pour entrer dans le monde du haut astral. C’est là que nous faisons nos choix, que nous osons faire un pas en avant pour aller vers l’inconnu en toute confiance, ou que nous faisons un pas en arrière et préférons retourner dans notre zone de confort qui nous enferme dans le passé, les mémoires , les blessures, les traumatismes, les habitudes néfastes et un « connu » qui ne nous apprend plus rien.

C’est dans cette région que nous nous retrouvons lorsque nous passons notre temps à nous projeter dans le passé ou a imaginer le futur possible si nous osons faire un pas en avant. C’est là que nous vivons tous nos conflits entre notre tête qui analyse, projette, compare, se souvient, et notre cœur qui nous impulse à aller de l’avant. L’Ego si complait, car c’est son territoire et face à toute nouvelle expérience qui s’offre à nous il trouve une multitude d’arguments pour nous inciter à faire un pas en arrière. Il s’auto justifie à partir des banques mémoires pré enregistrées en notre cerveau et nos mémoires cellulaires.

- l’astral inférieur ou Enfer. C’est la zone ou le mal (ce qui nous fait mal et fait mal aux autres) prédomine. Région ou notre démon intérieur (ange noir) nous torture, nous enferme dans des préjugés, programmes, tabous, culpabilités, remords, frustrations, refoulements, critiques, dévaluation de soi même et des autres, enfermement dans des croyances religieuses, sociales, ethniques, intellectuelles, culturelles, dans des dogmes qui enferment notre enfant intérieur dans une prison d’interdits et de malaises, de souffrances.

C’est dans cette zone que naissent tous nos maux, nos maladies (mal- a – dit) et nos problèmes existentiels. C’est là que règne en maitre absolu la Peur qui rend méfiant, nous incite à nous protéger, nous rend critique, nous amène à comparer, à rejeter, à se projeter dans des scénarios difficiles, à nous éloigner de l’amour et à briser les ailes de celui-ci. L’Amour ne peut s’épanouir que dans un climat de confiance absolue et ne peut être enfermé, rejeté ou enfermé dans des climats de peur et de méfiance, de suspicion.

Nous aspirons tous à sortir de cette zone inférieure ou le mal prédomine et pour cela la vie nous invite à faire un premier pas en avant, à oser sortir du passé et à passer par la zone de purgatoire.

Le purgatoire n’est pas maléfique en soi, c’est simplement une zone où nous sommes invités à prendre du recul, a percevoir la leçon que l’univers nous à invité à comprendre, à pardonner à ceux qui nous ont maintenu dans cette zone et aussi à nous pardonner à nous-mêmes, afin de fermer une porte sur le passé (le connu) et à oser vivre une nouvelle vie dans une fréquence d’amour et de plénitude.

A suivre. Christian Duval Wydyr le 24 Aout 2016

Publié dans philosophie appliquée

Partager cet article

Repost 0

COMMENT GUERIR DE NOS BLESSURES D’AME ET DE CORPS.

Publié le par Wydyr

COMMENT GUERIR DE NOS BLESSURES D’AME ET DE CORPS.

COMMENT GUERIR DE NOS BLESSURES D’AME ET DE CORPS.

Le processus de guérison se manifeste par trois phases :

  1. Prise de conscience de la blessure ou du traumatisme
  2. Intention de s’en libérer (thérapie, méditation etc.)
  3. Acte de foi pour vérifier si la guérison est accomplie.

Prenons pour exemple une personne qui à subi des violences sexuelles pendant l’enfance. Celles-ci ont généré un traumatisme à guérir. La personne a de grosses difficultés à vivre pleinement sa sexualité. Son corps « bloque » et provoque souffrance, angoisse et culpabilité.

  1. La personne doit prendre conscience que son problème sexuel vient du traumatisme
  2. Elle entreprend une thérapie qui va modifier la donne au niveau mental et émotionnel. (thérapie holistique, rituels de guérison, méthode ho’oponopono etc)
  3. Elle doit ensuite actualiser la guérison en vivant une relation sexuelle épanouie avec un partenaire adéquat. Les émotions et les sensations doivent témoigner de la guérison. Le corps doit prendre joie, ne plus provoquer aucun blocage.

C’est donc au moment de l’acte que la personne va pouvoir constater si son corps à enregistré l’information de guérison.

Si le corps bloque à nouveau la personne va devoir choisir entre deux options : soit elle se comporte en défaitiste et constate qu’elle n’est pas guérie, soit elle se comporte en initié et se relie a son Soi et choisis de dissoudre l’ancien schéma.

C’est une sorte de lâcher prise total du mental, des émotions et du corps. Elle doit se donner totalement à la vibration d’amour et alors le corps peut actualiser la guérison. La nouvelle « impression mémorielle » remplace l’impression traumatique.

Ce processus est identique pour toutes les situations de la vie : relations, problèmes d’argent, crise d’identité, maladie.

La prise de conscience ne suffit pas, il faut accomplir un acte de foi pour actualiser la guérison. C’est au moment de l’actualisation par l’acte de foi que l’on peut constater ou non la guérison et non avant, ni après. Seul l’acte dans le Présent Ici Maintenant rend la guérison active.

Wydyr Christian Duval le 19 aout 2016

Publié dans philosophie appliquée

Partager cet article

Repost 0

NOUS SOMMES L’AME DE GAIA ! OSONS PARTAGER NOS DIFFERENCES

Publié le par Wydyr

NOUS SOMMES L’AME DE GAIA ! OSONS PARTAGER NOS DIFFERENCES

NOUS SOMMES L’AME DE GAIA ! OSONS PARTAGER NOS DIFFERENCES

Une fois que notre conscience est reliée à la Présence – le Soi- et à été informée par le concept vibral de l’Onde d’amour il importe que celle-ci se manifeste dans le corps, dans le réel par l’intermédiaire des relations.

Nous pouvons prendre soin de la terre, des animaux, des sources, des arbres, faire des rituels de guérison, si nous ne rétablissons par l’état d’unité vibrale dans la conscience humaine tout cela ne sert à rien.

Nous sommes l’Ame de Gaia. Nous sommes parties intégrante de cette Ame groupe et nous ne pouvons guérir celle-ci que si nos relations humaines sont rétablies dans l’Unité.

La psychologie féminine est totalement différente de celle de l’homme et il importe de nous réunir, hommes et femmes, de déposer nos savoirs livresques, nos robes de druides ou prêtresses, nos vestures de chaman et sorcières, nos costumes de guérisseurs et guérisseuses et de nous asseoir par terre, en cercle et de partager non un savoir ou des techniques mais notre propre vécu en tant qu’homme ou femme.

En toute transparence, spontanément, sans jugement sur soi ou l’autre, oser tout déballer, et améliorer le dialogue entre hommes et femmes, apprendre à mieux se connaitre, a ressentir ce que l’autre à vécu, découvrir le mode d’emploi de la femme comme de l’homme, afin d’établir des vraies relations harmonieuses d’homme à femme et non plus de thérapeute à enseignant ou de guérisseur à patient.

Tout commence par la relation à Soi, avec soi-même, avec son Soi Source et continues par la relation à l’autre. Tant que la relation avec Soi est faussée, la relation à l’autre est difficile. Le premier travail consiste donc à établir cette relation avec le Soi mais cela ne suffit pas, ensuite il faut passer à la relation à l’autre afin de rétablir le courant d’unité vibrale.

Seul cela peut amener la terre à ascensionner. L’Unité au niveau de l’esprit et de l’âme ne suffit pas. Quand on a été touché par l’Amour universel, quand Eros à épousé notre Psyché, il importe que cette Onde passe par notre corps et rayonne par notre aura. La relation à l’autre permet cela.

Le processus est identique au niveau individuel. On peut guérir au niveau psychique d’un traumatisme ancien (sexuel ou autre) mais ce n’est que lorsqu’on vit une nouvelle relation que l’on peut voir si notre corps à enregistré l’information comme réalité, si le problème sexuel a été évacué de la mémoire.

Quand la guérison psychique est établie, la vie nous amène à rencontrer celui ou celle qui peut nous permettre d’actualiser la guérison. Si notre traumatisme était lié à un abus sexuel, ce n’est qu’en vivant une nouvelle relation sexuelle que l’on pourra constater si notre corps est guéri. Si le blocage est encore là c’est que la guérison n’est pas actualisée, elle n’est que psychique et mentale mais non réelle.

Le partenaire nous sert de miroir réflecteur et nous montre si la guérison est accomplie ou non. Il ne juge pas, il est juste celui qui révèle ce qui était latent.

C’est alors que l’ego entre en jeu. Si nous pensions être guéri mais que la réalité nous montre que cela n’était qu’un leurre, nous pouvons soit accepter que le partenaire nous accompagne dans notre guérison, soit le rejeter parce que cela nous dérange qu’il ait perturbé notre petit confort intellectuel.

Souvent l’ego refuse la guérison. Nous rompons la relation à l’autre et préférons rester dans le confort imaginaire qui nous fait croire que nous sommes guéris. Cependant l’évidence est là.

Tant que cela n’est pas réglé nous attirerons un partenaire qui nous révèlera la même problématique.

Si notre ego est puissant il nous incite à refuser toute relation amoureuse ou sexuelle et nous renoncerons à la guérison.

Relation de guérison

Si notre conscience est ouverte, nous pouvons comprendre que ce « partenaire » révélateur qui nous à été envoyé est celui le mieux adapté à notre guérison et ceci pour une bonne raison : c’est que lui aussi à besoin de guérir de quelque chose d’identique.

L’homme qui à été castré par une relation amoureuse difficile peut se sentir impuissant et pour guérir cela entamer un travail intérieur avec son Soi pour guérir au niveau « psychique ». Puis il rencontrera celle qui aussi à été blessée par l’amour et a accompli sa guérison « psychique ».

Et c’est lors de la relation physique, sexuelle que les deux verront s’ils sont ou non guéris et si ce n’est pas le cas pourrons s’entraider pour se guérir mutuellement par la douceur, la compréhension.

Ces relations sont dites « relations de guérison ». Elles ne peuvent s’établir de thérapeute à patient. La thérapie œuvre au niveau psychique et non physique, à moins que le thérapeute couche avec sa patiente ce qui n’est pas le but.

Une fois guérie, la patiente ou le patient doit vivre à nouveau une relation sur tous les plans pour voir si la guérison est effective. Cependant il faut se méfier des pièges de l’ego car celui-ci peut nous faire croire qu’on est guéri alors que cela est pur illusion.

Prenons un exemple : celui d’une femme qui à vécu une expérience enfermante avec un homme et qui à réussit à s’en séparer.

Si elle n’est pas consciente qu’elle était à l’origine de cette situation, que quelque chose en elle l’avait amené à se laisser enfermer, elle retrouvera un homme qui lui fera vivre la même expérience.

Lorsqu’elle prend conscience du processus, la guérison commence. Elle cherche alors à rencontrer d’autres hommes. Cependant lorsqu’elle est à leur contact, son ego se méfie. Elle n’a pas envie de se faire à nouveau piéger Son ego qui se référant aux expériences passées ne voit que par ses propres filtres trouve les arguments nécessaires pour s’auto justifier.

Ainsi la femme peut rencontrer un homme totalement diffèrent, qui ne cherche pas à l’enfermer mais elle a tellement peur de perdre sa liberté qu’elle se met des protections, appelle ses anges protecteurs etc. Elle ne voit pas l’homme comme étant celui qui peut lui démontrer une autre vision de l’homme (à l’écoute, aimant, doux). Elle se méfie, et ne pouvant être dans la peur et l’amour, elle reste dans la peur. Elle érige autour d’elle tout un tas de protections, de barrières et elle s’enferme dans son désir de liberté.

A chaque nouvelle rencontre elle active son bouclier, cogite, analyse et toute initiative proposée par l’homme est rejetée. Il peut lui proposer une rencontre, un voyage, en toute amitié. Elle se protège, invente des arguments, se crée des obstacles pour ne pas dire oui.

Elle perd toute spontanéité, elle à peur de vivre l’aventure, l’inconnu et ainsi projette son image de l’homme enfermant sur toute nouvelle rencontre. Tant qu’elle ne reconnait pas que c’est l’empreinte de son ego qui la fait réagir ainsi, elle reste enfermée dans son désir de liberté.

La spontanéité, l’innocence, l’humilité et la simplicité et la transparence sont les attributs de l’enfant intérieur. Aucune peur n’habite celui-ci. Dés qu’on veut se protéger c’est qu’on à peur, c’est que l’enfant en nous est conditionné et on ne peut guérir. Cet enfant en nous qui est l’Eros ne peut vibrer, alors la nostalgie nous prend et parfois même le désir d’en finir. Pourtant la solution est là. L’amour attend d’être reconnu et vient à nous à chaque nouvelle rencontre.

Si nous nous réunissions en toute simplicité.

Ainsi différents cas de figure se présentent à nous. Si nous étions capables de nous réunir pour parler franchement de cela, entre hommes et femmes simples et spontanés, sans mettre en avant telle ou telle méthode de guérison, simplement oser dire les choses, sans jugement, alors peut être pourrions nous avancer sur le chemin de notre guérison individuelle et collective.

C’est en écoutant les autres que nous pouvons nous rendre compte d’une évidence : nous sommes tous des blessés de l’amour, nous avons tous vécu les mêmes blessures, les mêmes cassures de nos ailes d’amour ; Nous pourrions guérir en nous écoutant les autres, et en nous rendons compte que nous ne sommes pas seuls a avoir vécu tel traumatisme. Nous sommes tous dans le même bateau.

Les hommes pourraient se rendre compte qu’ils ont les mêmes problématiques, et les femmes aussi. Combien de femmes ont-elles subi des attouchements sexuels pendant l’enfance ?? Une multitude ? Combien d’hommes ont-ils été castrés par des femmes autoritaires ? Une multitude.

Ainsi les hommes et les femmes pourraient échanger en toute liberté, sans qu’aucun prétende guérir l’autre, sans thérapie particulière, sans personne qui vous dise « je vais vous soigner, vous libérer de ceci cela » car tout cela n’agit qu’au niveau psychique.

L’homme pourrait mieux comprendre le mode de fonctionnement de la femme et inversement et les relations humaines s’en porteraient mieux. Nous pourrions vivre des relations plus saines et tous ceux et celles qui sont sur une voie spirituelle mais se sentent seuls pourraient ainsi se rencontrer et s’unir non pour parler des Galaxies, Etoiles ou de principes chamaniques, mais pour vivre de véritables relations humaines, dans une ambiance d’amour amitié, solidaire et aussi plus intime quand cela se présente.

C’est ainsi que nous pourrions tisser un courant d’amour puissant qui viendrait contrebalancer toutes les forces négatives qui tentent de saboter l’ouvrage de la Source. Le plus grand travail de Jésus à été de montrer cette voie « vous êtes mes amis ». Il annonçait l’Ere du Verseau.

Et si on se mettait à l’ouvrage !

Nombreux sont ceux et celles qui ont participé aux rencontres et pic Nic du grand changement et c’était magnifique. Mais cela ne suffit pas.

Pour maintenir l’unité il faudrait en organiser de plus petits et plus souvent dans les différentes régions. Je me suis penché sur l’idée et je me suis dit que ce serait bien d’initialiser cela partout en France afin que nous nous rencontrions pour partager nos savoirs et talents. Cependant les nombreux événements de ma vie et ceux du collectif m’ont fait sentir qu’il fallait aller encore plus loin.

Tant que les relations entre humains sont troubles, l’amour ne peut s’actualiser.

Chacun de nous dispose d’un potentiel mais un potentiel n’est pas un acquis, c’est un possible à actualiser.

L’exemple est flagrant avec les enfants indigos. Ceux-ci disposent d’engrammes leur permettant d’utiliser leur pouvoir de façon plus directe (ils sont moins formatés que les anciens) mais tout dépend de l’ambiance dans laquelle ils sont élevés.

Un enfant indigo éduqué par des parents spirituels peut devenir un être magnifique et créatif, par contre s’il est élevé dans un milieu hostile, dans une banlieue mal famé, il utilisera son pouvoir de façon négative, rien ne l’arrêtera pour aboutir à ses fins. Je connais des enfants indigo qui sont loin d’être des petits saints. Notez pour information que le fou qui à tué tous ces gens à Nice avait l’âge adapté à cette filière. Il était probablement un enfant indigo mais sa conscience, formatée l’a amené à des fins funestes.

Il importe donc de se réunir en petits comités, hommes et femmes, non pas pour révéler nos talents d’artiste ou de guérisseur ou de chaman ou d’astrologue et trouver des clients, mais pour Etre Ici et Maintenant dans une relation vraie, humaine, simple, franche.

Poser tous nos outils, dons, et talents au vestiaire et s’asseoir en cercle, homme et femmes et laisser chacun raconter son vécu, partager son ressenti comme le font aussi ces gens qui se réunissent pour se libérer des addictions comme l’alcool ou la drogue.

Certes en toute réunion il faut un coordinateur, c'est-à-dire quelqu’un qui donne le démarrage et qui peut réguler aussi ce qui se passe afin que chacun puisse s’exprimer librement. Mais celui-ci outre son rôle est aussi simple que les autres, son temps de parole est identique.

Aucun mantra, aucun rituel, aucune technique particulière ne serait utilisée, simplement un élan du cœur, chacun pourrait dire en toute transparence, sans tabou, ce qui lui tient à cœur, oser dire ses souffrances sans jugement car chacun porte en lui son lot.

Rien ne nous empêche par la suite de danser, chanter, rire, faire la fête. Ainsi nous pourrions vivre une spiritualité véritable, sans coloration galactique ou stellaire, sans attributs et on pourrait tout en étant connectés aux Etoiles se dire « nous les humains, ici et maintenant, que pouvons nous faire pour vivre enfin cette Unité »

Ces réunions apporteraient plus d’aide à Gaia que tous les rituels que l’on peut vouloir réaliser ici ou la pour activer des énergies. Nous sommes l’âme de Gaia, nous sommes Gaia, et c’est en œuvrant à guérir la conscience unitaire que nous pouvons l’aider.

Tout vient de la conscience, et si demain tous les humains vivaient avec cette Conscience de groupe dans la réalité Ici et maintenant, Gaia se chargerait bien de régler tous les problèmes de pollution énergétique et autres.

Tout commence dans la conscience puis s’établit dans le psychisme collectif et individuel. Les climats de la terre, qu’ils soient ambiances collectives ou climats sociaux ou climats météorologiques sont les miroirs de nos « ciel » intérieurs.

Si ce projet vous intéresse, contactez-moi sur ma boite mail.

Dés la rentrée je lancerais l’idée ici en Bretagne et celle-ci germera aussi ailleurs. La Piste aux Etoiles dont j’ai émis l’idée récemment fait aussi partie intégrante de cette réunification.

Alors soyons, simples et comme des enfants ouvrons nos cœurs et osons vivre en toute transparence. Ainsi l’Amour conceptuel deviendrait une réalité vibratoire ici et maintenant, dans notre réalité humaine.

N’ayons aucun tabou, aucune honte, nous avons tous plus ou moins les mêmes rêves et les mêmes fantasmes, alors osons en parler.

Christian Duval Wydyr le 19 Juillet 2016

Publié dans philosophie appliquée

Partager cet article

Repost 1

LE DON-L’ARGENT- LA TRANSPARENCE 3/3 suite… La transparence apporte la solution à tout, même au niveau matériel !

Publié le par Wydyr

LE DON-L’ARGENT- LA TRANSPARENCE 3/3 suite…  La transparence apporte la solution à tout, même au niveau matériel !

LE DON-L’ARGENT- LA TRANSPARENCE 3/3 suite…

La transparence apporte la solution à tout, même au niveau matériel !

En notre monde l’argent (métal lunaire) est le reflet de l’or (métal solaire) peu de transactions s’accomplissent de nos jours par l’échange de pièces d’or. L’Or est déposé dans les coffres et set uniquement de garant. L’argent est symbole du pouvoir en ce monde. Sans argent on n’a aucun pouvoir et non ne peut rien faire pour améliorer les conditions de vie. On ne peut être donateur et bienfaiteur.

L’argent à été remplacé par un autre substitut : le papier monnaie et le métal argent n’est guère plus utilisé pour les transactions. Puis est venue la carte de crédit et aujourd’hui l’argent n’est plus que virtuel. Il est représenté par une somme de chiffres annonçant le crédit disponible.

A première vue, on pourrait croire que cela nous éloigne davantage de la Source mais toute chose ici basse à son opposé. En effet, bientôt nous échangerons des biens contre des chiffres alignés sur nos écrans. Celui qui possède un crédit peut acheter, celui qui n’a aucun crédit ne peut rien acheter.

Le seul bémol qui fait barrage à l’unité collective est le manque de transparence. Cela nous occulte la possibilité de décider clairement ce que nous voulons acheter et d’accepter tel ou tel emploi en toute transparence.

Le voile de l’illusion

Actuellement lorsque nous achetons un produit nous ne connaissons pas le prix d’achat du producteur et ainsi ne percevons pas si sa marge bénéficiaire est juste ou exagérée. Si nous connaissions cela nous pourrions décider ou non d’acheter le produit.

Le manque de transparence du gouvernement vis-à-vis des prix des carburants nous amène à être totalement manipulés :

Entre 2015 et 2016 le prix du baril de pétrole à diminué de 50%. Logiquement le prix de l’essence aurait du baisser de 50%. Hors l’état n’ a répercuté la baisse que d’environ 5% et les 45% autres ont été « transformés en nouvelles taxes » et a chaque fois que nous faisons le plein de carburant nous payons ces nouvelles taxes. La transparence des prix nous aurait évités d’être les pigeons de ces manipulateurs.

Il serait donc souhaitable d’une transparence totale dans tous les domaines. Ainsi nous pourrions refuser un poste payé 1500 euros si une autre personne touche 3000 euros pour faire le même boulot. Nous pourrions ne plus acheter d’électricité à EDF vu le salaire que touche son PDG. Chacun de nous pourrait ainsi affirmer ses choix en connaissance de cause.

A chaque fois que nous accomplirions un service nous serions « crédités » sur notre compte et « débités » à chaque fois que nous achèterions un service.

Sans argent nous n’avons aucun pouvoir en ce monde. Le Vatican qui prône la pauvreté et l’humilité est une des institutions la plus riche du monde. Les croyances véhiculées par le catholicisme, comme quoi l’argent et la spiritualité étaient incompatibles ont amené nombreux spiritualistes à manquer de tout et à être obligé de demander assistance à Mère patrie.

Le processus est bien ficelé. Ceux qui sont dépendants de l’état touchent des allocations qui sont prélevées sur les salaires de ceux qui travaillent. Le résultat est flagrant : les salariés sont en conflit ouvert avec tous ceux qui ne travaillent pas.

Nous vivons dans un monde où l’argent est manifestation de l’énergie et nous devons faire avec en attendant mieux.

Deux choix s’offrent à nous :

  • soit nous refusons de nous investir dans le système et manquant d’argent devenons dépendants d’allocations minimales qui nous permettent tout juste de survivre sans rien pouvoir donner. Nous entrons dans la catégorie des « preneurs » et qu’offrons nous en contrepartie ? rien ! pourtant nous utilisons les routes, les parkings, les métros, les bus, les parcs naturels. Agissant ainsi nous pensons ainsi que tout nous est dû, que Mère Patrie doit assumer notre survie alors que nous ne faisons rien pour elle ! nous sommes comme des enfants assistés et les gouvernants s’en réjouissent.
  • soit nous acceptons de nous investir afin de devenir donateurs et ainsi de pouvoir agir pour apporter un mieux être au collectif humain. Il nous suffit pour cela de réaliser notre choix de vie, d’être en accord avec notre Enfant intérieur.

Comment trouver le juste équilibre entre argent et spiritualité ?

Là encore transparence oblige ! Soyons honnêtes avec nous-mêmes et osons reconnaitre nos véritables besoins au lieu de nous cacher derrière des idéaux de bienfaiteur illusoires.

En ce monde tout à un prix. Une séance chez le psy coûte entre 100 et 150 euros et pourtant que fait celui-ci si ne c’est de nous écouter parler.

Thérapies : gratuité où non ?

Pourquoi donc les thérapeutes et conseillers spirituels n’auraient ils pas aussi eux aussi le droit d’être payés pour leurs services ? C’est là un point crucial à clarifier.

Quand on veut faire le plein d’essence, acheter de la nourriture ou payer son loyer, il faut de l’argent et on ne peut dire à notre propriétaire « je n’ai pas d’argent car je suis en service spirituel bénévole » en agissant ainsi on a tôt fait de se retrouver SDF.

Alors ne nous leurrons pas ! Ne nous cachons pas derrière des principes issus de croyances religieuses. Si nous voulons ne pas être assistés et dépendants des institutions gouvernementales et être « preneurs » plutôt que « donateurs » nous devons oser affirmer nos besoins.

Tous ceux et celles qui ont crées des sites sur le Web le font dans un but lucratif. Je parle en connaissance de cause car je suis passé par toutes les phases.

La première phase m’a permis d’expérimenter la gratuité. J’enseignais, je consultais gratuitement et naturellement mes revenus étaient loin d’être suffisants. Ainsi en bon samaritain, je me suis contenté pendant de longues années, du minimum vital et de lieux de vie précaires. Je me disais au fond de moi que c’était cela la voie spirituelle. Ne recevant peu, je ne pouvais donner que des conseils mais moi-même était loin d’être l’exemple vivant de l’abondance. Je me suis rendu compte que les personnes que j’assistais gratuitement n’avaient en fait que peu changé. Mes services étant gratuits, ils ne les prenaient pas au sérieux et dés qu’ils avaient quelques sous en poche allaient consulter une personne « payante » qui leur paraissait plus efficace alors qu’elle leur donnait les mêmes conseils que moi.

La seconde phase m’a fait expérimenter le don libre. Les consultants me donnaient ce qu’ils voulaient. Persuadé d’être dans le juste, je m’étonnais cependant de voir que certains avaient un hérisson dans leur poche et j’avais l’impression de faire l’aumône. Je pratiquais la loi que j’avais apprise » chacun donne selon son cœur, c’est la conscience de ce qui à été reçu qui fera que la personne sera généreuse ou non ». Encore une belle idéologie ! Car la plupart des personnes me consultant étant encore imprégnées des croyances du système ne donnaient que peu ou pas du tout.

Exemple : de nombreux ateliers sont proposés en don libre sur Internet. Certains, conscients de ce qu’ils reçoivent donnent généreusement, d’autres donnent un euro symbolique pour télécharger un cours (enseignement) qui dure une heure et demi. Ainsi au bout d’un certain temps, le site proposant les cours doit fermer « faute de moyens financiers ».

La solution serait certainement le don libre tout en établissant un « don minimum ». Ainsi les plus démunis pourraient en profiter et les plus nantis offrir davantage.

Je suis alors passé à la troisième phase qui me semble plus équilibrée. Celle-ci consiste à trouver le juste milieu entre don gratuit et travail rémunéré. Je peux continuer à écrire des articles que je diffuse gratuitement sur mon blog et aussi consulter en privé moyennant rétributions.

Il n’est guère facile de décider du juste prix pour une prestation. Mais cela fait partie de la reconnaissance de Soi et ce n’est pas parce qu’on aime ce qu’on fait qu’il faut tout donner gratuitement sinon on se retrouve dans des difficultés financières qui nous empêchent tôt ou tard de continuer à pratiquer le don gratuit.

Ce qui compte ce n’est pas l’argent en soi, mais surtout ce qu’on en fait. Alors quand on est au service « spirituel » il est normal d’être rétribué convenablement afin de pouvoir continuer à servir.

Il y a quelques années j’avais trouvé ce que je pensais être un juste compromis. Je travaillais à mis temps dans une entreprise et l’après midi j’étudiais et donnais des consultations gratuites et ainsi j’ai végété pendant une année. J’étais tellement épuisé par mon travail à mi temps que j’avais besoin de me reposer et ainsi j’ai eu de moins en moins de temps pour consulter gratuitement jusqu’au jour où j’ai compris que je devais privilégier ce que j’aimais faire tout en le rentabilisant.

Certes le « message spirituel » peut être gratuit, mais le temps passé à le diffuser doit être rémunéré ne serait ce que pour disposer de moyens pour continuer cette diffusion. Mon blog « la gazette de Wydyr » est d’accès libre et gratuit mais je dois payer une cotisation annuelle pour que celui-ci soit actif.

Alors soyons honnêtes avec nous-mêmes ! Si nous sommes engagés dans le service, acceptons de reconnaitre aussi nos besoins matériels ! Sans argent ici bas nous ne pouvons rien faire pour améliorer les choses. L’argent n’est pas sale ni anti spirituel, il est ce qu’on en fait et si on en dispose et qu’on l’utilise pour informer davantage alors il devient de l’or spirituel.

A chacun de déterminer avec justesse le prix de ses services et d’oser affirmer ses besoins car chacun d’entre nous a aussi sa place en ce monde.

Nous sommes invités à pratiquer la transparence vis-à-vis de nous-mêmes et des autres et « oser voir les choses en face », oser affirmer nos besoins en toute spontanéité et vivre ainsi comme un Enfant Libre d’Etre ce qu’il est sans aucun compromis.

Si demain tous les humains pratiquaient la franchise et la transparence, nous pourrions créer un monde meilleur ou chacun assumerait ses besoins, ou ceux qui pratiquent des prix exorbitants ou s’octroient des salaires trop élevés seraient laissés pour compte. Dans ce monde nous pourrions acheter les produits à ceux qui pratiquent les prix les plus adaptés à leurs besoins et aux nôtre et boy cotter tous les profiteurs qui ainsi seraient obligés de revoir leurs tarifs.

Christian Duval – Wydyr – le 11 Juillet 2016

Publié dans philosophie appliquée

Partager cet article

Repost 0

LE DON-L’ARGENT- LA TRANSPARENCE 2/3 suite…

Publié le par Wydyr

LE DON-L’ARGENT- LA TRANSPARENCE 2/3 suite…

LE DON-L’ARGENT- LA TRANSPARENCE 2/3 suite…

Tant que cela n’est pas réalisé, notre vie est une suite perpétuelle de remises en question, de souffrances, de manques, de résurgences karmiques. Lorsque nous n’écoutons pas notre enfant intérieur, il se rebelle et cela se concrétise par des problèmes de travail, de santé, d’argent, d’amour. Tant qu’on ne ressent pas la joie d’œuvrer en faisant ce que l’on aime, on est en conflit avec cet Enfant qui si nous ne l’écoutons pas peut provoquer de gros dégâts : les maladies bénignes deviennent plus graves voire mortelles, les problèmes de travail et d’argent s’amplifient.

L’enfant intérieur est le messager de notre âme. Le corps que nous habitons à été créé pour qu’il s’exprime librement et spontanément. Aucun compromis n’est possible. Soit on coopère, soit on souffre.

Si un travail ne nous apporte pas de joie mais que nous l’acceptons afin de « gagner notre vie » nous nous créons un futur difficile. Notre enfant intérieur agira sur notre tempérament (tristesse, mélancolie, colère, dépression) et nous perdrons travail et santé.

Pendant cette période de « désert » il nous est demandé de communiquer avec cet enfant pour accomplir notre recyclage vers un métier qui nous donnera de la joie. Cependant si au lieu de cela nous recherchons à tout prix à nous caser dans un nouvel emploi qui ne nous octroiera pas de joie ; nous revivrons une multitude de fois le même problème et nous militerons alors dans la ligue de tous les insatisfaits qui manifestant réclament à cor et à cri qu’on les « emploie » et lorsque cela s’accomplit, se plaignent d’être exploités.

L’inconscient nous projette soit dans le passé, soit dans le futur. Les désirs nous maintiennent dans le passé car ils ne sont que réactualisation d’émotions que nous avons vécu et que nous voulons réitérer (nous nous y accrochons). Les rêves non réalisés nous projettent dans un futur limité par nos engrammes antérieurs et cela nous maintient dans l’illusion.

L’enfant intérieur ne vit ni dans le passé (désirs) ni dans le futur (rêves illusoires) il vit dans le Présent, l’instant, la spontanéité, il suce la moelle de la vie sans se soucier d’hier et de demain. Il est Enfant de l’amour, il est l’Enfant Christ en nous, celui annoncé par l’Etoile.

Le chemin spirituel est intérieur. Il nous invite à oser pénétrer dans notre Ombre pour y voir ce qui s’y cache, à découvrir les vieux engrammes cristallisés pour s’en libérer.

L’enfant intérieur étant garant de notre immunité, de notre santé et de notre jeunesse éternelle il est facile de comprendre pourquoi ceux et celles qui font ce qu’ils aiment semblent ne pas vieillir et même rajeunir.

Dés que notre 3° œil reconnecté à la Source est activé et que nos corps (mental, émotionnel, sensoriel) sont libérés des vieux programmes ; tout notre système endocrinien est réactivé. Ainsi notre thymus qui était atrophié retrouve sa vitalité première et rétablit une meilleure circulation d’énergie dans notre corps vital. Le processus de rajeunissement s’accomplit. Ce n’est pas une illusion intemporelle : le corps peut vraiment s’auto régénérer comme c’était le cas lors de la Période de l’âge d’Or vécue lors de l’expérience Atlante.

A cette époque, notre corps physique apparaissait entouré d’une aura d’or assumant tous ses besoins énergétiques. Dés qu’on s’approchait d’une autre personne, un merveilleux échange d’informations s’accomplissait par le biais de l’Onde d’amour de l’Eros vibral. Tout était communion d’amour. Nous vivions en Unité totale avec notre Enfant intérieur, nous étions « lui » et tous les êtres se réjouissaient dans cet amour car l’Enfant intérieur est l’Enfant de l’Amour.

Nous vivons une époque formidable. Tous les voiles ont été dissous par la Lumière adamantine. Chacun d’entre nous peut maintenant laisser s’exprimer son Enfant Intérieur. Vivre l’instant en toute transparence, spontanéité, innocence, simplicité. Vibrer d’amour comme Eros !

La transparence spirituelle consiste à ne pas se coller des tas de croyances, rituels ou autre pratiques en espérant nous faire passer pour des maitres évolués ou incarnations d’extra terrestres. La majorité d’entre nous venons d’autres Etoiles mais c’est ici maintenant que nous devons réaliser notre mission de vie : élever la vibration de la conscience collective en y infusant les informations de la Source. Et ceci en toute simplicité ; humilité.

Il n’est point besoin de prononcer des discours sophistiqués ou répéter comme un perroquet des vérités spirituelles glanées ici ou la. Simplement d’être authentique, et quel que soit notre Etoile d’origine accepter avec humilité d’être ici bas un Etre humain, une incarnation de l’Esprit de L’Un qui sous cette forme témoigne de l’Amour de l’Un.

Il n’est plus temps pour nous de nous parer de vieux costumes d’apparences appartenant à un passé révolu aussi grandiose soit il, mais d’oser être « nu », sans références à ceci ou cela pour se faire valoir et à oser Etre ce que l’on Est et laisser chacun Etre ce qu’il est sans vouloir modifier quoi que ce soit.

Etre authentique, ne pas mentir, oser dire ce qu’on pense, ne pas juger, ne pas réagir mais simplement « agir » en accord avec son idéal et sans chercher à convaincre les autres de quoi que ce soit.

La transparence est une expérience à vivre pour tout un chacun. Bientôt nous ne pourrons plus nous cacher derrière des voiles d’apparence puisque chacun étant connecté à son Etre, saura instantanément ce qu’est l’autre même si aucun mot n’est échangé. Comme l’a si bien dit maitre Eckart « ce que tu es cries si fort que je n’entends pas ce que tu dis ».

La franchise va remplacer l’hypocrisie et le mensonge. Rien ne pourra plus être caché

Christian Duval – Wydyr- à suivre…

Publié dans philosophie appliquée

Partager cet article

Repost 0

LE DON-L’ARGENT- LA TRANSPARENCE 1/3

Publié le par Wydyr

LE DON-L’ARGENT- LA TRANSPARENCE 1/3

LE DON-L’ARGENT- LA TRANSPARENCE 1/3

En ce monde où nous vivons, tout nous parait obscur, voilé, mensonger et seule la transparence pourra nous amener à voir plus clair et à sortir de l’illusion de la dualité. La transparence requise concerne tous nos états intérieurs : clarté mentale, émotionnelle, sensorielle, et nos états extérieurs : physique et matériel.

TRANSPARENCE SPIRITUELLE ET ENFANT INTERIEUR

Au niveau des plans subtils et spirituels il importe à chacun de nous de se libérer des scories engrangées tout au long de nos voyages incarnationnels, qui encombrant notre corps mental (croyances érigées en dogmes, certitudes nées de l’ego etc..) et notre corps émotionnel ( émotions cristallisées : souvenirs, nostalgies, rancunes, désirs no réalisés, non dits, colère, sensations de rejet d’abandon, colères etc ) nous empêchent de vivre dans la spontanéité de l’enfant intérieur qui est notre raison d’Etre.

Tant que notre corps mental est encombré de croyances il se comporte envers cet Enfant intérieur comme un tyran, dictateur, un père qui nous impose ses lois. Tant que notre corps émotionnel-astral- est saturé d’émotions cristallisées il se comporte comme une mère castratrice, instable, inquiète, angoissée qui nous fait vivre l’enfer quotidien.

Notre corps éthérique – vital- est la matrice au sein duquel cet Enfant intérieur peut naitre et s’exprimer en toute liberté. Il est intimement lié au Thymus qui assure notre immunité cellulaire et nous octroie joie de vivre et spontanéité.

Les informations de la Source pénètrent en notre corps via la Glande Pinéale sise prés de la « Fontanelle » de notre tête, l’information est transmise à la Glande Pituitaire, localisée quelques centimètres derrière notre 3° œil qui agit en tant que Chef d’Orchestre de notre système endocrinien. L’Union vibratoire entre la Pituitaire et la Pinéale créé un Pont vibral nommé 3° œil. Tout ce que nous percevons comme Vérité à partir de ce point créé notre réalité.

Le 3° œil n’est pas uniquement un centre de clairvoyance. Sa Nature est le Feu igné et sa fonction première est « créatrice ». Il est le Point de focalisation de notre Attention. C’est lui qui dirige tout le bon fonctionnement de notre système des glandes endocrines : thyroïde, parathyroïdes, thymus, pancréas, glandes surrénales, glandes sexuelles.

Quand nos glandes endocrines fonctionnent parfaitement, notre corps est en parfaite santé. Il est capable de s’auto régénérer, de générer un système immunitaire défiant toute infection. Le thymus est en outre capable d’assumer une fonction d’auto régénération perpétuelle c'est-à-dire que tant qu’il fonctionne pleinement, notre corps ne vieillit pas. Il reste jeune et ceci peu importe notre âge. L’expérience nous démontre cependant le contraire. Il importe donc d’en trouver la cause.

De 1 à 7 ans

Jusqu’à l’âge de 7 ans le thymus nous transmet via le sang le programme génétique de notre mère humaine. Notre sang est nucléé selon les programmes de celle-ci et c’est là raison pour laquelle nous avons besoin d’elle. C’est cela qui permet à notre corps d’assumer ses fonctions de croissance. Notre esprit est totalement focalisé au niveau du corps éthérique qui est la matrice de vitalité de notre corps physique.

Tout ce qui se passe en notre environnement pendant ces 7 premières années va avoir un impact important sur notre santé et notre devenir. Ces premières années sont régies par les influences de la Lune et de l’inconscient collectif. Nous subissons donc les engrammes de la matrice duelle. Notre inconscient, relié à l’inconscient collectif est ainsi « formaté ».

Le thymus – lié à notre Enfant intérieur – et notre corps vital est donc limité par ce programme. L’énergie vitale de notre Mère concrétise la « forme » de notre futur corps.

Qui est donc cet Enfant intérieur ?

L’Enfant intérieur est le Messager de notre âme. Il est la partie de nous – androgyne- qui connait notre mission de vie, notre rêve d’incarnation, ce qui nous à incité à nous incarner à nouveau. Ce rêve est inscrit dans les profondeurs de notre subconscient et jusqu’à l’âge de 7 ans celui-ci est perceptible à notre conscience. Cependant notre environnement parental et social a tôt fait de faire taire cet « enfant » à l’imagination débridée. C’est ainsi que nous perdons conscience de notre rêve et entrons dans la matrice du rêve collectif qui nous éloigne de qui nous sommes.

Le rôle de la Lune est de construire notre corps vital et une fois ce travail accompli de passer le relais au Soleil qui relié à Notre Soi supérieur ou supra-conscient représente notre « Conscient »

De 7 à 14 ans

Dés l’âge de 7 ans, notre thymus s’atrophie… il ne fonctionne plus qu’à un 10 ° de ses capacités et peu à peu notre « égo » prend possession de notre corps et y installe son programme karmique. Pendant les 7 années suivantes notre conscience est concentrée sur notre corps astral. Notre « moi » prends possession de ce véhicule corps et rejette tout ce qui ne lui convient pas.

L’adolescence est donc vécue comme une période où nous rejetons tout ce qui ne nous convient pas. Nous rejetons toute forme d’autorité parentale, sociale, éducatrice, moralisatrice car nous affirmons « vouloir vivre notre vie ».

Notre « sang » reçoit alors les implants mémoriels de notre inconscient c'est-à-dire de toutes nos mémoires cristallisées dans nos cycles précédents d’incarnation (karmas résiduels) tout ce qui semble ne pas convenir à notre « ego » (qui se croit tout puissant à cet âge) est rejeté de notre corps sous forme de maux divers comme l’acné juvénile. Plus nous rejetons les systèmes parentaux, plus nous avons d’acné. Notre sang bout dans nos veines. Notre Enfant intérieur se manifeste alors comme rebelle.

C’est un période clé pour notre destinée. Si elle est mal vécue, elle peut perturber toute notre destinée et nous amener sur un chemin difficile. Pendant celle-ci nous incarnons notre corps astral et tout ce qu’il contient comme banques mémoires (désirs, rêves, peurs, émotions cristallisées etc). C’est là que tout l’impact de nos relations avec notre mère commencent à se faire sentir.

De 14 à 21 ans

Pendant les 7 années suivantes, l’Attention de notre « moi » est concentrée sur le corps mental et de 14 à 21 ans nous apprenons multitudes de choses qui plus ou moins vont nous conditionner. L’influence de notre « père » est primordiale pendant cette période. Si celui-ci est connecté à la Source, il nous assiste de façon consciente et responsable. Par contre s’il n’est connecté qu’à son petit « moi » (ce qui est souvent le cas) il nous formate pour que nous entrions dans le moule.

De 21 à 28 ans

Dans la période suivante (de 21 a 28 ans) nous sommes censés êtres adultes. C’est le moment où nous incarnons notre corps causal et pouvons ainsi retrouver notre rêve d’enfant et notre Unité

Cela ne peut s’accomplir que si nos corps intermédiaires (mental et émotionnel) sont nettoyés. Si nous sommes « déjà rentrés dans le moule » nous allons devoir faire un grand travail de nettoyage mentale et émotionnel pour nous libérer des vieux engrammes génétiques provenant de l’inconscient collectif et transmis par nos parents géniteurs.

Tant que notre Enfant intérieur n’est pas libéré de l’emprise des vieux schémas parentaux, nous demeurons une créature ballotée par le destin collectif, incapable de vivre son rêve, en recherche perpétuelle d’un meilleur ailleurs.

Les énergies de la Lune nous maintiennent dans l’inconscient collectif, et notre Enfant intérieur ne peut grandir et s’exprimer librement tant qu’il est sous dépendance. Notre subconscient – Enfant intérieur- doit être libéré de l’inconscient pour se connecter au Soi conscient- Soleil- relié au Supraconscient- Source.

Christian Duval – Wydyr – à suivre….. le 28 Juin 2016

Publié dans philosophie appliquée

Partager cet article

Repost 0

COMMENT VAINCRE L’ILLUSION !

Publié le par Wydyr

COMMENT VAINCRE L’ILLUSION !

COMMENT VAINCRE L’ILLUSION !

C’est la masse populaire qui dirige ceux qui gouvernent !

Tout ce qui suscite en nous une émotion déclenche un processus hormonal modifiant la bio chimie de notre corps et notre schématique ADN. Notre cerveau enregistre cela dans la mémoire résiduelle comme étant une « vérité » qui à force d’être nourrie devient une habitude, devenant un comportant, modifiant notre caractère et notre état de santé et tissant notre destinée.

Le cerveau est incapable de discerner le bien du mal, la réalité de l’illusion. Dés que l’émotion impressionne l’âme de nos cellules, cela modifie notre « Etat d’Ame ». Notre corps physique est « animé’ » par cette fréquence astrale dite « animale ». Les animaux sont mus par les instincts générés par la survie et la nécessité de se reproduire. Ils sont guidés par leurs peurs instinctives ce qui les amène à s’éloigner des prédateurs ou des lieux dangereux pour eux. Mais ils ne sont pas conscients du pourquoi et du comment.

C’est là toute la différence entre les humains et les animaux. Nous disposons d’une capacité de comprendre la cause ou l’origine des événements que nous expérimentons : nous sommes non seulement vivants mais conscients de l’Etre. Ce qui n’est pas le cas pour les animaux.

Cet instinct conscient qui nous anime est appelé « intuition ». L’intuition vient de la partie de nous qui « sait » et elle nous incite à faire ceci ou cela tout en comprenant la finalité de l’action accomplie.

Le fait d’avoir un corps « astral » c'est-à-dire « animal et instinctif » est à la fois notre point fort et notre point faible. Nous pouvons soit subir le processus, soit l’utiliser à notre avantage.

A chaque fois qu’une émotion est suscitée en notre corps astral cela modifie la biochimie et notre Etat d’Etre comme cela a été dit ci-dessus. Tout ce qui suscite une émotion est agent actif de la modification de notre intériorité et peu importe que cela soit « réel » ou « fictif » ou « virtuel ». Du moment que l’émotion est ressentie, le processus est enclenché.

Ainsi a chaque fois qu’une image, qu’une histoire ( vraie ou imaginaire) qu’une information ( réelle ou fausse) qu’un film ( documentaire ou fiction) qu’un livre ( biographie, histoire vécue ou roman) qu’une parole, qu’une croyance ( prophétique ou fictive) qu’une une pensée déclenche une émotion en nous, cela modifie notre biochimie, nos états d’âmes, notre santé.

Tout ce qui « entre » nous en modifie notre intériorité sur tous les plans (physique, psychique)

C’est ainsi que nous pouvons constater que tout est « illusion » puisqu’un film, une histoire fictive peut transformer radicalement non seulement notre état intérieur mais aussi notre santé et notre destinée. Mais grâce à notre capacité de voir, discerner et de choisir nous pouvons Etre maitres de ces illusions tout simplement en choisissant la qualité des émotions que nous déclenchons en nous.

Pour cela il suffit de choisir ce que nous lisons, écoutons, regardons, nourrissons, tout ce à quoi nous donnons attention.

Si nous passons notre temps à nous remplir d’informations, de lectures ou de films relatant des séquences de guerre, de violence, d’horreur, de meurtres, d’enquêtes policières, de maltraitance, de crise économique, nous nourrissons notre « psychisme » de cela et celui-ci induit toute notre structure physique. Par l’effet de la loi de résonnance, nous sommes attirés dans un « décor extérieur » reflet de cet état intérieur que nous avons nourri. Tout ce que l’on voit à l’extérieur est reflet de notre intériorité et non le contraire.

Les personnes non éveillées croient à une réalité extérieure, ce qu’ils voient dans leur environnement, ce qui est diffusé par les médias et essaient de s’adapter à ce monde qu’ils croient réel et tangible et ainsi ils modifient leurs états intérieurs et leur destinée. Ils se nourrissent de ces informations relatant les crises dans tous les domaines et agissent en fonction de cela et ainsi créent cette réalité. Si on leur parle de crise économique ils s’empressent de freiner leurs dépenses, thésaurisent, et la crise devient réalité pour eux. Cependant la crise ne touche pas ceux qui ont induit « la rumeur », bien au contraire cela les enrichit.

L’éveil consiste simplement à sortir du sommeil léthargique et percevoir qu’il n’existe aucun univers tangible réel mais que chacun voit et expérimente l’univers qu’il conçoit en son intériorité et l’extérieur est le « reflet » de la vision interne.

Donc lorsqu’on nourrit son intériorité de scénarios violents, ou problématiques, l’onde de résonnance de notre aura nous amène à vivre cela dans la réalité. On finit par vivre dans le quotidien une expérience similaire à ce que l’on a vu comme informations sur notre petit écran.

Il ne faut pas croire que parce qu’on regarde ces informations en faisant autre chose qu’elles ne s’inscrivent pas dans notre intériorité. Certes cela est moindre mais même si on roupille devant un reportage violent les images et sons émanant de celui-ci pénètrent dans nos auras. Le processus est parfois encore plus efficace puisque notre « conscient » étant en état de veille, nous ne pouvons pas faire le tri. Tout ce qui entre dedans modifie l’intérieur.

L’état de santé ne dépend donc pas uniquement de notre nourriture physique mais avant toute chose de notre nourriture « psychique » (mentale, émotionnelle, sensorielle).

Vivre loin du monde dans un environnement sain ne suffit pas pour vivre bien et en bonne santé, cela dépend de notre état intérieur. Si nous choisissons une vie isolée des grandes cités, et privilégions une nourriture bio, et nous éloignons de toute pollution électromagnétique parce que nous « avons peur » de ces ondes, que nous ne voulons pas nous faire contaminer, nous ne sommes pas immunisés car c’est la « peur » qui nous impulse et non l’amour. Nous pouvons manger sain et sans stress mais cela ne nous empêche pas de tomber malades. C’est ce qui arrive à nombreuses personnes qui désirant vivre vieux s’enferment dans des lieux isolés où ils pensent mieux vivre et où toute leur existence consiste à cultiver des légumes bios, à construire des abris, c'est-à-dire à survivre et non à vivre !

Nous avons le choix entre deux fréquences : l’amour ou la peur.

La peur engendre la méfiance, l’isolement, le manque de confiance, la tendance à voir le mal partout et à vouloir s’en protéger et nous amène à une solitude « saine » mais triste et parfois même avare et égoïste et par effet de résonance celle-ci affecte notre enfant intérieur qui ainsi déclenche des états maladifs morbides.

L’amour engendre la confiance, la solidarité, la joie, l’optimisme, le partage, une saine créativité. Il ne peut y avoir d’amour sans confiance car l’amour est un état unitaire et quand on ressent celui-ci on est comme habité par cette onde d’amour qui nous invite à tout aimer. Notre lumière intérieure rayonne via notre aura en tant qu’amour inconditionnel. Cela peut nous amener à vivre dans un endroit sain au niveau énergétique, à manger sain, à nous nourrir de bonnes émotions mais non pour nous protéger du « mal » (extérieur) mais pour nourrir le « bien » (intérieur) qui suscitant un bien être nous attirera dans une monde extérieur reflet de cela.

Nous pouvons donc vaincre l’illusion car nous pouvons choisir le genre d’émotions que nous voulons expérimenter et pour cela nous devons choisir nos lectures, nos films, nos histoires, nos pensées afin de nourrir notre imaginaire de scénarios optimistes.

Il est fort dommageable de voir que de nos jours que l’outil appelé » télévision » est utilisé uniquement pour diffuser des émotions maintenant dans l’illusion, la peur. Toutes chaines confondues on ne trouve que des films ou séries policières violentes relatant des meurtres, des scénarios catastrophes, terroristes et des documentaires relatifs aux exactions commises par des tyrans comme Hitler, Staline… la mode est aussi aux « séries » qui maintient les téléspectateurs dans une perpétuelle attente de la suite et donc un conditionnement ( je ne veux pas louper mon feuilleton ! ).

La question que chacun d’entre nous devrait se poser avant d’ouvrir un livre, ou d’allumer sa télé ou d’aller voir un film c’est « qu’est ce que cela nourrit en moi, quel est le personna en moi qui à encore besoin de cela ? ».

Certes les médias oeuvrent pour diffuser ces images et reportages plus ou moins truquées et notre cerveau ne fait aucune différence entre réalité et télé réalité, entre documentaire ou fiction mais nous disposons du pouvoir de boy cotter tout cela. si demain, tous les Français cessaient de regarder ces séries et autres documentaires et informations, les directeurs des chaines seraient bien obligés de changer leurs programmes. C’est la masse qui dirige ceux qui gouvernent.

Le boy- cott est l’arme suprême pour entamer une révolution pacifique et celle-ci commence en chacun de nous. Si nous voulons vivre dans un monde en paix alors commençons par établir celle-ci en nous et libérons nous de tout ce qui dans notre vie nourrit autre chose que cela.

Certes il est parfois difficile de changer de nourriture mentale et psychique car il y a en nous un ange blanc qui se nourrit de lumière et un ange noir qui se délecte de ces scénarios morbides. Cependant à chaque fois que nous nous laissons aller à nourrir cet ange noir en regardant un film noir ou violent ou il est question de meurtres, nous enracinons davantage cette fréquence en nos corps et a notre insu cela devient une habitude et il nous faut parfois plusieurs vies pour nous en libérer.

Anecdote

Lors de mon pèlerinage à Compostelle j’ai été surpris par un orage phénoménal. Je me suis trouvé au bas d’une rue en pente qui ressemblait à une rivière, j’ai donc décidé de m’abriter sous le balcon d’une maison avoisinante. J’étais revêtu d’une cape dégoulinante d’eau. A peine installé sous la terrasse un vieil homme est arrivé avec un grand bâton et m’a foncé dessus. Il me chassait comme si j’étais un malfaiteur, je n’ai pas pu en placer une. Une heure plus tard alors que j’étais dans une boulangerie je racontais à la vendeuse mon aventure. Une femme qui faisait la queue derrière moi me dit /

- oh Monsieur je suis désolé, c’est homme c’est mon père, dés qu’une personne s’approche de la maison il agit ainsi, je n’arrive pas à le raisonner ».

Je lui ai demandé « mais pourquoi agit il ainsi ? S’est il fait agresser ? »

- Non me répondit elle. Il passe toutes ses journées devant la télé à regarder des films policiers dont il raffole entrecoupés des informations. Je crois qu’il mélange tout

Ainsi cet homme avait fini par confondre l’illusion et la réalité. Et cela avait modifié son comportement.

Ainsi tout est illusion en ce monde puisqu’un simple film peut changer notre vie et le transformer en enfer ou en paradis. Choisir la qualité de sa nourriture psychique est un pas déterminant si nous voulons modifier notre réalité et sortir de l’enfer pour entrer au paradis. Ceux-ci n’étant pas des lieux terrestres ou extra terrestres mais bel et bien des Etats d’Etre que nous nourrissons par tout ce que nous ingérons, voyons, entendons, écoutons, nourrissons.

La transformation commence par cela !

Christian Duval Wydyr le 24 avril 2016

Publié dans philosophie appliquée

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>